10 coureurs susceptibles de remporter Milan-Sanremo

Initialement prévue le 21 mars, la course Milan-Sanremo, l'un des cinq « monuments » du calendrier cycliste international, a été reportée au samedi 8 août en raison de la pandémie de coronavirus.

Au départ, une belle brochette de champions qui, après plusieurs mois d'inactivité, auront à cœur d'ajouter la « Primavera » à leur palmarès. Coup de projecteur sur les principaux favoris de l'épreuve.

Julian Alaphilippe

Âgé de 28 ans, le fer de lance de l'équipe Deceuninck–Quick-Step est le grand favori de l'épreuve. Tenant du titre, le Français possède tous les atouts pour réitérer sa victoire de l'an dernier. Grâce à son expérience, il sait d'instinct où, quand et comment déclencher une attaque. Descendeur émérite, il pourrait mettre à profit l'ascension du célèbre « Poggio » et la plongée sur Sanremo pour creuser l'écart et s'adjuger un nouveau succès dans cette épreuve tant convoitée.

Vincenzo Nibali

Transféré officiellement en août 2019 chez Trek-Segafredo en provenance de la formation Bahrain-Merida, le champion italien a la ferme intention de faire honneur à ses nouvelles couleurs en engrangeant des victoires. Âgé de 35 ans, le « requin de Messine » a principalement axé sa saison sur le Tour d'Italie et sur... Milan-Sanremo. Déjà vainqueur de l'édition 2018, il pourrait, à l'instar de Julian Alaphilippe, exploiter ses talents de descendeur pour s'approprier un nouveau titre dans la « Primavera ».

Tadej Pogacar

Âgé de 21 ans, Tadej Pogacar est incontestablement l'une des révélations de la saison dernière. En 2019, le Slovène a fait une entrée très remarquée dans la cour des grands en se classant troisième du Tour d'Espagne, après avoir remporté trois étapes. Cette saison, l'étoile montante du cyclisme international a fait du Tour de France son principal objectif. En guise de préparation à la « Grande Boucle », le natif de Komenda participera notamment à Milan-Sanremo. Il y a quelques semaines, Jasper Philippsen, son équipier au sein de la formation UAE Emirates, indiquait que lorsqu'il s'alignait au départ d'une course, Pogacar n'avait qu'une seule idée en tête : gagner à tout prix !

Caleb Ewan

Si les grimpeurs ont souvent leur mot à dire dans le final de Milan-Sanremo, il faut également compter sur la pugnacité des sprinteurs. Âgé de 26 ans, l'Australien Caleb Ewan fait incontestablement partie des hommes les plus rapides du peloton. Dixième en 2017, son meilleur résultat dans la « Primavera » date de 2018. Cette année-là, Vincenzo Nibali coupa l'herbe sous le pied des sprinteurs en plaçant une attaque magistrale dans le « Poggio ». Auteur d'une descente et d'un dernier kilomètre époustouflants, le « requin de Messine » franchit la ligne avec quelques longueurs d'avance sur Ewan, qui remporta le sprint du peloton devant le Français Arnaud Démare. Si, la saison dernière, le natif de Sydney dut se contenter d'une peu glorieuse vingt-neuvième place, il compte bien se rattraper cette année et figurer sur le podium, de préférence sur la première marche.

Elia Viviani

Âgé de 31 ans, Elia Viviani est un redoutable finisseur. À ce jour, force est de constater que la « Primavera » ne lui a guère été favorable, son meilleur classement étant une neuvième place lors de l'édition 2017. Une tendance que le sprinteur de la Cofidis entend bien inverser cette année.

Greg Van Avermaet

Après les grimpeurs et les sprinteurs, intéressons-nous aux spécialistes des courses d'un jour. Grand amateur de classiques, spécialement flandriennes, Greg Van Avermaet, 35 ans, n'est cependant jamais parvenu à briller dans Milan-Sanremo, son meilleur classement remontant à 2016, année où il termina cinquième. Espérons que cette année, notre compatriote réussira à faire mentir les statistiques.

Philippe Gilbert

Au cas où Caleb Ewan se laisse piéger par les différentes ascensions pimentant le parcours, Lotto-Soudal peut compter sur un atout de taille en la personne de Philippe Gilbert. Âgé de 38 ans, le Verviétois fait toujours partie des cadors du peloton. Notre compatriote possède un palmarès enviable, comprenant notamment deux Tours de Lombardie, quatre Amstel Gold Races, Liège-Bastogne-Liège, la Flèche Wallonne, le Tour des Flandres, Paris-Roubaix, ainsi qu'un titre de Champion du monde. Comme vous pouvez le constater, Milan-Sanremo est le seul « monument » manquant (provisoirement ?) à son tableau de chasse. Troisième de l'épreuve en 2008 et 2011, il n'est jamais parvenu depuis à se classer parmi les dix premiers.

Mathieu van der Poel

Il est rare qu'un « néo-professionnel » soit considéré d'emblée comme favori d'un « monument ». Cependant, Mathieu van der Poel n'est pas n'importe quel néophyte. Âgé de 25 ans, le Néerlandais fait partie des favoris, quelle que soit l'épreuve à laquelle il participe. En tant que leader de la formation Alpecin-Fenix, il est en outre entouré de coéquipiers hyper motivés, tels que les Italiens Sacha Modolo et Kristian Sbaragli, toujours prompts à lui venir en aide en cas de besoin.

Peter Sagan

Même si le niveau du Slovaque a diminué au fils des années, il continue de susciter la crainte et la méfiance chez ses adversaires. Âgé de 30 ans, le sprinteur de l'équipe BORA-hansgrohe est également à l'aise dès que la route se met à grimper. Comme il ne craint pas non plus les échappées en solitaire, il fait partie des principaux favoris de Milan-Sanremo. À l'instar d'autres grands champions tels que Greg Van Avermaet ou Philippe Gilbert, le natif de Žilina n'est jamais parvenu à inscrire la « Primavera » à son palmarès. En 2013 et 2017, il est cependant passé à deux doigts de la victoire, battu respectivement sur le fil par l'Allemand Gerald Ciolek et par le Polonais Michal Kwiatkowski.

Oliver Naesen

Dernier nom de la liste, notre compatriote Oliver Naesen pourrait bien créer la surprise. Âgé de 29 ans, le puncheur de l'écurie AG2R La Mondiale possède un palmarès dépourvu de victoire majeure. Il n'empêche que la difficulté et la longueur du parcours de la « Primavera » (291 kilomètres) en font, s'il est bien en jambes, un prétendant sérieux à la victoire finale. Et qu'en sera-t-il des outsiders tels que Michael Matthews, Alejandro Valverde et Michal Kwiatkowski? La réponse le 8 août !

Musique Maestro !

Voir tout

Le sport à la une

Voir tout

L'actu cinéma et séries

Voir tout

L'actu esport

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top