Enfants terribles: Paul Gascoigne

Proximus Pickx vous propose dès aujourd'hui une nouvelle rubrique intitulée "enfants terribles". L'occasion de vous présenter des personnalités qui ont marqué l'histoire de leur sport par leur talent, mais aussi leur excentricité, leurs frasques ou leurs pétages de plombs. Nous nous intéressons aujourd’hui à Paul 'Gazza' Gascoigne.

Du milieu des années 80 à la fin des années 90, les fans de football anglais ont pu s'émerveiller des qualités footballistiques de Paul John Gascoigne. Généralement considéré comme le meilleur footballeur anglais de sa génération, la carrière de Gazza fût cependant marquée par de nombreuses dépendances, périodes sombres et bagarres, ce qui éclipsa quelque peu son indéniable talent de footballeur.

Son statut de "bad boy", Gascoigne le traîne depuis son plus jeune âge. Le 27 mai 1967, il voit le jour à Gateshead, dans la banlieue de Newscastle. Fils d'ouvriers, ses parents l'appellent Paul en hommage à Paul McCartney, ex-membre des Beatles. Voilà qui présageait déjà une vie rock 'n' roll.

Le football comme bouée de secours

Après d'innombrables bagarres et autres vols dans sa jeunesse, le football semble sortir Gazza des ennuis pour de bon.

Très jeune, il se fait rapidement un nom dans les équipes de jeunes de "son" Newcastle, où il fait ses débuts professionnels en avril 1985 à l'âge de 17 ans. Il joue au St James' Park pendant 3 ans, avant de gagner son transfert pour Tottenham Hotspur. C'est là que sa carrière décolle véritablement et qu'il réussit aussi à se faire une place en équipe nationale. Le moment où il éclate en sanglots après avoir reçu un carton jaune qui aurait pu lui coûter la finale de la Coupe du monde 1990 est gravé dans l'esprit de nombreux fans de football britanniques.

Dans les années qui suivent, le talentueux milieu offensif subit de plus en plus de blessures. Cela ne l'empêche pas de faire les beaux jours de la Lazio Rome et des Glasgow Rangers.

Les démons intérieurs prennent le dessus

Tout au long de sa carrière, Gascoigne n'a cessé de faire parler de lui. Toujours avec quelques kilos superflus et souvent ivre, il cultive son image de "bad boy". Ses nombreux accès de colère sur et en dehors du terrain vaudront à Gazza plusieurs passages en centre de désintoxication.

Entre autres dérapages, le Britannique avait causé un incident diplomatique avec la Norvège en s'adressant à la presse locale à l'approche d'une rencontre internationale. Interrogé sur le message qu'il souhaitait adresser au peuple norvégien, sa réponse fut courte: "Fuck off, Norway". Une déclaration pour laquelle il présentera ses excuses un peu plus tard.

Trois ans plus tard, Gascoigne connaît un passage mouvementé aux Glasgow Rangers. Lors d'un match de 1995 contre Hibernian, il se fait remarquer en brandissant un carton jaune au nez de l'arbitre écossais Dougie Smith, qui l'avait après perdu sur le terrain. Il  déclenche également la colère du Celtic en imitant un joueur de flûte après un but, un affront aux catholiques.

A la fin de sa carrière, les incidents se multiplient et Gazza ne joue presque plus. Le Britannique est plus souvent ivre que sobre sur le terrain. Lorsqu'il apprend qu'il ne sera pas sélectionné pour la Coupe du monde 1998, il retourne le bureau du sélectionneur national anglais Glenn Hodle. Ses addictions continuent de le hanter après ses adieux en 2004 et de nombreuses hospitalisations s'ensuivront, pour le plus grand plaisir des tabloïds britanniques.

Lisez également l'épisode précédent de notre rubrique "enfants terribles" sur Frank Vandenbroucke.

Premier League

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top