La Slovénie prend le pouvoir au Tour de France

Après une première semaine difficile au Tour de France, il est déjà temps de faire un premier bilan. Qui fait bonne impression et qui a déjà tout perdu? Qui a surpris et qui a déçu? Proximus Pickx vous propose un premier état des lieux.

Après neuf jours de course intenses, cette édition un peu particulière du Tour de France a livré ses premiers verdicts. Mais après exactement 38 heures 40 minutes et 1 seconde de selle, les différences en tête du classement sont minimes.

Comme attendu, l’équipe Jumbo-Visma a pris les choses en main dès la première semaine. En partie sous l'impulsion d’un surpuissant Wout van Aert (qui a déjà conquis deux victoires d'étape), le grand favori slovène Primoz Roglic a fini par endosser le maillot jaune. Bien qu'à l'heure actuelle, rien ne garantit qu’il puisse le conserver jusqu'à Paris.

La fougue de Pogacar

Mais l'homme du week-end pyrénéen, c'est incontestablement Tadej Pogacar, jeune talent d'à peine 21 ans. Après s'être fait piéger par une bordure dans l’étape vers Lavaur et avoir perdu plus d’une minute dans l’aventure, il s’est directement remobilisé. Samedi dans le col de Peyresourde, le Slovène a lâché les chevaux et a réussi à reprendre 40 secondes. Le lendemain, il remportait la 9e étape et ne pointe désormais plus qu’à 44 secondes de son compatriote Primoz Roglic.

Ce dernier a décidé de ne pas suivre (ou ne pouvait-il simplement pas?) le prodige dans Peyresourde et dimanche, le leader de Jumbo-Visma n’est pas non plus réellement parti à l’offensive. Le vainqueur de la Vuelta 2019 a toutefois grimpé à la première place du général et espère ne pas regretter ses choix tactiques. Tant dans l'étape vers Orcières-Merlette, qu’il a gagnée, que celle vers Loudenvielle, son grand concurrent Egan Bernal s'est montré vulnérable. Une situation dont le Slovène n’a pas réellement profité.

Pourtant, s'il y a une chose que l'on sait à propos du dernier vainqueur du Tour, c'est qu’il atteint souvent son pic de forme en troisième semaine. La question est de savoir si Roglic, déjà impressionnant avant le Dauphiné, pourra maintenir une telle forme pendant trois semaines aussi intenses. Bernal a déjà timidement tenté de passer à l’attaque dimanche, et cela promet pour les nombreuses autres étapes de montagne à venir. Quant à Pogacar, son numéro dans les Pyrénées l’a fait passer du statut d'outsider à favori.

La fin des espoirs pour Pinot

Derrière le duo slovène Roglic-Pogacar, le Français Guillaume Martin impressionne. Le leader de la Cofidis pointe à la troisième place et a montré qu'il pouvait rivaliser avec les meilleurs quand la route s’élève. Pour son quatrième Tour, le coureur titulaire d'un master en philosophie semble en mesure de viser une place dans le top 5 à Paris. Quant à Romain Bardet, il répond enfin présent et semble avoir retrouvé ses meilleures jambes.

Mais le plus grand espoir de victoire française, Thibaut Pinot, a dû un nouvelle fois capituler. Après son abandon à deux jours de l’arrivée l'année dernière, il a lâché plus d’un quart d’heure sur ses concurrents lors de la 8e étape. Souffrant du dos, il a été jusqu’à évoquer un “tournant dans sa carrière" au micro de France 2. "J'ai toujours dit que le vélo, c'était se battre prendre du plaisir, gagner des courses et il y a trop d'échecs pour moi en ce moment". Des propos qui sonnent comme un triste adieu à la course de ses rêves.

Enfin, si la Jumbo-Visma impressionne par sa force collective, c’est peut-être son second leader Tom Dumoulin qui en est pour le moment la principale victime. Samedi, le Néerlandais a senti qu'il n'avait pas les jambes pour gagner le Tour et s'est mis au service de Roglic. Un très beau geste qui n’est toutefois pas sans risque, son équipe misant désormais tout sur Roglic. Et quand on sait que le top 10 se tient actuellement dans un mouchoir de poche, cela nous promet deux semaines passionnantes!

Retrouvez toutes les infos sur le Tour de France via ce lien.

Musique Maestro !

Le sport à la une

L'actu cinéma et séries

L'actu esport

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top

Contrôle parental actif

Veuillez introduire votre code PIN pour désactiver le contrôle parental pendant 10 minutes.

Code PIN oublié? Contactez le 0800 99 696

Aide?