L'équipe des Diables Rouges que vous avez choisie

Après des semaines de votes, où les choix furent parfois cornéliens, il est temps de vous révéler votre onze idéal de notre équipe nationale. Une formation qui fait la part belle à notre génération dorée actuelle mais qui inclut également plusieurs légendes de notre glorieux passé.

Le gardien: Thibaut Courtois

Le portier actuel des Diables Rouges est titulaire en équipe nationale depuis 2011. Il a disputé notamment deux Coupes du monde (2014 et 2018) ainsi que l'Euro 2016 en France. C'est lors de la dernière Coupe du monde en Russie qu'il s'est particulièrement illustré en étant nommé à la fin de la compétition "Meilleur gardien du Mondial".

Ce titre, il le doit notamment à sa performance exceptionnelle face au Brésil en quart de finale. Si les Diables Rouges ont réussi à atteindre le dernier carré, c'est notamment grâce aux multiples arrêts de la pieuvre dont une sublime claquette dans les derniers instants de la rencontre sur un tir de Neymar. Nul doute que le gardien du Real Madrid apportera encore beaucoup de satisfaction à Roberto Martinez.

L'arrière-gauche: Jan Vertonghen

Faisant partie de la génération dorée et en tant que joueur le plus capé des Diables Rouges, Jan Vertonghen n'a pas besoin d'être présenté. Super Jan fait partie des meubles de la Premier League et de l'équipe nationale depuis des années. En 2007, Vertonghen fait ses débuts avec les Diables. Dix ans plus tard, il dépasse le nombre de sélections de Jan Ceulemans et un an plus tard, il dépasse le cap des 100 sélections. Vertonghen a disputé deux Coupes du monde, en 2014 et 2018, et un Euro en 2016. Contre la Corée du Sud en 2014, il inscrit le seul but du match, mais son goal contre le Japon lors de la dernière Coupe du monde ne sera pas oublié de sitôt. Alors que les Belges sont menés 0-2 en huitième de finale, Vertonghen marque le but de la tête le plus lointain de l'histoire de la Coupe du monde. L'amorce d'une remontada fulgurante.

L'arrière-droit: Eric Gerets

De sa première cap en 1975 face à l'Allemagne de l'Est à sa dernière face au Pays de Galles en 1991, Eric Gerets aura en tout arpenté le flanc droit de l'équipe nationale de Belgique à 86 reprises. Déjà présent en finale de l'Euro 80, le lion de Rekem devient capitaine des Diables Rouges lors de la Coupe du monde organisée en Espagne deux ans plus tard. Mais c'est bien en 1986 qu'il réalisera son plus bel exploit.

Mexico 86 restera à jamais gravé dans la mémoire des supporters belges. Avant d'être éliminés en demi-finale face à l'Argentine, les troupes de Guy Thijs ont réalisé deux performances phénoménales contre l'ex-URSS et face à l'Espagne en quart de finale. Eric Gerets fut à chaque fois de la partie et il a notamment délivré l'assist du 2-3 en prolongations contre les Soviétiques à Stéphane Demol.

Le défenseur central: Vincent Kompany

Vince the Prince fait partie du noyau des Diables Rouges depuis une éternité maintenant. Précoce, il débute à l'âge de 17 ans et 314 jours sous le maillot national le 18 février 2004 lors d'un match amical contre la France. Il fait également partie de l'équipe qui décroche la quatrième place aux Jeux olympiques de 2008, même s'il est exclu lors du premier match. Grâce à son talent et son tempérament de leader, le défenseur deviendra capitaine de l'équipe nationale dans les années qui suivront, jusqu'à ce qu'il doive céder cette place à Eden Hazard juste avant l'Euro 2016, qu'il manquera pour cause de blessure.

Kompany est toutefois titulaire à la Coupe du monde au Brésil en 2014. Quatre ans plus tard, en Russie, le défenseur central revient en forme juste à temps pour l'importante phase à élimination directe. Vinnie joue un rôle essentiel dans la victoire en quarts de finale contre le Brésil. Son coup de tête dévié par un défenseur permettra à la Belgique de mener 0-1. Le prélude à une belle victoire courronnée d'une troisième place.

