Le rêve américain de Martin Sheen

Grâce à son parcours cinématographique impressionnant, Martin Sheen est devenu l’un des visages emblématiques du cinéma américain. Il est l’exemple parfait du travail acharné qui porte ses fruits et du rêve américain. L’acteur souffle aujourd'hui ses 80 bougies, l’occasion de revenir sur les événements et films qui ont rendu sa carrière unique.

Fils d’immigrés

Martin Sheen, de son vrai nom Ramon Estevez, est né en 1940 à Dayton en Ohio, d’un père espagnol et d’une mère irlandaise. À 19 ans, il fait en sorte de rater son examen d’entrée à l’université de Dayton pour ne pas suivre les plans d’avenir de son père. Lui tenant tête, il part s’installer à New York pour se lancer dans sa carrière d’acteur. Il fréquente la compagnie du Living Theatre et accumule des jobs alimentaires. Bien qu’il participe à énormément de castings, il a du mal à décoller.  Comme de nombreux acteurs latinos dans les années 60, le jeune homme décide de changer de nom de scène. Il s'appellera désormais Martin Sheen. Martin pour le directeur de casting de CBS, Robert Dale Martin, qui lui a offert son premier rôle, et Sheen en référence à l’archevêque Fulton J. Sheen.

C’est grâce à la télévision qu’il connaît ses premiers succès. En 1967, il fait ses débuts au cinéma dans "L’incident" de Larry Peerce, mais c’est seulement en 1973 que Sheen obtient une véritable reconnaissance pour son travail dans "La Balade Sauvage" de Terrence Malick. Après ce film, il a souvent été comparé à James Dean pour son interprétation de jeune tueur en série en fuite avec Sissy Spacek.

Le soldat Martin

Six ans plus tard, il décroche le rôle de sa carrière. Francis Ford Coppola fait appel à ses services pour remplacer Harvey Keitel dans le rôle du Capitaine Willard dans "Apocalypse Now". L’acteur livre une prestation étonnante puisqu’il incarne totalement son personnage. Pour s’imprégner de la psychologie malade et fragilisée du capitaine Willard, il s’enferme pendant deux jours dans sa chambre d’hôtel où il ingurgite énormément d’alcool. L'acteur est tellement impliqué qu'il ira jusqu'à s’ouvrir la main en brisant un miroir en éxécutant une prise de karaté. Pour couronner le tout, il fera une attaque cardiaque en plein tournage et ne pourra terminer celui-ci que cinq semaines plus tard

L’acteur a toujours été assimilé aux films de guerre et ce avant "Apocalypse Now". Dès ses débuts, il incarne des rôles de soldat, notamment pour les films "Catch 22", "No drums, no Bugles", "Le Pont de Cassandra" ou encore "Cadence", l'une de ses propres réalisations. Citons également son rôle dans "The War at Home", long métrage mis en scène par l’un de ses fils, Emilio Estevez, qui traite des problèmes d’un vétéran du Vietnam.

Antimilitariste convaincu, l’homme est arrêté en 2000 lors d’une manifestation, après avoir envahi la base aérienne de Vandenberg en Californie. Sheen est un habitué des marches de protestation et milite depuis des années pour la fermeture de l'école militaire The School of the Americas, réservée aux soldats latinos-américains.

Une riche descendance

Martin Sheen a insufflé sa passion du jeu et du cinéma à toute sa famille et les quatre enfants de l’acteur sont prêts à reprendre le flambeau. Son aîné, Emilio Estevez, découvre les tournages dès son plus jeune âge et apparaît même dans une scène coupée d’ "Apocalypse Now".  Mais c’est surtout dans les années 80 qu’il connait une certaine notoriété, jouant dans des films pour ados comme "The Breakfast Club" de John Hughes ou "St Elmo's Fire" de Joel Schumacher. En plus de "The War at Home", il réalise " Bobby", un film sur le meurtre de Robert Kennedy 

Charlie Sheen a quant à lui fait la une des tabloïds. C’est seulement à l’âge de 9 ans qu’il débute sa carrière d’acteur. Il deviendra une star comique après le succès de "Hot Shots" au début des années 90 puis se fera connaître sur le petit écran avec ses rôles dans "Spin City" et "Mon Oncle Charlie". Il est toutefois très rapidement licencié à cause de ses différents excès et des accusation de violences conjugales dont il fait l'objet.

Ramon Estevez, qui a produit la série "Anger Management" dans laquelle apparaît son frère Charlie, n’a pas réussi comme ses frangins dans le métier d'acteur, se concentrant plutôt sur la production. La petite dernière, Renée, est elle aussi comédienne, et l'on a notamment pu la voir dans "À la Maison Blanche" aux côtés de son père au début des années 2000.

 

Musique Maestro !

Voir tout

Le sport à la une

Voir tout

L'actu cinéma et séries

Voir tout

L'actu esport

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top

Contrôle parental actif

Veuillez introduire votre code PIN pour désactiver le contrôle parental pendant 10 minutes.

Code PIN oublié? Contactez le 0800 99 696

Aide?