L'Union Saint-Gilloise a été battue pour la première fois de la saison par un RWDM enfin réaliste et aidé par un petit coup de pouce de l'arbitre. Felice Mazzu tente de faire baisser la pression sur son équipe...
 
Ce n'est pas nouveau : en football la logique du classement et le résultat ne font pas toujours bon ménage. L'Union Saint-Gilloise, en tête du championnat de 1B Pro League avant cette rencontre, s'est inclinée (3-1) pour la première fois de la saison face à un RWDM qui venait de connaître trois défaites d'affilée.
 
Dans un match pas comme les autres, puisque c'était le premier 'derby de la zwanze' depuis 35 ans, l'Union a manqué cruellement de réalisme en première mi-temps avant de perdre quelque peu les pédales en deuxième, suite à un penalty généreusement accordé par l'arbitre de la rencontre Wim Smet. "Je constate que si nous n’avions pas eu ce souci dans le dernier geste en première période, nous aurions mené à la pause et le match aurait été différent", explique Felice Mazzu à La Capitale pour résumer le scénario de ce match très attendu dans les deux camps.
 
Bien entendu, il était beaucoup question du coup de réparation accordé à Yagan pour une faute légère ou inexistante, selon les versions des deux parties après le match. "Le penalty a changé la donne. On a été mené de manière imméritée. Le RWDM a pris confiance", cosntate Mazzu sur le site officiel de son club.
 
Au moment de tirer des conclusions de cette première défaite de la saison, le coach des Unionistes espèrait que cette petite claque servirait de choc psychologique pour son équipe.  "Peut-être que ce revers fera du bien à certains, qui reviendront les pieds sur terre. J’en ai marre d’entendre qu’on est les seuls favoris, alors qu’il y en a d’autres. Toutes les équipes se valent dans cette série, comme on l’a encore vu ce samedi soir. Cette étiquette collée sur notre dos est un poids très lourd qui n’est pas justifié", conclut-il dans La Capitale.