One day one goal: la célébration iconique d'Eric Cantona contre Sunderland

De nombreuses compétitions de football ont été interrompues à la suite de la propagation du coronavirus. L'occasion est donc belle de revenir chaque jour sur un but qui a marqué l'histoire du ballon rond. Aujourd'hui: le lob de King Eric contre Sunderland et sa mythique célébration.

Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, Eric Cantona fut une icône du football. Une icône au caractère bien trempé, certes, car il n'était pas toujours simple de contenir le célèbre enfant terrible. En raison de ses frasques sur et en dehors du terrain, la jeune génération aurait cependant vite fait d’oublier que le Français disposait également d’un certain génie footballistique. Comme il le prouva par une froide soirée d'hiver de décembre 1996.

Le 22 décembre 1996, les troupes d'Alex Ferguson reçoivent les Black Cats de Sunderland. Ces derniers sont rapidement dépassés par la vitesse d’exécution des frères Neville, Ryan Giggs et compagnie. Après une heure de jeu, le score est déjà de 4-0. L'actuel entraîneur de United, Ole Gunnar Solskjaer, trouve le chemin des filets à deux reprises, tandis qu’Eric Cantona (sur penalty) et Nicky Butt inscrivent également leurs noms au tableau d’affichage.

Un lob parfaitement placé

Pour King Eric, le job semble fait et le fantasque buteur recule quelque peu sur le terrain. Mais le Français semble soudainement réaliser qu’il a encore un compte à régler avec le gardien de but adverse. Son ancien coéquipier Lionel Perez a en effet refusé de lui serrer la main avant le match. Une erreur dont Perez se souviendra longtemps.

A la 80e minute, le King reçoit le cuir près de la ligne médiane. En trois mouvements de hanche, il se débarrasse de Richard Ord et Kevin Ball pour filer en direction du rectangle adverse. En pleine course, il effectue un une-deux avec Brian McClair. Au seize mètres, Cantona profite de la position un peu trop avancée de Perez pour exécuter un superbe lob qui vient frapper le poteau gauche du but pour finir sa course au fond des filets.

Une célébration légendaire

Plus encore que le but, c'est la célébration qui suivit qui rendit ce moment si légendaire. Au lieu de laisser exploser sa joie en courant vers ses supporters, le Français reste sur place et, le regard satisfait, effectue un tour sur lui-même pour constater l’ovation du public. Après quelques secondes, il lève néanmoins les bras, comme pour capter l'énergie de tout le stade. Déjà une belle performance d’acteur pour celui qui se lancera dans le cinéma après sa carrière.

“C’est la plus grosse humiliation pour un gardien de but de se faire lober et de se prendre un but comme ça", expliquera la star plus tard. "Trop énervant. Et moi je suis resté calme devant lui, pensant : tu me vois bien maintenant?”

Selon Perez, ce n'est pas la main refusée qui fut à l’origine de ce but, mais son refus de rire à une blague de la star française pendant le match. “J’ai arrêté un de ses tirs et il m'a dit : "Lionel, tu aurais dû le laisser rentrer. Mais je n'avais pas envie de rire alors que nous perdions. Ensuite, il a voulu me répondre". Et comment!

À l'issue de la saison 1996-1997, Cantona range ses crampons à l'âge de 30 ans. Les terrains de football ne seront plus jamais les mêmes...

Premier League

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top