One day, one goal: Rafael van der Vaart illumine le Klassieker

Le Klassieker entre l’Ajax Amsterdam et Feyenoord est l’un des duels les plus bouillants d’Europe. Et lorsqu’il offre au public des gestes venus d’ailleurs, comme par une après-midi de novembre 2003, il reste longtemps gravé dans les mémoires. Le héros du jour? Un certain Rafael van der Vaart.

Le 30 novembre 2003, le premier Klassieker de la saison a lieu dans une Amsterdam Arena gonflée à bloc. Très attendu, ce duel entre les deuxième et troisième de la saison précédente promet d’être spectaculaire, sur le terrain comme dans les tribunes. Feyenoord se déplace notmament avec Dirk Kuyt, Robin van Persie et Thomas Buffel, tandis que l’Ajax compte sur le sens du but de Wesley Sonck, titulaire en lieu et place de Zlatan Ibrahimovic, pour mettre à mal la défense de son rival.

Mais les Ajacides ont un autre atout dans leur manche. Issu du célèbre centre de formation de l’Ajax, le jeune Rafael van der Vaart est la nouvelle pépite du football néerlandais. A 17 ans, il faisait déjà déjà ses débuts en équipe première et est très vite devenu un titulaire indiscutable. En 2003, à 20 ans seulement, Ronald Koeman lui confie le brassard de capitaine. Dans le choc contre Feyenoord quelques mois plus tard, tous les regards sont logiquement tournés vers le prodige.

Un but “zlatanesque”

Dès la 4e minute de jeu, le jeune milieu de terrain va scotcher tout le monde. Alors que Nicolae Mitea, positionné dans le grand rectangle, reçoit un centre du flanc droit, il remise le ballon vers le petit rectangle en demi-volée. Van der Vaart, pas idéalement placé pour reprendre le cuir, tend son pied gauche vers l’arrière et effectue un geste de karatéka que n’aurait pas renié son coéquipier Ibrahimovic. La défense de Feyenoord est complètement mystifiée, tandis que le capitaine ajacide inscrit l’un des plus beaux buts de l’histoire du Klassieker.

Inarrêtable, le Néerlandais n’en reste pas là. Plein d’opportunisme, il double la mise à peine 7 minutes plus tard, profitant d’une énorme  mésentente dans la défense rotterdamoise. En un peu plus de 10 minutes, le talentueux numéro 10 vient de mettre à terre le grand rival, pour le plus grand bonheur des 50.000 supporters ajacides présents ce jour-là. Assommées, les troupes de Bert van Marwijk ne reviendront jamais au score.

L’Ajax champion

Cette saison-là l’Ajax empochera le 29e titre de son histoire, devant le PSV Eindhoven et Feyenoord. En 2005, après six ans de bons et loyaux service pour le club de son enfance, van der Vaart rejoint Hambourg en 2005, où il participe à la qualification du club en Ligue des champions. Très courtisé, il posera ensuite ses valises au Real Madrid, où il ne sera toutefois jamais incontournable, avant de filer à Tottenham pendant deux ans puis de revenir à Hambourg. Avec le club allemand, il frôlera la relégation à l’issue d’une dernière saison cauchemardesque.

Après un passage au Betis Séville et deux dernières piges au Danemark, celui qui fut par ailleurs un élément incontournable de la sélection Oranje des années 2000, participant notamment à la finale de la Coupe du monde 2010, rangera définitivement ses crampons en 2018.

Toujours plus de buts mémorables? Lisez également notre article consacré au but de Pavel Nedved contre Majorque.

Eredivisie

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top