Ces festivals de cinéma qui résistent au coronavirus

Plusieurs festivals de cinéma ont été annulés suite à la crise sanitaire, comme celui de Cannes, mais heureusement encore célébrés à Venise, à Deauville ainsi qu'à Bruxelles. Preuve que l'organisation d'évènement en période de coronavirus peut se faire en toute sécurité, petit tour d'horizon.

Festival du film de Venise

Le festival a été maintenu, mais nettement moins de célébrités étaient au rendez-vous. Les grosses productions américaines ont été mises en pause ou reportées à une date ultérieure, laissant le gratin d'Hollywood aux abonnés absents. Cette édition du festival du film de Venise a donc été l'occasion idéale pour les acteurs et actrices moins populaires de se montrer. Les films d'auteur ont également pu profiter  de la crise pour gagner en visibilité. Le jury était toutefois bel et bien présidé par une célébrité d'Hollywood: Cate Blanchett.

Cette année, le rôle principal était réservé au Covid-19: l'organisation n'a rien laissé au hasard et a mis en place des mesures de sécurité strictes. Des montagnes de gants, des séparations du public, des contrôles quotidiens de la température des participants ainsi que l'obligation de réserver ses places en ligne pour éviter les files d'attente: rien n'a été laissé au hasard, et les organisateurs ont prouvé que des évènements de grande envergure peuvent se dérouler en toute sécurité.

Un des moments forts du festival est la venue de l'activiste contre le changement climatique Greta Thunberg, star du documentaire "I am Greta". Si le film reste trop ancré dans le sillage de la jeune activiste, il donne une image claire et impressionnante de la détermination et la combativité de Greta Thunberg pour contrer le réchauffement de la planète.

La seconde révélation est venue de l'actrice britannique Vanessa Kirby. Si nous la connaissions pour ses rôles secondaires dans " Mission impossible : Fallout " et "The Crown", qui est venue présenter "The  World to Come" produit par Casey Affleck, et "Pieces of a Woman" de Kornél Mundruczó. Dans ce dernier, l'actrice écope cette fois du premier rôle et lui vaut le prix de la meilleure actrice.

Enfin, la pièce de résistance du festival a été décernée à Chloe Zhao, qui repart avec le Lion d'or pour "Nomadland". Le film raconte l'histoire d'une femme, interprétée par Frances McDomand (Fargo, Three Billboards Outside Ebbing, Missouri"), qui, après la crise financière de 2008, décide de tout plaquer et de voyager dans son mobile home à travers les États-Unis.

Deauville

Dans la ville côtière de Deauville, en Normandie, le Festival du Cinéma Américain se tient chaque année à la fin de l'été depuis 1975. Les cinéphiles sont invités à voir une sélection d'une centaine de films américains. Cette année, les grandes productions hollywoodiennes - comme les stars américaines sur le tapis rouge – se sont également faites rares en raison de la pandémie. Ici aussi, les films et téléfilms indépendants ont bénéficié d'une exposition inattendue. Afin de combler ce vide, de nombreux films européens et surtout français ont été projetés.

Lors de cette 46e édition, un jury dirigé par l'actrice Vanessa Paradis a décerné le premier prix à "The Nest" du réalisateur Sean Durkin. Le film raconte l'histoire d'une famille qui sombre dans l'incertitude et l'isolement après avoir déménagé des États-Unis vers l'Angleterre. Il a reçu le prix de la critique internationale et celui de la révélation de l'année. La présidente du jury a fait l'éloge de la mise en scène ainsi que les performances de Jude Law et de Carrie Coon. "Il y a une certaine élégance dans la mise en scène, l'intrigue et les acteurs... Ils vous font oublier qu'ils jouent un rôle", a déclaré Vanessa Paradis.

Le prix du jury a été décerné à deux films : "First Cow", qui raconte l'histoire de deux amis qui tentent leur chance dans le Far West accompagné d'une vache, et "Lorelei", dont la première a eu lieu au festival, qui raconte l'histoire d'une mère célibataire américaine qui lutte pour joindre les deux bouts. Elle retrouve son ex-petit ami Wayland, récemment libéré, qui a passé quinze ans en prison pour vol à main armée.

Lors de la cérémonie de clôture, le film "Comment je suis devenu un super héros" a été projeté. Il s'agit du premier film français de super héros, avec Pio Marmaï, Vimala Pons, Leïla Bekhti et notre Benoît Poelvoorde national.

Brussels International Film Festival

Le Festival international du film de Bruxelles s'est déroulé dans notre capitale du 3 au 13 septembre. La troisième édition de ce jeune festival devait se dérouler fin juin, début juillet, mais le coronavirus en a voulu autrement. Parmi les invités, citons le réalisateur franco-grec Costa-Gavras et le réalisateur belge Lucas Belvaux. Pour rendre hommage à Costa-Gavras, le festival a projeté une rétrospective en six films "illustrant l'éclectisme d'une carrière et d'un parcours exceptionnels": "Z" (1969), "Disparu" (1982), "Trahi" (1988), "Amen". (2002), "Le Couperet" (2005) et "Adults in the room" (2019).

Lors de la soirée d'ouverture, le cinéma belge a été mis à l'honneur avec "Des Hommes", le nouveau long métrage de Lucas Belvaux. Le onzième film du réalisateur belge, basé sur un livre de Laurent Mauvignier, fait le portrait d'un ancien combattant accablé par la guerre d'Algérie. Le film avait d'ailleurs reçu le label "Cannes 2020". Les acteurs Yoann Zimmer et Jean-Pierre Darroussin ont assisté à la projection lors de la soirée d'ouverture.

Le film "Babyteeth" de la réalisatrice australienne Shannon Murphy a retenu l'attention dans la sélection internationale. Le film tourne autour de Milla, 16 ans, malade. Elle rencontre le rebelle Moïse, après quoi un lien spécial se crée entre eux. Ses parents ne sont en aucun cas fans du nouveau petit ami de Milla, mais mettent de côté leur scepticisme et leurs objections pour voir leur fille heureuse. N'ayant plus rien à perdre, Milla se jette à cœur perdu dans l'aventure.

Dans la catégorie nationale, David Leloup a remporté le Grand Prix avec "Saint Nicolas est socialiste". Le film raconte l'histoire de deux conseillers municipaux de Saint-Nicolas, près de Liège. Ils sont dans l'opposition, qui est aux mains des socialistes depuis plus d'un siècle. Ils se considèrent comme des dénonciateurs qui veulent attirer l'attention sur les actions d'une administration communale opaque. À l'approche des élections, ils rêvent de perturber le jeu politique local. Le film a également remporté le Prix du public.

Musique Maestro !

Le sport à la une

L'actu cinéma et séries

L'actu esport

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top

Contrôle parental actif

Veuillez introduire votre code PIN pour désactiver le contrôle parental pendant 10 minutes.

Code PIN oublié? Contactez le 0800 99 696

Aide?