Ce week-end s’achevait le premier qualifier de la version européenne du First Strike. Cette étape devait permettre à 4 équipes de se qualifier pour le Main Event de la compétition organisée par Riot et RFRSH. Retour sur un début de tournoi qui, comme d’habitude, nous a réservé son lot de surprises.

Des favoris qui s’imposent

Séparé en 2 arbres distincts de qualification, le First Strike voyait ce week-end ses quatre premiers qualifiés accéder aux finales régionales qui auront lieu du 3 au 6 décembre.

Le tournoi avait officiellement débuté par des phases de qualifications libres et ouvertes à tous. Ces qualifications ont vu les 32 meilleures équipes se qualifier pour le play-in. Sans surprise, des équipes comme G2, Team Liquid, FunPlus Phoenix ou Guild Esports ont survolé cette partie de la compétition.

Bien que le format de la compétition ne laissait aucune place à l’erreur (les matchs étaient joués en BO1 jusqu’aux play-offs; nldr), les choses sérieuses commençaient donc vendredi. Une journée de play-in bien remplie où chaque équipe jouait donc deux matchs afin d’arracher une qualification en play-offs, dernière étape avant le Main Event. Team Liquid et notre belge ScreaM ne rencontrent pas de grande difficulté. Ils disposent en effet d’un arbre plutôt en leur faveur. Ils démarrent la journée sur un score sans appel de 13-1 face à Kamil Klein New Chapter. En fin de journée, les joueurs confirment leur envie de victoire en remportant leur dernier match de la journée 13-9.

Guild Esports disqualifié

Un de nos compatriotes, Ex6TenZ échoue face à eXiLe eSports, réduisant au nombre de deux les belges encore présents dans la compétition. L’équipe G2, de son côté, commencent aussi la journée sur les chapeaux de roue. Face à la formation VASTA Gaming, les G2 suivent l’exemple de la Team Liquid. Ils écrasent leur adversaire 13-1. Dans la suite de l’arbre, ils doivent affronter draken et Guild Esports qui viennent de défaire la Team Queso. La manche se lance et l’équipe, dans laquelle le footballeur David Beckham a récemment investi, finit par défaire les G2 dans ce qui reste sûrement l’un des matchs les plus serrés de la compétition. Score final : 13-10.

Et c’est ici que les Romains s’empoignèrent. Alors que les Guild Esports viennent de se qualifier pour la phase de play-offs qui se jouera les jours d’après, plusieurs voix s’élèvent sur les réseaux sociaux. Celles-ci dénoncent l’usage d’un boost de la part des joueurs de Guild Esports, autrement dit l’utilisation et l’abus d’un bug présent dans le jeu afin de prendre l’avantage.

Dans ce cas-ci, il semblerait que les joueurs aient utilisé un bug permettant de superposer la tourelle de Killjoy et le mur de Sage afin de prendre une hauteur supplémentaire sur la map Ascent. De cette manière, Guild Esports aurait défendu le point B, ce qui leur aurait permis de prendre l’avantage sur leur adversaire. Bien entendu, si le score n’était pas serré au moment probable de l’usage de ce boost, il est important de rappeler que des jeux comme Valorant ou encore Counter-Strike fonctionnent sur un système d’économie de monnaie dans le but d’acheter des armes plus puissantes. Une manche perdue peut donc retourner complètement le cours de la partie, quelque soit le score.

La réponse de Riot ne se fera pas attendre. Dès le lendemain, dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux, l’organisation du tournoi annonce la disqualification de l’équipe Guild Esports. La structure et ses joueurs ne tardent pas à réagir à la décision de Riot, soulignant le fait “qu’ils pensent avoir utilisé les compétences de manière innovante et autorisée”. Le règlement compétitif est cependant clair “Utiliser intentionnellement un bug est interdit”. Mais ce qui est moins clair dans ce cas-ci concerne la deuxième partie du règlement. Selon ce dernier, en cas de doutes, les joueurs doivent avertir un admin de la compétition afin de déterminer si le bug en est réellement un, ou non. D’après les joueurs, ce bug aurait été signalé il y a deux mois auprès des développeurs. Le manque de réaction de ces derniers aurait laissé penser aux joueurs que le bug était donc exploitable. Cependant, pas de raison de s’affoler, les joueurs de Guild Esports seront autorisés à retenter leur chance cette semaine lors du deuxième et dernier qualifier de la compétition.

Les belges encore en course

Après tant de débats, les play-offs se déroulant samedi et dimanche démarrent enfin, avec une équipe G2 ravie de récupérer le seed de Guild Esports. Face à NiP, l’équipe de Mixwell et du belge Davidp lutte et fini par emporter le match 2-0 après deux manches serrées sur Ascent et Haven. Dans le même temps, les Team Liquid affrontent l’équipe Prodigy. Montée sans prétention par l’agence du même nom et créée dans le seul but de s’amuser, on peut souligner la performance de cette dernière malgré leur élimination.

Le lendemain, c’est au tour des FunPlus Phoenix de s’offrir la victoire face aux Opportunists en deux manches. Tandis que les eXiLe eSports s’inclinent face aux SUMN FC.

Nous connaissons donc les quatre premiers qualifiés pour le Main Event de la première compétition officielle sur Valorant. Et pour le coup, on peut dire que les belges sont bien présents, avec un représentant dans deux des équipes pressenties comme favorites de la compétition. On souhaite donc plein de réussite à ScreaM et Davidp, nos deux compatriotes. Comme on dit, que le meilleur gagne !

Copyright visuel : Riot Games