Ce mois-ci, Proximus part à la rencontre de Zakaria “Zak” Bentato, le joueur FIFA professionnel ainsi que manager et directeur e-sportif au RSC Anderlecht depuis plus de 3 ans déjà. Reconnu sur la scène belge et internationale comme une star montante sur FIFA, il nous a accordé un peu de son temps pour que nous lui posions quelques questions sur son parcours et son travail à l’heure actuelle.

Zak, Qui es-tu ?

Bonjour Zak, tout d’abord pourrais-tu te présenter pour nos lecteurs qui ne te connaissent pas ? D’où viens-tu ?

Je m’appelle Zakaria Bentato, j’ai 24 ans et je suis joueur esport professionnel pour le RSCA depuis 3 ans maintenant. Je viens de Bruxelles.

Dans ton passé et encore maintenant, quelle est ta relation avec le football ?

Comme dit précédemment, je suis né à Bruxelles, et joue au foot depuis l’âge de 5 ans, le summum pour un jeune bruxellois qui joue au foot est d’atteindre le centre de formation de Neerpede. Cela n’a, malheureusement, pas été possible balle aux pieds, mais manettes en mains c’est différent.

Quel a été ton premier contact avec le jeu vidéo en général ? Pourquoi as-tu accroché ?

Le premier jeu que j’ai touché c’est ISS (International Superstar Soccer) 98, j’avais deux ans, avec mon grand frère qui me faisait croire que ma manette était branchée. J’ai direct accroché car ça me permettait de me défouler mais de surtout ne jamais m’ennuyer à la maison, au contraire. Le caractère compétitif m’a toujours attiré à vrai dire, mon premier objectif a d’ailleurs été de battre mon frère.

Et quel est ton premier souvenir par rapport à FIFA dans ton enfance ? Et quand t’y es tu réellement intéressé ?

Le premier FIFA que j’ai touché c’est FIFA 06, avec Ronaldinho à l’époque encore au Barça sur la jaquette du jeu.

Je me suis intéressé à la compétition FIFA à partir de FIFA 15. J’ai vu sur internet qu’il y avait un tournoi organisé par EGO à proximité de chez moi, j”ai donc tenté ma chance et j’ai remporté ce premier tournoi. Cela a sûrement été l’élément déclencheur de ma carrière.

Une fois arrivé sur FIFA, quel a été ton parcours en tant que joueur ?

Durant la même année, j’ai confirmé ce projet et j’ai su me créer un nom sur la scène belge en terminant vice-champion de Belgique. L’année suivante je m’impose en tant que champion et je décroche une place de qualification à l’ESWC, la coupe du monde d’eSport, qui était même plus prestigieuse que la FIWC (FIFA eWorld Cup) à l’époque.

Ton état d’esprit quand tu es à Paris à l’ESWC (championnat du monde) face à des joueurs tels que Gorilla, Daxe et autres ?

J’étais persuadé de pouvoir y faire quelque chose car selon moi 60% de la compétition FIFA est mentale, et je l’avais déjà ce mental. J’ai d’ailleurs confirmé en surprenant tout le monde et en étant le premier belge à accéder aux phases finales de l’ESWC.

Tu peux nous en dire plus sur ta relation avec les joueurs mondialement connus ?

Je les côtoie presque tous, étant quelqu’un de très ouvert, je suis “l’ami’’ de tout le monde. J’ai un peu plus d’affinités avec les joueurs français car mon style de jeu se rapproche le plus du leur et surtout qu’il n’y a pas de barrières linguistiques.

A quels jeux joues-tu quand tu ne joues pas à FIFA ?

Je joue pas mal à Apex Legends en ce moment, un battle royale que je trouve intéressant.

Tu es encore étudiant, comment arrives-tu à gérer tes études et ta passion/travail ? Et quels conseils pourrais-tu donner aux étudiants qui voudraient devenir pro mais qui ne trouvent pas forcément le temps pour s’y consacrer ?

Tout est une question de priorités, j’arrive très bien à allier les deux car selon moi tout est une question de motivation et d’envie. C’est pas toujours tout rose, mais je m’accroche et j’essaie toujorus d’atteindre mes objectifs.

Cela a-t-il été un frein dans les choix de ta carrière ?

Jamais, au contraire, Anderlecht a toujours respecté le fait que je sois avant tout étudiant et m’a toujours apporté le soutien nécessaire.

La scène FIFA en Belgique jusqu’en 2017

Pourrais-tu nous décrire la scène FIFA belge avant 2017 ?

