Portman, Gosling, Bale… Ils sont allés loin pour livrer une performance crédible

Cinéma | Les acteurs et actrices sont prêts à beaucoup de choses pour assumer de nombreux rôles. Certains n’hésitent pas à jouer la carte métamorphose. Il suffit de demander à Matthias Schoenaerts, qui a pris pas moins de 27 kilos pour « Rundskop ». Proximus Pickx dresse le portrait de plusieurs autres exemples frappants.

De Proximus

Partager cet article

Natalie Portman

Pour « Black Swawn », l'actrice a suivi des cours de ballet huit heures par jour pendant pas moins d'un an. Elle a également dû suivre un régime strict, ce qui lui a fait perdre 10 kilos. Tout ce dur labeur a payé, car Portman a remporté un Oscar. La preuve que le travail en valait la peine.

Ryan Gosling

Dans le film « Blue Valentine », Ryan Gosling joue le rôle de Dean, un homme qui forme une famille proche avec sa femme Cindy (Michelle Williams) et sa fille Frankie (Faith Wladyka). Les acteurs n'ont rien laissé au hasard et ont voulu porter ce bon groupe à l'écran de la manière la plus réaliste possible. Ils ont vécu ensemble dans la maison où vivent les personnages du film pendant un mois entier avant le tournage. C'est une bonne chose, car le film a reçu de très bonnes critiques et de nombreuses nominations.

Christian Bale

Pour le film « The Machinist », l’acteur américain n’a pas hésité à perdre 28 kg en trois mois, arrivant à 55 kg. A l’écran, son aspect rachitique sautait aux yeux. Mais le plus fou, c’est qu’il a ensuite dû reprendre rapidement ces kg perdus pour jouer « Batman Begins ». Pire, après « The Dark Knight », le deuxième Batman de la trilogie de Christopher Nolan, Christian Bale a encore dû perdre 28 kg pour le film « Fighter » !

Sujets associés

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top