One day, one goal: Kostadinov prive la France du Mondial 94

Emil Kostadinov ne fait pas partie des plus grands footballeurs de tous les temps. Pourtant, le Bulgare restera à jamais gravé dans la mémoire des fans du ballon rond. C'est, en effet, lui qui a éliminé la grande équipe de France aux portes du Mondial 94 aux États-Unis.

Un point. C'est tout ce dont la France avait besoin pour se qualifier pour la Coupe du monde 1994 aux Etats-Unis. Il restait pour cela aux Français deux rencontres abordables à domicile contre Israël et la Bulgarie. Le 13 octobre 1993, Israël, alors dernier du groupe 6, créait tout d'abord l'exploit en s'offrant le scalp de la France sur le score de 2-3.

Un mois plus tard, le 17 novembre, les Bleus bénéficiaient d'une nouvelle chance face à la Bulgarie. Pas moins de 50 000 fans se préparaient à une véritable fête populaire au Parc des Princes à Paris. Juste avant la fin du temps réglementaire, le score était, en effet, de 1-1, après des buts d'Eric Cantona et d'Emil Kostadinov. La qualification était à portée de main.

Ginola jugé coupable

Dans les derniers instants, la France bénéficiait d'un coup franc dans le camp adverse, permettant à l'équipe de gagner de précieuses secondes. Au lieu de temporiser, David Ginola optait pour un centre mais catapultait le cuir de l'autre côté du terrain. Les Bulgares récupéraient directement le ballon et, en à peine 16 secondes, le logaient au fond des filets français. Le portier Bernard Lama ne pouvait, en effet, rien faire face à la frappe surpuissante d'Emil Kostadinov qui léchait le bas de la barre transversale. Ce but signait la fin du rêve américain pour la France et propulsait la Bulgarie, deuxième du groupe, au Mondial 94.

Les Français n'en croyaient pas leurs yeux. Le sélectionneur national Gérard Houllier quittait le terrain désorienté, l'entraîneur adjoint Aimé Jacquet se frottait, de son côté, les mains dans les cheveux. Dans son interview d'après match, Houllier ne pouvait contenir sa colère. Il décrit alors l'action de Ginola comme un crime contre l'équipe. La presse n'épargne pas non plus Ginola, le décrivant comme le tueur du football français.

Kostadinov n'aurait pas dû être du voyage

Actif au Paris Saint-Germain, Ginola est resté en France jusqu'en 1995 avant de s'installer en Angleterre. "Ce centre me hantera pour le reste de ma vie", s'est livré Ginola dans son autobiographie, publiée en 2000. Par la suite, il ne jouera plus jamais un rôle de premier plan pour l'équipe nationale française. Comme Eric Cantona, Ginola ne sera pas sélectionné pour l'Euro 1996 car jugé "trop égocentrique". A cette époque, Jacquet avait déjà pris la relève de Houllier Les Français, sous sa direction, oublieront tous leurs soucis en 1998 en remportant à domicile la toute première Coupe du monde de leur histoire.

Et les Bulgares ? En 1994, ils ont réalisé leur meilleure performance en Coupe du monde. Emmenée par Kostadinov, Hristo Stoichkov, Yordan Letchkov et Trifon Ivanov, la Bulgarie a survécu à la phase de groupes et a éliminé le Mexique (aux tirs au but) et l'Allemagne (2-1) au tour suivant. Les Lions sont finalement tombés en demi-finale face à l'Italie avant d'être dévorés lors la finale pour la troisième place par la Suède (4-0).

Le goal de Kostadinov allait prendre une dimension supplémentaire bien des années plus tard. Ce n'est qu'en 2011 que son coéquipier Zlatko Yankov a déclaré que Kostadinov et Luboslav Penev, qui a donné l'assist pour le 1-2, étaient entrés illégalement en France. Les deux hommes ont, en effet, été introduits clandestinement pour le duel parce que leur visa n'était pas en règle.

Lisez ici le one day one goal d'hier, centré sur le but fantôme de Frank Lampard au Mondial 2010.

Football

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top