La scène FIFA belge avant 2017 est très limitée, toujours les même joueurs à chaque tournoi, mais c’est justement ce qui a permis qu’on progresse tous ensemble. On a eu beaucoup d’opportunités.

Peut on être belge, jouer en Belgique et atteindre les plus hauts niveaux mondiaux ?

Bien sûr, je pense cependant que ça reste un peu plus difficile qu’ailleurs, dans le sens où, en Belgique, tout le monde n’est pas en accord. Certains tournois ont lieu sur d’autres mode de jeu que le mode de compétition par exemple.

Donne-nous ton meilleur souvenir compétitif (jusqu’en 2017) sur la scène belge.

Je dirais ma qualification à l’ESWC, très largement, c’était une expérience incroyable, j’espère pouvoir y retourner un jour.

Qui est pour toi le meilleur joueur belge toutes années confondues (en football et sur FIFA) ?

Sur FIFA, il s’agit de Stefano Pinna et en football Romelu Lukaku.

À partir de quel moment décides-tu de devenir joueur professionnel ? Pourquoi ce choix et quels ont été tes freins ?

Quand le RSCA a annoncé qu’il recherchait un spécialiste et un joueur e-sport à professionnaliser, c’était l’opportunité de rêve pour moi et c’est à ce moment-là que je me suis dit que mon rêve de devenir joueur professionnel pouvait devenir réalité.

2017 : Zak devient le premier joueur professionnel pour Anderlecht !

Comment cela arrive-t-il ? Comment devient-on le premier représentant d’un tel club ?

Cela m’est tombé dessus alors que j’y croyais pas forcément plus que ça, mais l’important c’est que j’ai tout donné lors des sélections et je mis toutes les chances de mon côté.

Qu’en disent tes parents, ta famille et/ou tes amis ?

Fiers. C’est une fierté pour eux surtout qu’ils ont vu les coulisses, savent que rien ne tombe du ciel que c’est le fruit d’un travail acharné.

Parlons maintenant de ton parcours dans le club :

T’occupes-tu d’autres choses pour Anderlecht ? Communication, réseaux sociaux, gestion d’autres équipes esports ?

Je suis esport Manager/Player, donc ma tâche ne se résume pas qu’à jouer. Je dois proposer du contenu, m’occuper des réseaux sociaux mais aussi manager l’équipe League of Legends pour le RSCA.

Quelle est la relation entre toi et les joueurs d’Anderlecht ? Ta relation au club en général ?

Peu importe ce que me réserve le futur dans le club, je serai reconnaissant à vie envers les personnes qui m’ont accueilli, qui ont cru en moi et qui continuent à croire en moi. Je côtoie même certains joueurs au sein du club, qui me défient à FIFA de temps en temps ! C’est pour dire à quel point la relation est saine.

Quel est ton meilleur souvenir et ta plus grande déception en tant que joueur pour Anderlecht ?

Mon meilleur souvenir reste ma double victoire face à l’Ajax. Et ma déception est ma défaite en finale du championnat de Belgique 2019.

Le futur de Zak

Quel est ton objectif pour la prochaine saison qui commence dans un mois?

Tout gagner en Belgique ! Et participer à des tournois internationaux.

Et où te vois-tu dans 3 ans ?

Je n’aime pas me projeter, et je préfère vivre à fond l’instant présent. Mais pour répondre à la question, tout dépendra de mon niveau manette en mains. On ne peut être sûr de rien.

Si une Coupe du Monde avait lieu, quels joueurs choisirais-tu pour t’y accompagner et représenter la Belgique ?

Je choisirais Nevinho et Stefano sans hésitation.

Quels conseils, en tant que pro, donnerais-tu à nos lecteurs qui voudraient se lancer : Pour devenir pro il faut…

Travailler ! Il n’y a pas de secret, comme pour tout dans la vie, le travail et l’abnégation sont les mots-clés de la réussite. Sans travail on arrive à rien, ou presque.

Du tac au tac

Moules-frites ou steak frites ?

Steak frites

Tu es plutôt mer ou montagne ?

Mer

Auto ou moto ?

Moto

Sur FIFA, mode agressif ou mode défensif ?

Mode défensif

Un grand merci à Zak pour nous avoir accordé une partie de son temps précieux, nous suivrons de près ses prochaines dates sur FIFA 21 maintenant. Et bien entendu nous espérons le voir réussir lors de tournois internationaux en tant que représentant de notre beau pays ! Suivez le sur Pickx.be dans notre catégorie FIFA.

Crédits Photo : RSC Anderlecht