Comment expliquer le succès grandissant de la K-Pop ?

Issus de Corée du Sud, les groupes de K-Pop ont réussi à séduire l'Europe après avoir fait lever des hordes de fans asiatiques. Mais quel est donc le secret de ces rock stars de la génération Z ?

La révolution asiatique est en marche ! Fabriquée dans des usines à talents sud-coréennes, la nouvelle génération de pop stars, artificiellement mise en scène et polie par les grands studios de musique, a réussi à exporter la K-Pop, la pop sud-coréenne, sur la scène internationale.

BTS et BLACKPINK, les deux porte-étendards de la K-Pop, font actuellement fureur dans les charts américains et sont également en pleine ascension dans nos régions. BLACKPINK a collaboré avec la pop star Selena Gomez dans 'Ice Cream' pour charmer un peu plus le public occidental. Netflix a d'ailleurs décidé de consacrer un documentaire à ce groupe, nourrit des images des quatre dernières années et de leurs débuts en 2016. C'est la première fois que Netflix se focalise sur ce phénomène.

Les sept "Bangtan Boys" de BTS sont entrés directement à la première place des charts américaines début septembre avec leur single 'Dynamite'. Ils sont restés au sommet jusqu'à ce que 'WAP' de Cardi B ft. Megan Thee Stallion les fasse tomber du trône. BTS est le troisième groupe qui parvient à placer trois albums au sommet des hit-parades américains en un an, après les Beatles et les Monkees. En Europe, que ce soit en France, en Belgique ou ailleurs, BTS a déjà trouvé son public.

Ce méga succès fait de la K-Pop l'un des produits d'exportation les plus lucratifs et les plus influents du pays de Samsung. Le ministère sud-coréen de la culture, des sports et du tourisme a calculé que 'Dynamite' de BTS a permis à l'économie nationale de gagner 1 700 milliards de won (l'équivalent de 1,2 milliard d'euros). Malheureusement, il y a aussi un revers à la médaille.

Une sélection naturelle

Derrière les chanteurs au look impeccable et les festivals haut en couleurs de la K-Pop se cache une sombre vérité. Ces idoles sont le produit de la société sud-coréenne hyper-concurrentielle et axée sur la performance. Les groupes populaires de K-Pop sont constitués par une poignée de grands studios de musique, qui recrutent parmi un immense réservoir de talents. Les jeunes Sud-Coréens qui veulent percer dans le monde du show-bizz peuvent s'inscrire à une formation vocale et surtout de danse, afin d'être préparés à une carrière éphémère d'idole de la K-pop. Évidemment, seules de rares élus parviennent à atteindre le graal.

Au cours de leur formation, ils sont parfois entraînés pendant des années pour devenir la pop star parfaite, souvent à l'extrême. Par exemple, la chirurgie plastique est souvent employée pour les faire ressembler à des Barbie ou à des Ken. Chaque aspect de leur vie est entre les mains des grandes agences, au détriment de leur liberté personnelle et de leur vie privée. Ils vivent dans des dortoirs, suivent un régime alimentaire strict, doivent se produire constamment, n'ont pas de relations, pas de smartphone, pas de visites de leurs parents. Les décisions sont prises pour eux. Beaucoup travaillent avec des contrats d'esclaves, ce qui signifie qu'ils doivent rembourser leur formation pendant longtemps après leurs débuts. De plus en plus de jeunes artistes craquent sous cette pression et succombent d'ailleurs à l'envie de suicide.

Une communication contrôlée

La communauté de fans qui entoure la K-Pop est sans aucun doute le plus grand catalyseur du succès. Le fandom est surtout actif sur Internet. Tout un univers en ligne a été créé autour des idoles pour tisser un lien étroit avec le public. Contrairement aux célébrités occidentales, les superstars coréennes semblent beaucoup plus accessibles et modestes aux yeux de leurs admirateurs. Ils partagent leur vie en détail en ligne, notamment grâce à l'application de streaming V Live, et semblent constamment disponibles, comme leurs égaux.

Les fans obsessionnels - les "stans" dans le jargon - se rassemblent en communautés étroites sur les médias sociaux. Ainsi, chaque artiste ou groupe a ses propres supporters fanatiques avec leur propre langage, comme l'ARMY des stans de BTS ou Monbebe, le fandom autour du boy band Monsta X. Sur des réseaux comme Twitter et TikTok, des fans de tous les coins du monde se rencontrent pour augmenter artificiellement les vues sur les vidéos par des clics massifs.

Musique Maestro !

Voir tout

Le sport à la une

Voir tout

L'actu cinéma et séries

Voir tout

L'actu esport

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top