La Belgique est rentrée parfaitement dans son tournoi en Ligue des Nations en remportant ses deux matches au Danemark et contre l'Islande. Roberto Martinez peut être satisfait de ses joueurs et aura certainement tirer des enseignements importants pour la suite des évènements.
1. Doku incarne l'avenir

Beaucoup de personnes ont crié au complot au moment de la sélection de Roberto Martinez pour les deux rencontres de ce début de mois de septembre en Ligue des Nations. Les sélections des jeunes anderlechtois en ont, en effet, surpris plus d'un. Force est de constater que Yari Verschaeren et, surtout, Jérémy Doku ont répondu à l'attente lorsque l'on a fait appel à eux.

"C’est un diamant brut: il est très rapide, doté d’un bon dribble et très fort en un contre un. Il a fait quelques erreurs, mais qui n’en fait pas à son âge? Il a fait de bons débuts", a analysé avec admiration Kevin De Bruyne, récent vainqueur du trophée de Joueur de l’année en Premier League, la prestation de Doku à l'issue de la rencontre. Outre son but spectaculaire, le jeune ailier d'Anderlecht, âgé seulement de 18 ans, n'a pas hésité à provoquer et à se proposer continuellement à ses partenaires. Nul doute que les sceptiques ont vu également en lui un espoir de renouveau chez les Diables Rouges.

2. Batshuayi reste le back-up de Lukaku

Romelu Lukaku ménagé, Roberto Martinez avait laissé entendre avant la rencontre contre l'Islande que le deuxième match de Ligue des Nations était une belle opportunité pour Michy Batshuayi de se montrer. Absent au Danemark, le remplaçant de luxe des Diables Rouges, âgé de 26 ans, a prouvé une fois de plus que c'était un tueur devant le but et que malgré son faible temps de jeu en club il pouvait rester compétitif.

L'attaquant de Chelsea vit actuellement une période compliquée à Londres où il n'entre pas dans les plans de son entraîneur Frank Lampard. Malgré cela, il s'est montré à son avantage avec un doublé, dont un but tout en finesse, qui lui a sans doute fait le plus grand bien au moral. Annoncé en prêt à Crystal Palace, Batshuayi a confirmé à demi-mot l'information ce mardi soir à l'issue de la rencontre. Une nouvelle qui serait évidemment accueillie favorablement par son sélectionneur qui pourrait alors compter sur deux buteurs au sommet de leur forme pour l'Euro en juin prochain.

3. Kevin De Bruyne accélère le jeu des Diables

Sans Eden Hazard, mis au repos, et Kevin De Bruyne, papa pour la troisième fois, la Belgique a, certes, fait le boulot au Danemark mais beaucoup ont critiqué l'animation offensive de l'équipe pour la première rencontre de la Ligue des Nations. Face à l'Islande, le meneur de jeu de Manchester City a fait son retour dans le onze de base de Roberto Martinez et a tout de suite montré son importance.

Au niveau des stats, De Bruyne a délivré deux nouvelles passes décisives pour porter son compteur à 34 assists en 74 rencontres chez les Diables Rouges. Mais bien plus que ces chiffres hallucinants, le milieu de terrain de 29 ans a permis à la Belgique de jouer à un rythme plus élevé. Le natif de Tronchiennes sublime ses partenaires, accélère le jeu et sait comment se montrer décisif. Il a encore prouvé à tout le monde qu'il était un cran au dessus et que l'équipe nationale en avait bien besoin pour réaliser son rêve.