Zorro, le rôle emblématique d’Antonio Banderas

Le héros masqué revient ce mardi soir sur AB3 à 20 heures avec “La Légende de Zorro”. Un rôle qui colle toujours à la peau d’Antonio Banderas. Retour sur les deux films qui ont révélé l’acteur et ont marqué sa carrière de manière indélébile.

Le masque de Zorro

Antonio Banderas enfile le masque noir pour la première fois en 1998. Aux côtés du légendaire Anthony Hopkins, l’acteur espagnol est révélé (encore un peu plus) au grand public. Le rôle du justicier masqué, passé du misérable au noble Don Diego de la Vega, place Banderas au centre de l’action. Entre deux cascades à haut risque, son talent et sa prestance transcendent l’écran. On (re)découvre un acteur touchant, vaillant et totalement investi. Si ce personnage est loin d’être son premier rôle (on pense notamment à “Entretien avec un vampire” ou “Philadelphia”), Antonio Banderas va, avec “Le masque de Zorro” réalisé par Martin Campbell, donner un grand coup de fouet à sa carrière.

La légende de Zorro

Après le masque, la légende… Antonio Banderas retrouve son amour du premier film, Catherine Zeta-Jones, et son costume de héros pour une intrigue qui s’inscrit dans la continuité de la première. Si le scénario n’est pas vraiment surprenant, l’acteur, lui, élève encore un peu plus son jeu. C’est précisément ce film, sorti en 2005, et également réalisé par Martin Campbell, que vous retrouverez ce mardi soir sur AB3.

Sa vie après le masque

Après ce rôle révélateur, l’Espagnol, qui s’apprête à fêter ses 60 ans dans quelques jours, a enchaîné d’autres réalisations, telles que “La piel que habito”, “Frida” ou encore “Expendables 3”. Toutefois, elles n’ont pas toutes remporté un franc succès. Il est aussi passé de l’autre côté de la caméra en tant que producteur et réalisateur et a prêté sa voix pour le film d’animation à succès “Shrek”. Malgré ces projets et accomplissements au grand écran, aucun rôle ne lui a collé à la peau comme celui de Zorro.

Cinéma

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top