Roglic a pu se consoler avec le gain de cette Vuelta passionnante !

La 75e édition du Tour d'Espagne cycliste s’est achevée ce dimanche sur le sacre de Primoz Roglic qui réalise le doublé après son succès l’an dernier. Une Vuelta qui, à l’image des deux autres grands tours, a connu un scénario haletant.

Cette édition 2020 de la Vuelta a connu un contexte particulier : elle s’est déroulée avec 2 mois de retard et un départ déplacé d'Utrecht aux Pays-Bas à Irun au Pays Basque. Habituellement disputée sous un climat estival, les coureurs devaient faire avec des conditions automnales non pas sur 21 étapes mais sur les 18 de cette Vuelta, calendrier resserré oblige. Mais malgré toutes ces circonstances, la bataille a fait rage, essentiellement entre deux hommes, pour ramener le maillot rouge à Madrid. 

Dès les premières étapes, avec des profils accidentés, les différents favoris et outsiders ont répondu présents. Vainqueur sortant et favori, Primoz Roglic remportait directement la première étape et le maillot rouge qui allait avec.

Roglic VS Carapaz

Dans le sillage du vainqueur de Liège-Bastogne-Liège, les grands noms s’enchainaient avec Carapaz, Dan martin, Chaves, Mas, Valverde, Carthy… Et lors de la 6e étape, c’est Richard Carapaz qui profitait d’un coup de moins bien chez le Slovène pour lui chiper le maillot rouge de leader. 5 jours plus tard, sur une étape au profil plat, Roglic allait remporter l’étape et créer une petite cassure sur ses adversaires. Les deux hommes se retrouvaient alors à égalité au classement mais le coureur de la Jumbo Visma reprenait le lead… pour 2 jours ! 

Dans l’une des étapes principales de cette Vuelta, qui arrivait au sommet du terrible Angliru, les hommes forts du général allaient livrer une magnifique bataille sur des pentes dépassant les 20%.

Le Britannique Hugh Carthy triomphait au sommet alors que Roglic lâchait quelques secondes à ses concurrents et Carapaz en profitait pour repasser devant au général. Quel duel !

Un chrono qui rebat les cartes

La dernière semaine offrait sur le papier deux rendez-vous importants aux hommes du général. D'abord, un contre-la-montre de 33 kilomètres se terminant au sommet du court mais intense Mirador de Ezaro. Roglic, bien remis de sa déception du Tour de France, remportait le chrono, son 4e bouquet sur la Vuelta.

Au classement général, à 5 étapes de l’arrivée, Roglic, Carapaz et le surprenant Hugh Carthy de chez Education First, se tenaient en 47 secondes

L’avant dernière étape allait donc être décisive avec sa finale dans le redoutable Alto de la Covatilla. Et si Roglic allait être chahuté et même perdre du terrain sur le coureur Ineos Richard Carapaz, le Slovène conservait son maillot de leader pour 24 secondes. Carthy terminait lui à 47 secondes. 

Pour cette Vuelta, Primoz Roglic peut dire merci aux bonifications qu’il est allé chercher tout au long de l’épreuve puisque’elles lui ont permis de garder une avance suffisante. Sans elle, Richard Carapaz l’aurait emporté pour 8 petites secondes.
Roglic a pu effacer la déception de sont Tour de France perdu sur le fil face à Tadej Pogacar.

Seulement 9 belges mais 3 victoires !

Au départ de cette Vuelta, ils étaient neuf coureurs à représenter notre pays : Tim Wellens, Gerben Thijssen, Brent Van Moer, Stan Dewulf, Kobe Goossens, Rémy Mertz et Tosh Van der Sande de chez Lotto Soudal ainsi que Jasper Philipsen (UAE Team Emirates) et Ilan Van Wilder (Sunweb).

Et au bout de cette Vuelta, les belges ont récolté 3 victoires. Tim Wellens a été chercher 2 bouquets en prenant les échappées lors des 5e et 14e étapes. Jasper Philipsen a lui ouvert son compteur sur les grands tours avec une victoire au sprint sur la 15e étape, la plus longue de cette Vuelta. Un beau cadeau d’adieu pour le jeune coureur qui va quitter son équipe pour rejoindre Alpecin-Fenix. 

Une Vuelta spectaculaire, un peu comme le reste de la saison qui touche déjà à sa fin, dommage !

Musique Maestro !

Voir tout

Le sport à la une

Voir tout

L'actu cinéma et séries

Voir tout

L'actu esport

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top