Si l'arrière-garde de la génération dorée des Diables rouges est déjà vieillissante, le milieu de terrain aussi est appelé à se renouveler d’ici quelques années. Si Kevin De Bruyne (29 ans) et Axel Witsel (31 ans) ne sont pas encore prêts de prendre leur retraite, l’entrejeu de l’équipe nationale a déjà trouvé son futur patron avec Youri Tielemans.
L'un des rares points positifs du match amical entre la Belgique et la Suisse est l’impact qu’a eu Youri Tielemans sur la rencontre lors de sa montée au jeu. En l'absence de Kevin De Bruyne, il a pris ses responsabilités et a accéléré le jeu. Pas surprenant compte tenu du rôle qui lui est attribué dans son club de Leicester City.

Incarnation de la nouvelle génération

Tielemans y joue un peu plus bas que la saison dernière. Il a donc plus le jeu devant lui et a beaucoup plus d’importance dans la construction. "Du fait que je joue plus bas, il y aura plus de pré-assists que d’assists cette saison", explique le joueur.

Pour le moment, Tielemans est toujours dans l'ombre d’un joueur comme De Bruyne. Mais du haut de ses 23 ans, le milieu de terrain a encore l’avenir devant lui pour faire les beaux jours des Diables Rouges. Il est en tout cas amené à devenir le porte-drapeau de la nouvelle génération de notre équipe nationale. Nul doute que son intelligence et sa vision du jeu, sa technique et sa fougue seront utiles aux Diables à l'avenir.

Habitué au rôle de leader

En outre, Tielemans a pour lui un facteur important: le leadership. En plus de ses qualités footballistiques, on le voit régulièrement coacher, corriger et diriger ses équipiers sur le terrain. Ce n'est pas pour rien que Brendan Rodgers, son entraîneur à Leicester, le considère comme son relai sur le terrain. "J'ai l'habitude d'assumer le rôle de leader depuis mon enfance, je l'ai fait dans toutes les catégories d'âge par lesquelles je suis passé à Anderlecht", confie Tielemans à ce sujet.

Ses performances en club et avec l'équipe nationale au cours des dernières années lui ont permis de changer de statut au sein du groupe. Si celui-ci est aujourd’hui encore relativement limité, Tielemans mouille toujours le maillot lorsque l’on fait appel à lui. Il ne fait aucun doute qu’il sortira un jour de l’ombre pour devenir le grand leader du onze de base belge. "Ce jour viendra, mais n'allons pas trop vite. C'est à moi, par mon jeu, de me faire cette place-là.”