Pourquoi l'avenir de l'équipe nationale américaine s'annonce radieux

Le 4 juillet, les Américains célèbrent traditionnellement le Jour de l'Indépendance, lors duquel le pays s'est libéré du joug de l'Angleterre. Bientôt, les Américains pourraient également fêter l'un ou l'autre exploit dans le domaine du football, car leur nouvelle génération se fait progressivement connaître en Europe. Rapide passage en revue de ceux qui pourraient, qui sait, emmener leur pays vers un sacre surprise lors du Mondial 2026 en partie organisé à la maison.

Si vous parlez de sport aux Américains, il y a de fortes chances que cela soit de basket-ball (NBA), de football américain (NFL) ou de base-ball (MLB). Le soccer pourrait pourtant bientôt devenir le sport numéro un outre-Atlantique. Parallèlement à la montée progressive de la MLS, la ligue de football américain, de plus en plus de jeunes talents se font tout doucement un nom en Europe. Les Etats-Unis pourraient donc bientôt disposer d’un onze de base très compétitif. Nous vous en présentons déjà trois porte-drapeaux.

Christian Pulisic, le pionnier

Impossible d’évoquer l’avenir du football américain sans parler de Christian Pulisic. A 21 ans seulement, le joueur a explosé sur la scène européenne avec le Borussia Dortmund. Après avoir fait ses armes dans la célèbre académie du club allemand, l’Américain a fait ses débuts avec les jaune et noir en janvier 2016. Avec sa technique et ses innombrables courses sur son flanc, ce fils de deux footballeurs est rapidement devenu incontournable au Borussia. Joueur américain de l'année en 2017, il disputera un total de 127 matches pour Dortmund, au cours desquels il marquera 19 buts et délivrera 26 passes décisives

Le nouveau porte-étendard de la nouvelle génération américaine a ainsi ouvert la voie à une horde de jeunes compatriotes débarqués en Bundesliga et bien décidés à marcher sur ses pas. Au cours de l'été 2019, le plus jeune buteur étranger de Bundesliga quitte les Borussen pour poser ses valises à Chelsea contre environ 65 millions d'euros. Avec les Blues, ses débuts ne sont pas tonitruants mais, ces dernières semaines, Pulisic semble retrouver sa grande forme.

Giovanni Reyna prêt à prendre la relève

Le transfert de Pulisic venait tout juste d'être annoncé que son successeur se tenait déjà prêt. Tout comme son compatriote, Giovanni Reyna a rejoint très tôt les équipes de jeunes de Dortmund, avant d’être promu en équipe première à l'hiver 2019. Fils de Claudio Reyna, considéré comme l'un des meilleurs footballeurs américains de tous les temps, le milieu offensif d'à peine 17 ans a rapidement fait parler de lui. Si Lucien Favre n’a encore laissé à son poulain qu’une poignée de minutes en équipe première, son talent saute aux yeux. A tel point que son coéquipier Erling Haaland le décrit déjà comme le "rêve américain".

Tyler Adams pour assurer l'équilibre

Bien sûr, la puissance offensive ne fait pas tout dans une équipe, et une solide assise défensive est aussi importante. Mais là aussi, les troupes du sélectionneur national Gregg Berhalter ont de quoi préparer l'avenir. Le New-Yorkais Tyler Adams est passé d'une équipe Red Bull à une autre au début du mois de janvier 2019. Au RB Leipzig, le milieu défensif s'est rapidement imposé comme le moteur de l'équipe. Des blessures ont quelque peu freiné son ascension, mais la prolongation de son contrat jusqu'en 2025 montre à quel point le club a confiance en son jeune joueur.

Et ce n'est pas tout. Chris Richards (20 ans, défenseur central du Bayern Munich), Weston McKennie (21 ans, milieu de terrain de Schalke 04), Josh Sargent (20 ans, attaquant du Werder Brême), Zack Steffen (25 ans, gardien de but du Fortuna Düsseldorf mais propriété de Manchester City) et Sergiño Dest (19 ans, défenseur droit de l'Ajax) sont également en lice pour une place dans la sélection américaine. L'avenir semble donc plus que prometteur pour le pays de l'oncle Sam. Assez pour créer la surprise lors de la Coupe du monde 2026, co-organisée par les Etats-Unis?

Football

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top