Tour 2020: quelles équipes peuvent prétendre à la victoire finale?

La course cycliste la plus attendue de l’année est à nos portes. Le Tour de France commence ce samedi 29 août et les fans sont impatients d’admirer les exploits des coureurs après des mois de disette sportive. Tour d’horizon des équipes les plus en forme, et des Belges qui garnissent leurs rangs.

Jumbo-Visma : le grand favori

Avec les leaders Primož Roglic et Tom Dumoulin, Jumbo-Visma semble être l’équipe la mieux armée pour s’imposer sur les Champs-Elysées. Roglic, qui avait échoué au pied du podium en 2018, est exceptionnel depuis la reprise de la saison. Après avoir l’épreuve sur route des championnat de Slovénie, son pays natal, il a dominé le Tour de l’Ain devant ses rivaux Egan Bernal (INEOS) et Nairo Quintana (Arkéa-Samsic). Enfin, dans le Critérium du Dauphiné, répétition générale avant le Tour, le Slovène portait le maillot jaune et se dirigeait tout droit vers la victoire finale avant qu’une chute lors de la 4e étape ne le contraigne à abandonner (moins par réelle nécessité que par précaution en vue du Tour).

Dumoulin, quant à lui, a terminé le Dauphiné à une honnête 7e place. Le Néerlandais, vainqueur du Giro 2017, a progressivement retrouvé sa meilleure forme, après plus de 400 jours sans rouler. Il pourrait être un redoutable outsider pour la victoire finale du Tour.. 

Jumbo-Visma tient donc deux solides leaders, mais l’autre homme fort du moment, c’est Wout Van Aert. Le Belge a étincelé ces dernières semaines: victoire aux Strade Bianche, à Milan-San Remo et sur la 1ère étape du Critérium du Dauphiné. L’ancien du cyclo-cross sera un atout de choix sur les routes du Tour. Seul bémol pour la formation néerlandaise, l’absence de Steven Kruijswijk (3e du Tour 2019), forfait en raison d’une fracture de l’épaule. 

Outre ses individualités, l’équipe peut compter sur un collectif bien rôdé, avec une mentalité d’acier. La Jumbo-Visma a écrasé la concurrence depuis la reprise, s’érigeant un statut de favori pour le Tour. Même des coureurs comme Wout Van Aert, qui pourrait pourtant nourrir de grandes ambitions en France (notamment le maillot vert), sont prêts se sacrifier pour leurs leaders. C’est dire si toute la Jumbo-Visma roulera en vue d’un seul et même objectif: la victoire à Paris.

INEOS : le rival

Sur les routes de France, tout le monde s'attend à un duel acharné entre INEOS et Jumbo-Visma. Mais la formation britannique aura un autre visage que les années précédentes. Exit les anciens vainqueurs Chris Froome et Geraint Thomas. Les deux Britanniques ne sont pas à 100% et ne figurent pas dans la sélection. Le leader incontesté sera Egan Bernal, tenant du titre. Le Colombien aura toute une équipe derrière lui, contrairement aux éditions précédentes où Ineos a dû parfois arbitrer entre ses leaders. La stratégie peut porter ses fruits, d’autant que Bernal pourra compter sur de solides équipiers: les impressionnants rouleurs Luke Rowe, Jonathan Castroviejo et Dylan van Baarle, les grimpeurs Richard Carapaz et Pavel Sivakov ou encore Michal Kwiatkowski

Des doutes demeurent toutefois quant à la forme de Bernal. Après de belles prestations au Tour de l’Ain (2e du général), le Colombien était moins convaincant sur le Dauphiné, qu’il a mystérieusement abandonné après la 3e étape. S’il n’est pas en aussi grande forme que l’année dernière, Bernal aura néanmoins l’occasion de monter en puissance sur un Tour taillé pour les grimpeurs comme lui.

Arkéa-Samsic : les opportunistes

Avec Quintana en leader, la formation française peut nourrir des ambitions. Le Colombien a frôlé la victoire par deux fois (2e du Tour en 2013 et 2015) et espère toujours terminer en jaune à Paris. Il avait commencé sa saison en beauté (Tour de La Provence, Tour des Alpes-Maritimes et du Var et une étape de Paris-Nice), mais la reprise lui est moins favorable. Une douleur au genou (dont il soufre depuis début juillet) l’avait contraint à abandonner le Dauphiné. Avant cela, Quintana avait tout de même terminé 3e du Tour de l’Ain, preuve que les jambes sont bien

Si son genou le laisse tranquille, le Colombien semble être le mieux placé pour profiter de la bataille entre INEOS et Jumbo-Visma. L’équipe d'Arkéa-Samsic est entièrement construite autour de lui et, compte tenu de ses capacités en montagne, cette édition est probablement sa meilleure chance d'inscrire le Tour à son palmarès. D’autant plus qu’à ses côtés, on trouvera le Français Warren Barguil. À l’aise en montagne, il sera un soutien de choc sur ce Tour au parcours valloné.

Groupama-FDJ: les revanchards

Si la formation française semble moins forte sur le papier que ses concurrentes, elle dispose toutefois d’un des favoris en la personne de Thibaut Pinot. Frustré par son abandon lors du Tour 2019, où il avait de réelles chances, le Français aura à coeur de prendre sa revanche. Des doutes subsistent quant à la forme de David Gaudu, solide lieutenant de Pinot en montagne. Si les deux hommes sont en forme, la Groupama-FDJ pourrait jouer les trouble-fêtes.

Les Belges en lice

Les équipes n’ont pas encore donné leur sélection complète pour le Tour. Néanmoins, dix coureurs belges ont déjà été annoncés au départ. Outre Wout Van Aert (Jumbo-Visma), plusieurs auront certainement un rôle à jouer sur la Grande Boucle.

La formation belge Lotto-Soudal sera, sans surprise, celle qui comptera le plus de nos compatriotes, avec Thomas De Gendt, Philippe Gilbert, Steff Cras et Jasper De Buyst. Victime d'une chute à l'entraînement, Tim Wellens ne sera pas rétabli à temps pour le départ et est remplacé par Tim Wellens. Gilbert pourra tenter sa chance sur certaines étapes adaptées à son profil. De Buyst tentera de mettre Caleb Ewan en bonne position pour le sprint, tandis que De Gendt et le néophyte Cras seront de beaux prétendants en montagne. 

Greg Van Avermaet (CCC) visera une troisième victoire d’étape sur le Tour. La dernière date de 2016 (année de son titre olympique). Chez Sunweb, Tiesj Benoot aura un coup à jouer dans les échappées, sa spécialité. Olivier Naesen (AG2R) sera au service de Romain Bardet, toujours brillant sur le Tour. Notons enfin la présence de Jasper Stuyven (Trek) ainsi que de Ben Hermans et Tom Van Asbroeck (Israel Start-Up), dont ce sera la première apparition sur la Grande Boucle. 

Musique Maestro !

Voir tout

Le sport à la une

Voir tout

L'actu cinéma et séries

Voir tout

L'actu esport

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top

Contrôle parental actif

Veuillez introduire votre code PIN pour désactiver le contrôle parental pendant 10 minutes.

Code PIN oublié? Contactez le 0800 99 696

Aide?