App TV
Proximus Pickx Télécharger l'app GRATUITEMENT
Ouvrir

En backstage avec le rappeur liégeois Absolem

Gros câlins avant de monter sur scène, souvenirs d’enfance aux Ardentes et moment groupie. Absolem nous raconte ses rituels avant de monter sur scène et de ses meilleurs souvenirs en festival.

Texte : Romain Vennekens

Pour un·e artiste, monter sur scène est un moment de vérité. C’est là qu’iel peut sentir l’arc électrique se tendre avec son public et confronter sa musique à l’appréciation de la foule. Pour en savoir plus les sentiments que procurent ces moments, on s’est posé·es avec l’artiste liégeois Absolem pour discuter de son expérience live et de ses souvenirs de festivals.

VICE : Comment tu te sens avant un concert ?
Absolem : Je suis toujours très détendu jusqu’à cinq minutes avant que ça commence. Là, j’ai comme un petit coup, une montée d’adrénaline. C’est une sensation que je kiffe à fond. Je suis un peu excité, j’essaie de me concentrer, de checker les gens avec qui je vais monter sur scène. Cette adrénaline, elle est vraiment à son max quand le concert commence, mais après la première track, ça part direct.

Est-ce que tu as un rituel, une habitude, que tu fais chaque fois avant de monter sur scène ?
Très important, mon rituel, c’est que quelques minutes avant, je fais un câlin à tous les membres de mon équipe, je serre fort dans mes bras tout le monde. On s’encourage et juste avant de monter sur scène, y a mon pote Tonton Chami qui me met une petite claque. C’est quelque chose qu’on fait toujours. Une minute avant, il me met une petite claque et ça me réveille, ça me donne envie de tout foutre en l’air.

Et en sortant ?
Quand je sors de scène, je suis souvent transpirant et je suis aux anges. J’ai le sentiment d’avoir accompli ma mission, je me sens totalement épanoui parce que j’ai donné plein d’énergie. Je suis vide, mais la première chose que je fais c’est de re-checker les gens avec qui j’étais sur scène. Après j’ouvre toutes sortes de boissons alcoolisées et je commence à faire la fête.

“Mon festival préféré, ça reste les Ardentes. J’y vais chaque année depuis que j’ai 9 ans."

Absolem

En Belgique, c’est quoi le festival qui te plaît le plus ?
Je viens de Liège et franchement, mon festival préféré, ça reste les Ardentes. C’est un festival où je vais chaque année depuis que j’ai 9 ans. J’y allais avec ma grande sœur, mon grand frère, même une fois avec ma mère. Après les années ont passé et j’ai commencé à y aller de moi-même avec des potes. Mes goûts ont varié et j’ai pu y voir des choses incroyables. C’est le festival de ma ville et ça fait hyper plaisir d’y aller.

Tu peux me parler d’un de tes meilleurs souvenirs en festival ?
Je vais te raconter une sacrée expérience, l’une de mes meilleures expériences même. En 2015, j’ai ouvert les Ardentes avec mon groupe Hesytap Squad et on jouait le même jour que Kendrick Lamar. J’ai eu l’honneur de le croiser au catering, on a mangé l’un en face de l’autre. On lui a demandé de faire une photo et il a dit que dès qu’il avait fini de manger, c’était à l’aise. Mais moi j’en pouvais plus, je devais trop aller aux toilettes, alors j’y suis allé. Quand je suis revenu, j’ai vu Kendrick partir. C’était le seul moment où il avait bien voulu faire la photo et je n’étais pas là. C’était à la fois le plus beau moment artistique et la plus belle déception. Ça sera gravé dans ma tête à jamais.

Tu as déjà eu un concert où tu as dû faire face à un souci, technique ou autre ? Comment tu as réagi ?
En 2019, on a fait les 24 Heures Vélo de Louvain-la-Neuve avec Venlo. On joue toujours ensemble : il est mon backeur pour mes concerts et je suis le sien pour ses concerts. À un moment, je saute sur scène quand le refrain arrive et je retombe sur une sorte de multiprise en plastique. J’ai éclaté cette prise avec mon pied et là toute la sono s’est arrêtée. Franchement, c’était un moment de pression incroyable. C’était l’un de nos meilleurs concerts et après trois morceaux, je vois cette prise éclatée sous mon pied. Ce qui était très drôle c’est que les gens ont cru que c’était Venlo et ils se sont mis à chanter que c’était la faute de Venlo et ça, j’ai trop kiffé. Je n’ai rien dit et j’ai laissé le public chanter que c’était Venlo. C’était incroyable. Et puis les étudiant·es qui nous regardaient étaient tellement chaud·es qu’on a pu mettre l’ambiance pendant les quelques minutes durant lesquelles les ingés son ont réglé le problème. C’était lourd, c’était un bon souvenir.

