Halloweek: cinq bandes originales qui font froid dans le dos

Cette semaine, Proximus Pickx sort le compte à rebours jusqu'à la fête la plus terrifiante de l'année: Halloween ! Que serait un bon film d’horreur sans sa musique? Voici les cinq bandes originales qui mettent mal à l’aise dès les premières notes.

Psychose (1960)

Bernard Herrman écrit cette musique devenue culte de film d’horreur. Après huit films réalisés ensemble, le compositeur devient le petit chouchou d’Alfred Hitchcock. Bernard Herrmann élabore sa partition en utilisant toutes les nuances de cordes. Des cordes stridentes et saccadées pour illustrer le meurtre se juxtaposent à des cordes amples et en mouvement pour illustrer la cavale.

Les cordes aiguës sont convoquées dans leur dénuement lors de la fameuse scène de la douche. Le compositeur a réussi à persuader le réalisateur de mettre de la musique sur cette scène qui était initialement prévue sans. Afin de donner les coups de couteau plus terrifiants, la bande-son se rapproche du bruitage et accompagne les bruits des coups de couteaux en les entourant de violons et violoncelles. C’est la première fois qu’une BO est composée seulement d’instruments à cordes sans intervention de cuivres dramatiques. Depuis lors, dès que l’on entend ces stridences, on sait que le pire est à venir…

 

Les dents de la mer (1975)

À l’approche de l’été et lors de sa première baignade estivale, qui n’a jamais chantonné le rythme du film de Steven Spielberg pour rire ou faire peur à quelqu’un ? Impossible aujourd’hui de ne pas connaître la musique de "Les dents de la mer" composée par John Williams. Elle monte en crescendo à l’arrivée du requin. La bande originale du film est l’une des plus terrifiantes de l’histoire du cinéma.  Une œuvre qui lui vaudra l’un de ses cinq Oscars de la meilleure musique de film, avant ses récompenses pour Star Wars, E.T. et La Liste de Schindler.

À l’instar du scénario de Spielberg, la musique de Williams effraie par sa simplicité. Pendant le film, le spectateur ne peut voir le requin pendant une grande partie, la musique pourtant l’évoque et nous terrifie. La musique emplit le vide de l’ennemi invisible. Le "Main Title" repose sur une répétition de notes basses qui instaurent une tension croissante. Certains y reconnaissent le battement de coeur du monstre ou encore le souffle de la respiration humaine.

Halloween (1979)

La musique de ce film reste l’une des plus connues de l’histoire du cinéma pour les films d’horreur. Elle a été composé par le réalisateur John Carpenter lui-même et fut une inspiration pour les générations futures de films de ce genre.  Son succès ? Le thème répétitif et lancinant au piano du tueur, accompagné de denses synthétiseurs. John Carpenter explique à RTS lors d’une interview la genèse de son morceau emblématique. "La musique du film Halloween a démarré comme ça… Quand j’avais 13 ans, mon père m’a appris à jouer du bongo (percussions de Cuba). Il m’a appris 4 ou 5 temps. Et ça a créé la musique d’Halloween".

L’Exorciste (1974)

Une histoire très connue mais sa musique encore plus. C’est LA musique de film la plus connue au monde et aussi, la plus terrifiante. L’actuelle bande originale telle qu’on la connait a été créé à partir de musiques existantes, principalement issues de l’oeuvre du compositeur polonais  Krzysztof Penderecki et du morceau de Mike Oldfield, "Tubular Bells".

Pourtant ce morceau indissociable aujourd’hui de "L’Exorciste" de William Friedkin a bien failli en être tout autrement. Le compositeur Lalo Schifrin, à qui l’on doit le thème de "Mission: Impossible", aurait dû signer la bande originale du film.  L’anecdote raconte que sa musique était trop effrayante et aurait eu un impact trop négatif sur le public.

Dead Silence (2007)

La terrifiante berceuse de Charlie Clouser reste résonnante dans nos mémoires. Le film met en scène un fantôme ventriloque continuant à vivre à travers ses marionnettes. La musique ainsi que la scénario nous rappelle Chucky, la poupée possédée par un tueur en série. Certains films d’horreur nous ont marqué dans nos plus obscurs souvenirs  en utilisant des attributs de l’enfance comme des poupées, des clowns mais aussi à travers des berceuses qui ont été manipulées pour se transformer en musique de l’horreur. 

 

Musique Maestro !

Voir tout

Le sport à la une

Voir tout

L'actu cinéma et séries

Voir tout

L'actu esport

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top