Ces dernières années, des blessures lui ont à nouveau mis des bâtons dans les roues, mais à 34 ans et avec 89 caps, King Kompany reste une certitude dans le onze de Roberto Martinez.

Le défenseur central: Daniel Van Buyten

Le colosse originaire de Chimay a véritablement marqué l'histoire de notre équipe nationale. En 85 caps, Daniel Van Buyten inscrit pas moins de 10 buts. Son apport sur les coups de pied arrêtés a sauvé à plus d'une reprise la Belgique.

Pour son dernier tournoi à la Coupe du monde 2014, l'ancien défenseur du Standard de Liège, de Marseille et du Bayern Munich a véritablement écoeuré tous ses adversaires jusqu'en quart de finale. Pourtant, les supporters retiendront avant tout son incroyable coup de casque face à l'Écosse en 2001 qui a permis aux Diables Rouges de Robert Waseige de rejoindre le Mondial 2002 en Corée du Sud et au Japon.

Le milieu gauche: Eden Hazard

Eden Hazard fait ses débuts sous les ordres de René Vandereycken lors d'un match amical contre le Luxembourg le 19 novembre 2008. Il n'a alors que 17 ans et 316 jours. Hazard impressionne immédiatement par son intelligence de jeu et son bagage technique. Depuis lors, il a déjà revêtu le maillot national à 106 reprises, ne laissant que Jan Vertonghen en tête en nombre de caps.

Il faut un certain temps avant que la star du Real Madrid ne trouve vraiment sa place chez les Diables Rouges. Sa relation avec le coach Georges Leekens est notamment tendue. L'ailier de Lille doit attendre son 23e match pour trouver pour la première fois le chemin des filets. Ces dernières années, Hazard, promu capitaine, a cependant pris de plus d'ampleur chez les Diables où il occupe un véritable rôle de leader. En tant que titulaire incontestable et incontesté, il participe à la Coupe du monde 2014 mais aussi à l'Euro 2016 et au très beau parcours de la Belgique au Mondial 2018.

À l'Euro 2016 en France, sa deuxième patrie, il réalise une masterclass face à la Hongrie de Bernd Storck en huitième de finale. Il qualifiera à lui seul la Belgique pour le tour suivant grâce à un but et une passe décisive mais aussi à un match maîtrisé de bout en bout. À la Coupe du monde 2018, il étale toute sa classe en quart de finale face au Brésil. "Le meilleur match de ma carrière", affirmera Hazard après coup.

Le milieu droit: Dries Mertens

Lancé par Georges Leekens en 2011, Dries Mertens possède dans un premier temps un statut de joker de luxe. Évoluant au PSV Eindhoven, l'ailier droit réalise une masterclass en match amical face aux Pays-Bas au stade Roi Baudouin en 2012. Alors que la Belgique est menée au score 1-2, Dries Mertens monte au jeu et égalise huit minutes après son entrée. Il délivre ensuite deux passes décisives à Romelu Lukaku et Jan Vertonghen pour porter le score à 4-2.

À la Coupe du monde 2014, sous les ordres de Marc Wilmots, il débute à nouveau sur le banc lors de la première rencontre des phases de poules mais gagne sa place de titulaire en offrant la victoire aux Belges face à l'Algérie. Dries Mertens dispute également l'Euro 2016 et la Coupe du monde 2018, c'est notamment lui qui inscrit le premier but des Diables Rouges en Russie. En 90 sélections, le meilleur buteur de l'histoire de Naples a pour l'instant planté 18 roses et délivré 27 assists.

Le milieu central: Kevin De Bruyne

Pilier de l'actuelle Golden Generation, De Bruyne enfile les passes décisives comme les perles partout où il passe. Avec le recul, il est difficile de croire que José Mourinho l'ait un jour snobé à Chelsea parce qu'il ne correspondait pas au style de jeu de l'entraîneur portugais. Aujourd'hui, le milieu de terrain complet fait les beaux jours de Manchester City et est le métronome des Diables Rouges. De Bruyne a participé à la Coupe du monde 2014 et 2018, ainsi qu'à l'Euro 2016. Il a notamment mis la Belgique sur la voie de la victoire contre les États-Unis à la Coupe du monde 2014 et contre le Brésil il y a deux ans.

