Même si la saison footballistique belge n’a pas été jusqu’à son terme, elle a été marquante et riche d’enseignements. Ainsi, Karim Belhocine a mené le RCS Charleroi vers un ticket européen, alors que pas mal de suiveurs du foot belge s’attendaient à une saison compliquée pour les Zèbres.
 
Lorsque Felice Mazzu avait vidé son casier au stade du Pays de Charleroi, la saison passée, on a cru à la fin d’un cycle faste pour le club. Karim Belhocine, le successeur de l’entraîneur carolo, avait en effet la lourde tâche de succéder à celui qui a ramené le Sporting dans le subtop de la Jupiler Pro League et qui était immensément populaire auprès des supporters. Mais le Franco-Algérien a rapidement repris le groupe en main et a imposé d’entrée de jeu sa griffe. Ainsi, une première série de trois matches sans défaite avec notamment un 4 sur 6 face à Gand et à l’Antwerp a vite rassuré les partisans des Zèbres. Puis un 7 sur 12 et notamment un match nul contre le Club et une victoire (2-1) contre le Genk de Mazzu ont insufflé la confiance nécessaire au groupe pour réaliser ensuite la saison qu’on connait et qui a permis au Sporting de terminer sur le podium. 
 
Le bilan de Belhocine est évidemment appréciable. 32 matches officiels à la tête des Carolos : 17 victoires, 9 matchs nuls et 6 défaites, toutes compétitions confondues. Avec un schéma tactique bien établi et assimilé (4-2-3-1), avec des joueurs qui connaissent à la perfection leurs tâches, Belhocine a obtenu ses résultats en bosseur sérieux, capable de travailler en équipe. 
 
Bien entouré par un staff qui a fait ses preuves, le natif de Vénissieux connait évidemment le foot comme sa poche après une longue carrière de joueur. Et c’est sans doute ce vécu qui l’a poussé à parier sur une association Ryota Morioka et Marco Ilaimaharitra devant le quatre défensif carolo. Ce coup audacieux s’est avéré finalement un coup de maître qui a, par ailleurs, relancé le Japonais. Autre plume à mettre à la casquette de Belhocine : en championnat, il a utilisé 23 des 25 joueurs de son noyau, la meilleure manière sans doute de maintenir tout son groupe mobilisé.
 
Il sera difficile de faire mieux la saison prochaine pour Charleroi et Belhocine. Tout dépendra du mercato et des départs éventuels. Mais ce qui est sûr, c’est qu'il est désormais solidement installé sur le banc carolo.