Quel est le meilleur concert que tu as vu ?
Encore une fois, c’était aux Ardentes, le concert de D’Angelo, c’était très lourd. Il n’y avait pas beaucoup de monde, je crois que c’était pendant un autre gros concert, mais c’était vraiment l’un des meilleurs concerts que j’ai vu. Il y avait un côté un peu intime alors que c’était en plein air et puis pour moi c’était quelqu’un de légendaire qui jouait devant nous. On aime beaucoup sa musique dans l’équipe donc c’était une chance de le voir sans être serré dans une foule.

Dans quel festival rêverais-tu de jouer ?
Franchement, ça doit être sympa de faire un petit Dour à une très bonne heure. Un petit Dour, scène extérieure, à 20h, je suis très chaud. Ça doit vraiment être un truc incroyable. Après, il y a aussi pas mal de festivals aux Etats-Unis qui sont légendaires, mais dans un premier temps, Dour à vingt heures, je serais ravi.

VICE & Pickx - 1 Stage Festivals

Susobrino Live @ Cactus Muziekcentrum

Susobrino met le Cactus Muziekcentrum en trance

Regardez la VICE Interview de Flying Horseman

Flying Horseman parle des plus belles leçons que leurs parents leur ont apprises, et de ce qui les met en colère, comme l'injustice, ou simplement les membres du band

Regardez la VICE Interview de Eefje de Visser

Eefje de Visser nous parle des pouvoirs de YouTube et de ses soirées cocktails faits maison

Susobrino nous raconte ses festivals, pour le meilleur et pour le pire

« La pluie est soudainement tombée sur tous mes instruments et il a fallu tout remballer immédiatement. »

Comment le festival intimiste Cactus permet à Bruges de rester jeune

« On a réussi à placer Bruges sur la carte, non seulement en tant que ville culturelle historique, mais également en tant que ville culturelle contemporaine. »

Commander Spoon Live @ Kompass Klub

Commander Spoon fait danser un Kompass Klub vide à l’initiative du Gent Jazz.

EMY Live @ Kompass Klub

Le trio de jazz Emy Kaboré, Brian Bogaert et Sander Huys ont plongé le Kompass Klub dans une chaleur musicale enivrante pour 1 Stage for Gent Jazz.

Regardez la VICE Interview avec EMY

Le trio de jazz EMY nous parle de boule à Z, de théories autour de la mort de Kurt Cobain et d’une époque révolue où l’on pouvait être plus libres.

BeraadGeslagen Live @ Kompass Klub

Fulco Ottervanger et Lander Gyselinck de BeraadGeslagen nous en mettent plein les oreilles au Kompass Klub à Gand

Regardez la VICE Interview avec BeraadGeslagen

BeraadGeslagen parle de l'importance de pleurer, de ce qu'il y a de mieux sur Internet et de pourquoi Fulco devrait lancer une chaîne YouTube de yoga en backstage.

Qu’est-ce qui rend le Kompass Klub si magique ?

« Bien souvent, un club c’est seulement quatre murs ; et je voulais donner au public quelque chose de plus que ce sentiment de simple discothèque. »

Grosses vannes et zénitude : en backstage avec le groupe Commander Spoon

« C’était comme si Dour était à nous. On était blindé de Belges dans les loges et c’était hyper cool. Tu te disais que les choses étaient en train de changer. »

L’organisateur du Gent Jazz nous dit comment il trouve les talents de demain

« Notre programmation est constamment en mouvement. Bien sûr, on respecte un certain fil conducteur, l’âme de la musique ; mais on ose sortir de sentiers battus. »

Baloji Live @ AB

L’artiste belgo-congolais nous a clairement rappelé l'ambiance de Couleur Café

Miss Angel Live @ AB

L'artiste anversoise fout le feu à l'AB avec un show plein de bangers, de Money Making Mami à Female Legend.

Brihang Live @ AB

Tout droit venu de la Flandre-Orientale, Brihang prend le contrôle de l'AB avec ses chefs-d'œuvre poétiques pour 1 Stage for Couleur Café.

Regardez la VICE Interview avec Miss Angel

Notre Female Legend nationale nous parle de l'importance de la danse dans ses performances, ses influences musicales et ses funérailles

Regardez la VICE Interview avec Brihang

L'artiste flamand nous parle d’un poulet-crocodile, de sa fille et de comment il enregistre sa copine en scred

Voici comment la programmatrice de l'AB découvre des talents musicaux

« Zwangere Guy, c’était simplement le Gorik de la cuisine ! »

Adrénaline, dopamine et endorphine : faites place, Baloji arrive sur scène

« En cas de souci technique, il faut continuer, on n’a pas le choix, on est face à un public, c’est show must go on. »

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top

Contrôle parental actif

Veuillez introduire votre code PIN pour désactiver le contrôle parental pendant 10 minutes.

Code PIN oublié? Contactez le 0800 99 696

Aide?