Le milieu central: Axel Witsel

Pilier actuel de l'entrejeu des Diables Rouges de Roberto Martinez, Axel Witsel est présent en équipe nationale depuis le 26 mars 2008. Ce jour-là, le Liégeois ne pouvait rien faire pour empêcher la Belgique de s'incliner en match amical au stade Roi Baudouin face au Maroc mais il inscrivait cependant déjà son premier but. Titulaire inamovible sous Marc Wilmots et sous Roberto Martinez notamment, le milieu de terrain du Borussia Dortmund dispute quasiment l'intégralité des rencontres à la Coupe du monde 2014 mais aussi à l'Euro 2016 et au Mondial 2018. Au Brésil et en Russie, il ne rate que les matches de classement face à la Corée du Sud et à l'Angleterre. À la Coupe du monde 2018, il étale toute sa classe face au Brésil pour contenir les assauts répétés des Auriverdes et contribuer grandement à la qualification des Diables Rouges pour les demi-finales.

L'attaquant: Paul Van Himst

C’est l'un des meilleurs footballeurs belges de tous les temps et, avec les Diables Rouges, il fut un véritable fer de lance. La Coupe du monde 1970 au Mexique fut un échec et les critiques n’ont pas été tendres avec Van Himst, ce qui l'avait poussé à prendre sa retraite internationale. Heureusement, Van Himst reviendra sur cette décision et participera avec les Diables Rouges à l’Euro 1972.

La Belgique y a terminé à la troisième place en remportant la petite finale contre la Hongrie (2-1). Dans ce match, Van Himst a marqué le deuxième but des Belges. La légende d'Anderlecht fut, avec Bernard Voorhoof, le meilleur buteur des Diables Rouges pendant des décennies, avec trente buts au compteur. Il a récemment été dépassé par Eden Hazard et Romelu Lukaku.

L’attaquant: Romelu Lukaku

Il n'a jamais été incontestable, mais à 24 ans, il était déjà le meilleur buteur de l'histoire de notre équipe nationale. Il faut reconnaître que Romelu Lukaku, une fois qu'il a mis la vareuse des Diables Rouges, est presque inarrêtable. Big Rom a fait ses débuts à l'âge de 16 ans et 296 jours lors d'un match amical contre la Croatie en 2010, ce qui fait de lui le troisième plus jeune capé de tous les temps. Un peu plus de 10 ans plus tard, l'attaquant de l'Inter a déjà bouclé 84 matches internationaux, au cours desquels il a trouvé le chemin des filets à 52 reprises. Aucun Diable Rouge ne se rapproche de ces statistiques.

Lukaku était déjà présent à la Coupe du monde 2014, mais il a dû attendre l'Euro 2016 pour devenir un titulaire indiscutable. La machine à marquer n'hésite pas longtemps quand il s'agit de choisir son plus beau goal jamais inscrit avec le maillot national. Il s'agit, en effet, de sa réalisation de la tête contre le Portugal en amical sur un centre de son frère Jordan. Tout un symbole. Cependant, on se souvient surtout de lui pour son but contre les USA en 2014, sa feinte de corps phénoménale contre le Japon (score final 3:2) et son match incroyable contre le Brésil en 2018, où il a transmis la balle à Kevin De Bruyne pour le 0-2 après avoir réalisé un rush impressionnant.

Le sélectionneur national: Roberto Martinez

Depuis sa nomination en août 2016, Roberto Martinez n'a subi que trois défaites avec les Diables Rouges. Le sélectionneur espagnol a permis à la Belgique d'atteindre le dernier carré à la Coupe du monde 2018 en éliminant notamment sur sa route le quintuple champion du monde, le Brésil.

Faisant l'unanimité auprès de l'ensemble des joueurs, sa finesse tactique est appréciée par la majorité des supporters et des observateurs. Après avoir prolongé l'aventure avec les Diables jusqu'en 2022, il sera désormais jugé sur ses performances à l'Euro 2021 où tout un pays l'attend au tournant. Un éventuel titre pourrait évidemment le faire rentrer un peu plus au panthéon des meilleurs techniciens belges de tous les temps.

Musique Maestro !

Voir tout

Le sport à la une

Voir tout

L'actu cinéma et séries

Voir tout

L'actu esport

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top