La refonte des logos, une lutte entre tradition et mondialisation

Serie A |

La mondialisation progressive du football s’accompagne de plus en plus souvent d’une refonte du logo des clubs. Sous couvert de mondialisation et de commercialisation des enseignes des clubs, certains logos emblématiques subissent parfois une profonde métamorphose qui est rarement du goût des supporters.

De Pickx

Partager cet article

Existe-t-il quelque chose de plus sacré dans le football que le blason d'un club? Alors que les joueurs, entraîneurs et dirigeants vont et viennent, le logo du club, lui, reste. Du moins, c'est ce qui se passait autrefois. Car aujourd'hui, de plus en plus de clubs décident de jeter leur logo à la poubelle pour le remplacer par une version plus moderne et plus élégante. Une démarche qui s'inscrit parfaitement dans la stratégie de marketing censée transformer les clubs de football en marques mondiales. Mais les supporters souvent voient bien souvent d’un mauvais oeil que l’on s’attaque ainsi à ce qui, pour eux, symbolise leur club de cœur.

La Juventus précurseure

Lorsque la Juventus de Turin a présenté son tout nouveau logo en 2017, nombreux sont ceux à avoir dénoncé une dégradation du patrimoine du club. Du beau logo rayé avec le taureau (le symbole de Turin), il ne reste désormais qu'une variante très sobre laissant deviner les lettres J et T. Le FC Nantes et le Stade de Reims, entre autres, ont suivi les traces de la Vieille Dame.

Ce type de logo, plutôt minimaliste, doit veiller à ne heurter personne, du supporter chinois aux supporters locaux. Mais le fait de ne pas consulter les fans, justement, peut parfois jouer des tours aux dirigeants.

Les clubs font marche arrière

En 2013, Everton a par exemple voulu abandonner la devise du club "Nil Satis Nisi Optimum" (Seul le meilleur est suffisant) sur son nouveau logo, ce qui a provoqué une levée de boucliers massive. Sous la pression des supporters, la fameuse devise a retrouvé sa place l'année suivante.

Vincent Tan, l'excentrique propriétaire de la ville de Cardiff (et du KV Courtrai), est allé encore plus loin. Le rouge étant la couleur préférée des Malaisiens et possédant également une valeur symbolique importante en Asie, l'homme d'affaires a décidé d'en faire la couleur du logo et du maillot des Bluebirds, avant de revenir sur ses pas quelques années plus tard.

La tendance au relifting complet des blasons ne semble pas encore avoir atteint la Belgique. Il a plutôt lieu lorsque que deux clubs fusionnent et adoptent une nouvelle identité, comme le Beerschot ou Mouscron. En 2016 néanmoins, le Racing Genk a décidé de moderniser son logo, tout en veillant à y glisser suffisamment de clins d'œil au passé pour ne pas créer une vague de protestations. 

Quant aux grands clubs comme le Real Madrid, le Bayern Munich et Manchester United, ils évitent pour l'instant de modifier trop radicalement leur blason. Il faut dire qu’ils n'ont pas vraiment besoin de beaucoup plus de publicité...

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top