La toute dernière édition de la DreamHack Open originairement DreamHack Rotterdam, s’est clôturée ce dimanche soir. Sur les 16 équipes engagées dans la course au titre, seule une a réussi à décrocher le trophée et surtout à se qualifier pour les IEM Global Challenge. Revenons ensemble sur les phases finales de la compétition que vous avez pu vivre en direct sur Pickx.

Upper-bracket

Nous avions déjà abordé la première des deux demi-finales de cet upper-bracket lors de notre article preview de l’évènement. Résumons tout de même pour les absents : 
Le premier match opposant Astralis et Fnatic s’est terminé en 3 cartes. 2-1 pour les danois.
Le deuxième match fût plus rapide, Team Vitality contre BIG Clan. Cette fois-ci les Français sont arrivés plus préparés et font vengeance des défaites reçues par l’équipe allemande 2-0 (16:11/16:11).

Voilà donc déjà la finale de cet upper bracket qualifiant une des deux équipes en Grande Finale.

Astralis, les danois espérant bientôt reformer leur ancien roster triple champion de major comptent tout de même offrir un trophée à es3tag avant son départ pour Cloud 9. Mais c’est sans compter sur Team Vitality qui s’oppose fermement à cette décision. La structure française a d’ailleurs recruté il y a peu un compatriote belge, Nivera le petit frère de ScreaM, peut-être est-ce là un bon signe pour la scène Counter-Strike belge. En tous cas le roster français toujours bien emmené par ZywOo réussit à se débarrasser des danois en 3 cartes et ainsi à se qualifier en finale globale.

À ce stade, il ne restait plus qu’à attendre que le lower-bracket nous donne ses résultats et les noms qui en ressortent. Quelques surprises étaient d’ailleurs au rendez-vous.

Lower-bracket

Le lower-bracket, dans les compétitions à double-élimination, reste un élément incontournable pour voir apparaître des équipes surprises, et des remontées fantastiques.

C’est le cas de l’équipe danoise Heroic. Une équipe très jeune, mais dont la maturité est pourtant exemplaire. Capables de prouesses individuelles dignes des meilleurs joueurs, les jeunes danois de ce collectif ne cessent d’impressionner dans leur stats mais surtout dans les arbres de qualifications.

Se qualifiant 3ème du groupe B lors des phases de groupes, l’équipe tombait dès le 1er tour en lower-bracket. Aucune place à l’erreur, il n’y aura pas de seconde chance.

Le premier tour voit Heroic se défaire facilement de North, la troisième équipe danoise dans cette compétition. Un 2-0 pour Heroic. Net et sans bavures.

Puis un deuxième tour plus compliqué s’engageait face à Sprout. L’équipe allemande a plus de répondant, et on s’étonne de les retrouver à ce stade de la compétition avec un si bon niveau, mais les danois sont tout de même parvenus à renverser le match en leur faveur 2-1.

Ensuite c’est BIG Clan qui s’est essayé à défaire Heroic, mais sur un casque de Viking; qui s’y frotte s’y pique. BIG tombait même ironiquement plus rapidement que leur compatriotes de Sprout. Heroic y laisse tout de même quelques plumes: 2- score final.

C’est là que les choses sérieuses commencent pour les danois. Déjà trois matchs et pourtant la route est encore longue. 

Premièrement la seule Demi-Finale du lower-bracket contre NiP. Les suédois eux aussi ont remonté toute leur partie de l’arbre, avec en tête une place en finale face à Astralis, si ce n’est plus.

Malheureusement les suédois défaillent sur leur carte de choix. Ils chutèrent lourdement sur Train (16:3) et concèdèrent même le match sur la 3ème carte, laissant par la même occasion une certaine amertume dans la bouche des joueurs.

C’est maintenant au tour de la grande équipe danoise d’Astralis de s’opposer à Heroic. Peut-être avez-vous vu l’ESL One Cologne, et si c’est le cas, ce match a sûrement eu un petit air de déjà vu.

La bataille fut rude sur Nuke, carte historiquement jouée par Astralis, c’est pourtant bien Heroic qui s’en emparait et qui réussit à s’imposer dessus ! Au bout de 2 overtimes, le score tombe: 22:20 et 1-0 pour Heroic.

Ensuite c’est Inferno qui accuillait les deux formations et Astralis assume le choix du théâtre des rêves. 16:8 et 1-1, Astralis recolle au score.

