Ces visages célèbres ont tenté leur chance sur la scène politique

 

Kanye West persiste et est toujours candidat à l'élection présidentielle américaine du 3 novembre. La chance que le rappeur soit bientôt autorisé à vivre à la Maison Blanche est nulle. Proximus Pickx est allé dans les archives et a trouvé quelques noms qui ont tenté une carrière politique en Wallonie et de l'autre côté de l’Atlantique. Avec succès, ou non. 

Marc Wilmots

C’est sur les terrains de football que Marc Wilmots s’est fait connaître. D’abord en Belgique, du côté de Saint-Trond avant d’exploser à Malines avec un titre de champion de Belgique en 1989. Il file ensuite au Standard de Liège et tente l’aventure allemande en 1996 à Shalke 04 en brillant sur la scène européen avec le gain d’une coupe de l’UEFA en 1997. Le Brabançon passe un court moment par Bordeaux tout en portant le maillot de la sélection belge. On se rappellera notamment son but annulé face au Brésil en huitième de finale de la coupe du monde en 2002. 

Après ce rendez-vous mondial, Marc Wilmots met un terme à sa carrière à l’âge de 34 ans en 2003. Il s’oriente vers la politique aux côtés de Louis Michel, un ami du, à l’époque, futur sélectionneur belge. Lors des élections fédérales du 18 mai 2003, sur la liste MR, l'ancien footballeur réalise le deuxième score de sa liste avec 109 955 voix. Il décroche alors un siège de sénateur

Mais la carrière politique de Marc Wilmots ne durera qu’un an car il est déçu par le milieu. Il reversera l’ensemble de ses honoraires à des oeuvres caritatives destinées à la jeunesse et au sport et entamera sa carrière d’entraîneur.

 

Les journalistes Delvaux, Reuter, De Maegd

Passer de la télé à la politique n’est pas une chose rare chez nous, tant du côté flamand que wallon. On se souvient de Florence Reuter qui quitte la présentation du journal télévisé de RTL-TVI en 2007 après 9 années pour s’engager dans les rangs du Mouvement réformateur. Au fil des années, elle devient la bourgmestre de Waterloo tout en étant députée fédérale. Deux postes qu’elles occupent toujours à l’heure actuelle. 

 

Sur le service public, en 2007 toujours, Anne Delvaux, elle aussi présentatrice du JT, quitte le journalisme pour la politique. Elle rejoint le CDH en vue des élections législatives. Elle est directement élue comme sénatrice et deux ans plus tard comme députée européenne. 

En 2014, elle quitte le parti et la politique à cause d’un conflit interne. Son nom sort en 2016 dans l’affaire Publifin et elle est à l’époque sous le feu des critiques. 

 

Plus près de nous en 2019, c’est un autre présentateur de JT qui quitte la télévision : Michel De Maegd. Le journaliste vedette de RTL-TVI, qui présentait le JT de 19h, a rejoint la liste fédérale du MR à Bruxelles pour les élection de 2019. Il est élu et siège à la Chambre des Représentants.

Alec Mansion

Toujours en 2019, Alec Mansion surprend son monde en annonçant qu’il rejoint la politique aux côtés d’Alain Destexhe. En effet, l’ancien membre du MR a quitté son parti pour lancer le sien sous le nom "Liste Destexhe" avec un programme  de droite qui se veut similaire à celui de la NVA, sans le confédéralisme. 

Une carrière politique qui n’aura duré que quelques heures puisque le chanteur star des années 80 se retiré deux jours après son annonce. Une monde qui ne lui allait pas. 

 

 

Les exemples américains

Cet homme est peut-être l'exemple le plus connu de célébrités américaines qui ont réussi leur entrée dans la politique américaine: l'acteur hollywoodien Ronald Reagan a d'abord été nommé gouverneur de Californie et a été élu président en 1981. Il a vécu à la Maison Blanche jusqu'en 1989. Le bodybuilder et acteur Arnold Schwarzenegger a également profité de sa popularité pour réaliser ses ambitions politiques: il a été gouverneur de Californie de 2003 à 2011.

 

Clint Eastwood a également une belle carrière d'homme politique sur son CV: l'acteur / réalisateur a été maire de Carmel-by-the-Sea en Californie de 1986 à 1988. De 2002 à 2008, le producteur de «Mystic River», «American Sniper» et «Million Dollar Baby» a été vice-président du California Parks and Recreation Committee.

 

Et enfin, n'oublions pas l'actuel président américain: Donald Trump était une personnalité médiatique populaire avant sa présidence qui s'est manifesté dans des films et des programmes télévisés, notamment «Zoolander », «Sex and the City » et le «Prince de Bel-Air ». De 2004 à 2015, il a animé sa propre émission de télé-réalité «The Apprentice», une émission de talents où les candidats devaient prouver qu'ils avaient les bonnes compétences pour diriger l'une des entreprises de Trump.

Musique Maestro !

Voir tout

Le sport à la une

Voir tout

L'actu cinéma et séries

Voir tout

L'actu esport

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top