Cinq grands moments de la carrière d'Eddy Merckx

Eddy Merckx souffle aujourd'hui ses 75 bougies. L'occasion de revenir sur quelques exploits ou dates clés qui ont fait la légende du plus grand coureur cycliste de tous les temps. Joyeux anniversaire Eddy!

Champion du monde à 22 ans

Après sa révélation chez les amateurs où il décroche pas moins de 84 victoires, dont un championnat du monde, le jeune Eddy Merckx découvre le monde professionnel en 1965 au sein de la Solo-Superia, une équipe formée autour du champion Rik Van Looy. Merckx se fait très vite remarquer dans le peloton, s'adjugeant notamment Milan-San Remo en 1966 et 1967, la Flèche wallonne en 1967 et deux étapes de Paris-Nice. Et son premier sacre mondial ne tarde déjà pas à arriver. Le 3 septembre 1967, il devance au sprint le Néerlandais Jan Janssen et l’Espagnol Ramon Saez et est couronné champion du monde aux Pays-Bas. Son premier grand coup d’éclat et le début de l'ère Merckx dans le peloton.

Première victoire sur le Tour en 1969

“Ce premier succès au Tour, c’est le plus beau moment de ma carrière, son sommet, ma plus belle victoire”, expliquera le Cannibale des années plus tard. Le 20 juillet 1969, Merckx remportait le premier de ses cinq Tours de France lors de sa première participation. Clin d’oeil du destin, c’est à Woluwe-Saint-Pierre, là où il a grandi, qu’il endosse le mythique maillot jaune pour la première fois de sa carrière. Dans l’étape reine des Pyrénées, disputée entre Louchon et Mourenx, le Belge assomme la concurrence. Il avale seul les cols de Soulor et de l’Aubisque pour s’imposer au terme d’une chevauchée exceptionnelle de 140 km. A l’arrivée, il compte près de 8 minutes d’avance sur le deuxième de l’étape, l’Italien Michele Dancelli. Six jours plus tard, Merckx termine le travail dans le contre-la-montre final à Paris et s'assure de la victoire finale. En plus du maillot jaune, il remporte six étapes, le maillot vert, le classement de la montagne, la combativité, le combiné et le classement par équipes.

Le record de l'heure à Mexico

Le 25 octobre 1972 au Mexique, Eddy Merckx brise un record qui le fera encore un peu plus entrer dans la légende. Sous les yeux du roi Léopold III et de la princesse Lilian de Réthy, il s’élance sur la piste du vélodrome Agustin Melgar et parcourt 49,431 km en une heure, soit 800 m de mieux que le record détenu depuis 1968 par le Danois Ole Ritter. "Ce fut la pire souffrance de ma carrière", expliquera plus tard le Bruxellois. Une performance qui ponctue une nouvelle saison exceptionnelle pour l’Ogre de Tervueren qui remporta aussi la Flèche Wallonne, Liège-Bastogne-Liège, le Giro, le Tour de France et le Tour de Lombardie.

La défaillance de Pra-Loup

Après cinq succès en six ans, le Roi Eddy est bien parti pour faire à nouveau sa loi sur le Tour 1975. Mais la supériorité écrasante de ce champion taiseux n’est pas du goût de tous. Alors qu'il domine une nouvelle fois le classement général, un spectateur lui assène un coup de poing au foie lors de la montée du Puy-de-Dôme, lors de la 14e étape. Le Bruxellois parvient néanmoins à conserver sa tunique jaune, mais plus pour longtemps. Le lendemain, alors qu’il entame seul en tête la montée finale de Pra-Loup, il connaît une terrible défaillance. Derrière lui, ses principaux concurrents ne se font pas prier. Felice Gimondi d’abord, puis Bernard Thévenet, Zoetemelk et Van Impe dépassent le quintuple vainqueur du Tour. C’est finalement Thévenet qui remporte l’étape et prend près de 2 minutes d'avance sur Merckx. Il s’adjugera quelques jours plus tard son premier Tour, mettant fin à la suprématie du Cannibale.

Un septième succès sur la Primavera

Eddy Merckx et Milan San-Remo, c’est une belle et longue histoire d’amour débutée en 1966. Dix ans plus tard, six succès sur la classique italienne ne l’ont pas rassasié. En 1976, alors qu'il est au crépuscule de sa riche carrière, Merckx signe son dernier grand succès sous le maillot de l'équipe Molteni. Après une violente accélération dans le Poggio, il se retrouve seul en tête avec son compatriote Jean-Luc Vandenbroucke dans la descente vers San Remo. Sans trop de difficulté, Merckx s’impose au sprint et empoche son septième succès sur la Primavera, battant ainsi le record de victoires de l’Italien Costante Girardengo, vainqueur six fois de 1918 à 1928.

Dix ans après sa première grande victoire professionnelle sur la même épreuve, la boucle est bouclée. Son 19e monument sera le dernier et, en 1978, il pend définitivement son vélo au clou pour laisser place à la nouvelle génération, incarnée notamment par le Français Bernard Hinault.

Musique Maestro !

Voir tout

Le sport à la une

Voir tout

L'actu cinéma et séries

Voir tout

L'actu esport

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top

Contrôle parental actif

Veuillez introduire votre code PIN pour désactiver le contrôle parental pendant 10 minutes.

Code PIN oublié? Contactez le 0800 99 696

Aide?