JO 2004: Justine Henin apporte la médaille d'or à la Belgique

Lorsque Kim Clijsters a annoncé tout récemment son retour sur les courts, beaucoup d'entre nous ont repensé à la période dorée de la Belgique. Kim et Justine Henin dominaient alors le tennis féminin. La médaille d'or obtenue par Justine aux Jeux olympiques d'Athènes en 2004 reste l'un des plus beaux moments de l'histoire du tennis belge.

Justine Henin est au sommet de sa carrière en 2004. Elle occupe la première place du classement WTA et a déjà remporté trois tournois du Grand Chelem: Roland Garros et l'US Open en 2003 ainsi que l'Open d'Australie en 2004.

Mais le reste de la saison ne se passe pas comme prévu pour Juju. Une maladie lui met, en effet, des bâtons dans les roues. La Rochefortoise souffre du cytomégalovirus, un virus qui l'oblige à prendre du repos pendant plusieurs mois. Elle ne peut défendre pleinement ses chances à Roland Garros et déclare ensuite forfait pour Wimbledon.

En août, Henin, rétablie, se rend aux Jeux Olympiques d'Athènes. Les attentes sont, malgré son classement mondial, assez faibles compte tenu de la préparation minimale. Pourtant, elle réussit à se surpasser sur le terrain. Elle bat successivement Barbora Strycova, Maria Vento-Kabchi, Nicole Pratt et Mary Pierce. Sa demi-finale contre la Russe Anastasia Myskina restera surtout dans les annales.

Un comeback exceptionnel

Myskina n'est clairement pas un oiseau pour le chat. La Russe est la lauréate sortante de Roland Garros et elle compte bien briser le rêve olympique de Henin. La Belge débute parfaitement la rencontre en remportant le premier set 7-5. Cependant, Myskina inverse la tendance et glane le deuxième set sur le même score. La Russe semble ensuite sur un nuage et monte rapidement à 5-1 dans le dernier. Elle s'apprête alors à servir pour la victoire.

Dos au mur, Henin se transcende et son fameux revers à une main terrasse Myskina. La Belge revient au score avant de l'emporter finalement 8-6 ! Myskina, qui semblait avoir victoire acquise, quittait alors le court grec en larmes. "Je n'avais plus rien à perdre à 5-1", se souvient Henin. "J'ai donné tout ce qui me restait, parce que je n'avais pas envie de jouer pour le bronze le lendemain."

Une finale rondement menée

La dynamique étant totalement en faveur de Henin. La Belge s'apprêtait à affronter en finale olympique la Française Amélie Mauresmo. "Après ce qui s'est passé en demi-finale, je n'avais pas l'impression qu'il pouvait m'arriver grand chose. J'étais sûr de mon coup: j'allais gagner ce match", s'est rappelé Henin.

A en juger par les chiffres et par sa performance, son explication fait encore sens aujourd'hui. Henin ne fut que rarement inquiétée en finale et l'emporta sur un double 6-3. La droitière devenait par la même occasion la deuxième femme belge à remporter une médaille d'or aux Jeux olympiques après la judokate Ulla Werbrouck (-70 kg)  a Atlanta en 1996.

Quatre ans après sa médaille olympique, Henin annoncera l'arrêt de sa carrière professionnelle à seulement 26 ans pour des raisons familiales. Si elle fait son retour un an plus tard, cela ne lui permet pas de remporter un nouveau Grand Chelem. Handicapée par un coude jugé trop abîmé, elle met définitivement fin à sa carrière en 2011. Henin remporta en tout 43 tournois WTA, dont sept tournois du Grand Chelem. Elle a fait vibrer l'ensemble des Belges quatre fois à Roland Garros, deux fois à l'US Open, une fois à l'Open d'Australie et deux fois aux Masters. En 2001, elle rapporta également avec Kim Clijsters le seul trophée en Fed Cup de l'histoire de la Belgique. Une véritable légende !

Info

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top