'World Trade Center': la réalité humaine d'Oliver Stone

Cinéma | Sorti cinq ans après les attentats du 11 septembre 2001, le film 'World Trade Center', diffusé ce mardi à 21h40 sur AB3, a été accueilli de manière mitigée par la critique. Le réalisateur Oliver Stone a tenu à montrer une facette de la réalité qui lui tenait à coeur. Et il s'y est tenu.

De Proximus

Partager cet article

Retracer les évènements apocalyptiques du 11 septembre 2001 au cinéma n'est pas à la portée de tout le monde. Il est d'ailleurs impossible de réduire ces faits à 2 ou 3 heures de film tant les causes et les conséquences sont légion. Oliver Stone, en réalisant 'World Trade Center' en 2006, n'a d'ailleurs jamais revendiqué expliquer cette date historique. Il a surtout voulu rendre hommage aux survivants et, surtout, aux sauveteurs qui ont risqué leur vie dans les fumerolles toxiques.

Des héros du quotidien

L'histoire du film se concentre sur Will Jimeno (Michael Peña) et le sergent John McLoughlin (Nicolas Cage), deux membres du Port Authority Police Department qui se charge des opérations de police et de sécurité dans New York. Ces derniers, piégés sous plusieurs tonnes de gravats après l'effondrement des deux tours, tenteront de survivre en se soutenant et en se livrant l'un à l'autre sur les différents épisodes de leur vie.

Les deux héros ont véritablement existé. D'ailleurs, ils ont été impliqués, tout comme leurs femmes, dans l'écriture du long métrage. Le casting, lui, a été pris très au sérieux. Il a été demandé aux deux protagonistes quels étaient les acteurs qui pouvaient au mieux les représenter. Certains vrais policiers et pompiers sont également apparus dans le film pour le rendre encore plus crédible et réaliste.

Un réalisme ciblé

En tout, un seizième des tours a été reconstitué dans un ancien hangar. Malgré cette recherche de l'exactitude, certaines critiques se sont abattues sur le film. Les deux héros ont tout du citoyen parfait: bons pères, bons époux, bons camarades, bons flics. La vie ordinaire de ces gens devenus extraordinaires est passée au peigne fin. Mais, sans rejetter l'émotion intense du long métrage, beaucoup affirment que le réalisateur a davantage voulu montrer une Amérique forte et toujours debout en occultant l'Amérique touchée en plein coeur.

Les failles de l'administration américaine ou encore l'aspect politique ont été délibérément laissés de côté. Dans ce film, le focus a davantage été mis sur les sauveteurs qui ne sont que très rarement félicités dans la vie de tous les jours. Là où les médias et l'opinion publique ont centré leurs oeillères sur les civils et les conséquences d'un tel drame au niveau international, Olivier Stone a choisi une autre direction. Une prise de risque saluée par les héros eux-mêmes, ce qui est déjà une victoire en soi pour le réalisateur.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top