La dernière carte choisie par défaut c’est Vertigo, encore fraîche pour certains spectateurs, les deux équipes ont su prouver à plusieurs reprises leur niveau sur l’immeuble en construction.

Au final il ne reste toujours qu’un vainqueur, et cette fois-ci encore c’est bien Heroic qui continue sur sa lancée. Une remontée pour le moins héroïque, du bas du lower-bracket jusqu’à la Grande Finale, et ça peu d’équipes en ont été capables à un tel niveau de compétition.

Grande Finale

C’est la dernière marche, le dernier palier à franchir pour les deux formations européennes. L’équipe favorite reste Team Vitality invaincue en upper-bracket, mais après tout Heroic aussi est invaincu et on connaît bien ce genre de match, la dernière finale ayant opposé ses deux équipes c’est celle de l’ESL One Cologne. Et Heroic avait gagné le Bo5 3-0.
Bien entendu les français espèrent faire bien plus et pourquoi pas même se venger des danois en très grande forme en ce moment.

Le Bo5 final s’est engagé sur Overpass, choix français. C’est d’ailleurs Vitality qui sort devant à la mi-temps. C’est sans compter sur niko. Le danois en très grande forme parvient même à inscrire un ace clutch. Mais le collectif prime toujours sur les individualités à ce niveau : 1-0 en faveur de Vitality.

La deuxième carte est Nuke choix d’Heroic. On les a déjà vu briller sur cette centrale nucléaire. Cette fois-ci on sent que les Heroic sont bien en place, à l’image de TeSeS et son ace dès le premier round.

Et malgré ça, la carte s’est prolongée jusqu’à un deuxième over-time, montrant à quel point le match risque d’être long. 22:20 et donc 1 partout. Tout est à refaire.

Sur la troisième carte, c’est ZywOo qui se retrouve en haut du tableau sur sa carte de choix. Il inscrit 28 kills sur Inferno, mais comme cité plus haut, une individualité à ce niveau n’est pas suffisante. Et Heroic reste la meilleure équipe sur cette carte : 16:10. Les Heroic mènent 2-1 et rentrent sur leur dernier choix de carte avec une balle de match. 

Vertigo est donc le dernier choix des danois. Dans la tête des spectateurs le retour de Vitality commence à se faire complexe. Pourtant il ne faut jamais enterrer ZywOo, qui se dépassait encore une fois, inscrivant en moyenne une élimination par round (26 kills)! 16:10 pour les abeilles qui revenaient donc à 2 partout ! Une carte restait à jouer pour départager les deux équipes.

Sur le papier, aucune des deux équipes n’a l’avantage sur cette dernière carte. Tout restait donc possible. Les statistiques peuvent s’avérer trompeuses et le mental à ce niveau là du match est l’une des choses les plus importante pour les joueurs.

Et mentalement c’est cadiaN qui a su démontrer qu’il était au dessus de ses adversaires, inscrivant 31 éliminations et un superbe quadruple kill en défense.

Mais il n’est pas le seul dans son équipe à sortir de superbes actions de sa besace. Et c’est encore une fois une action de TeSeS qui a époustouflé tout le monde :

Un spray transfert sur 4 joueurs Vitality pris au dépourvu, une action de classe internationale !

Le collectif Heroic imposait sa marque sur cette dernière carte, finissant au changement de side à 10:5. Les danois puisèrent dans leurs dernières réserves pour imprimer un rythme d’enfer en attaque, gagnant 5 rounds d’affilée l’équipe a donc 10 rounds de match ! Ils ne leur en suffira que de 2 pour s’imposer et soulever le trophée en distantiel depuis leurs habitations respectives.

Vos champions de la DreamHack Open Fall, sont Heroic ! Prouvant une nouvelle fois que les Danois ne sont pas arrivés par hasard à Cologne et encore moins à cette DreamHack. L’équipe repart avec un petit bonus de 33.000 $ sur le cash-prize.

Bien entendu tout cela reste de la compétition online mais les danois ont l’air d’apprécier ce type de compétition, à voir s’ils pourront réitérer leur exploit d’ici la fin de l’année et peut-être, pourquoi pas, en LAN ?

En attendant restez connectés sur Pickx.be pour pouvoir suivre toute la scène Counter-Strike de près et de loin.

Crédits image : DreamHack & ESL Gaming