One day, one goal: le “but fantôme” de Geoffrey Hurst place l’Angleterre sur le toit du monde

Le 30 juillet 1966, l'Angleterre remportait la première et unique Coupe du monde de son histoire. En finale contre l’Allemagne de l’Ouest, l’attaquant anglais Geoffrey Hurst inscrivit sans doute le but le plus contesté de l’histoire du football.

Pays hôte de cette Coupe du monde 1966, l’Angleterre est bien décidée à arracher son premier trophée international sur ses terres, elle qui n'a jamais véritablement brillé dans le tournoi. Mais elle compte cette fois dans ses rangs des joueurs accomplis tels que Bobby Charlton, Bobby Moore ou encore Roger Hunt. Parfois aidés par un arbitrage clément, les Three Lions enchaînent les victoires. Dans un quart de finale électrique, ils parviennent à se défaire de l’Argentine, puis, au tour suivant, effacent le Portugal d’Eusebio. La folle ambition des Anglais n’a jamais été aussi près de se concrétiser.

Dernier obstacle à se dresser sur leur route, l’Allemagne de l’Ouest du jeune Franz Beckenbauer a de solides arguments. En finale à Wembley, elle le prouve en ouvrant le score dès la 12e minute par l’entremise de Helmut Haller. Mais les Three Lions ont du répondant et peuvent compter sur le sens du but de l'attaquant Geoffrey Hurst pour rétablir l’égalité. Le début d’une folle soirée pour le serial buteur de West Ham United.

But valable ou terrible injustice?

A un peu moins d’un quart d’heure du terme, les Anglais pensent avoir fait le plus dur en prenant l’avantage grâce à leur milieu offensif Martin Peters. Les Allemands, coriaces, arrachent néanmoins les prolongations dans les derniers instants du temps réglementaire.Tout est alors à refaire pour les troupes d’Alf Ramsey.

Mais Hurst, encore lui, va ensuite faire basculer la rencontre en inscrivant l’un des buts les plus controversés de l’histoire de football. A la 101e minute, il récupère un centre de Ball, contrôle le cuir et envoie une frappe qui heurte la transversale. Le ballon rebondit au sol puis ressort du but, avant d’être dégagé par un défenseur allemand. Mais a-t-il franchi la ligne? Pris au dépourvu, l'arbitre consulte son juge de ligne puis valide le but, malgré les protestations des Allemands. Wembley explose, et les Three Lions filent vers le sacre mondial.

En grande forme ce soir-là, Hurst inscrira encore un but dans les tout derniers instants du match, faisant de lui le seul joueur de l’histoire à avoir réussi un triplé lors d'une même finale de Coupe de monde. Le match se termine sur un score de 4-2 et l’Angleterre est sacrée championne du monde.

Une éternelle controverse

Un temps persuadé que le ballon était entré, Geoffrey Hurst nuancera son avis bien plus tard: “Je n'ai pas vraiment vu s'il y avait but, mais j'ai senti que le ballon était dedans”. Les Allemands, eux, ont toujours été convaincus du contraire. “Je mourrai avec la certitude que le ballon n'était pas entré”, affirma un jour le gardien de la Mannschaft Hans Tilkowski.

Plus de cinquante ans plus tard, le “but fantôme de Wembley” reste un mystère impossible à élucider, les images de l’époque ne permettant pas de clore le débat une bonne fois pour toutes, malgré de nombreuses tentatives.

Clin d’oeil de l’histoire, l’Angleterre et l’Allemagne se retrouvent en huitièmes de finale de la Coupe du monde 2010. Alors que les Allemands mènent 2-1, le tir du milieu de terrain anglais Frank Lampard frappe la transversale, rebondit derrière la ligne de but, puis retouche la transversale avant d’être capté par Manuel Neuer. Cette fois, les images sont claires: le ballon a bien franchi la ligne. Mais le but est finalement refusé après une discussion entre l’arbitre et son assistant. Le lendemain, le quotidien allemand Bild parlera de “vengeance” en référence au fameux but de la finale de 1966.

Cette injustice manifeste relancera néanmoins le débat autour de l'arbitrage vidéo et, quatre ans plus tard, la goal-line technology fera son apparition lors de la Coupe du Monde au Brésil.

Fan de notre série? Lisez également notre article précédent consacré au missile de Steven Gerrard contre l'Olympiakos.

Football

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top