Le sport à l’arrêt: De la grippe espagnole au coronavirus...

Football |
Le coronavirus touche de plein fouet notre société dans laquelle la mobilité, le sport et les loisirs sont devenus des maîtres-mots. Victimes collatérales de cette épidémie de COVID 19, les événements sportifs nationaux ou internationaux sont à l’arrêt aux quatre coins de la planète. Championnats locaux suspendus, compétitions européennes annulées, courses cyclistes supprimées, Roland-Garros rayé du calendrier, Euro 2020 reporté, Jeux Olympiques de Tokyo menacés,... la situation est inédite. Mais un retour vers le passé suffit à nous rappeler que d'autres virus ont impacté le monde du sport depuis un siècle, même si jamais le phénomène n'avait pris pareille ampleur.
 

De PMH

Partager cet article

Grippe espagnole de 1918 : annulation de la Coupe Stanley

Entre 1918 et 1920, la grippe espagnole fait, selon les estimations, de 5 à 50 millions de morts aux-Etats-Unis, où elle est née et en Europe (c'est en Espagne que les médias l'ont repérée en premier, d'où son nom).
 
En 1919, la compétition de hockey sur glace (NHL) est touchée de plein fouet par l'épidémie, en pleine finale de la Coupe Stanley entre les Canadiens de Montréal et les Metropolitans de Seattle. La grippe espagnole provoque l’annulation du sixième match et du reste de la série, une crise majeure pour cet événement qui est une des compétitions majeures en Amérique du Nord .Quatre jours après l'annulation du match, le joueur de Montréal Joe Hall meurt de la grippe dans un hôpital de Seattle.
 
En 1917 et 1918, le baseball, autre sport très populaire aux Etats-Unis paye également son tribut à la grippe espagnole, provoquant des décès, tant chez les joueurs que chez les arbitres. La saison sera amputée d'une partie de ses matchs, pour des raisons de santé, mais aussi à cause de la première guerre mondiale.
 

2003, le SRAS frappe le foot et le hockey

Plus près de nous, la crise du SRAS avait, entre autres, entraîné l’annulation du Championnat du Monde de hockey féminin, au printemps 2003, à Pékin.
 
La FIFA qui avait prévu d'organiser la Coupe du Monde de foot féminin en Chine, en septembre et en octobre, décide de déplacer la compétition aux États-Unis. Des mesures passées quasi inaperçue sur le continent européen, peu affecté par l’épidémie.
 

2009, le H1N1 perturbe la Copa Libertadores

Six ans plus tard, en 2009, c'est le virus H1N1 qui fait la une de l'actualité. La cinquantième Copa Libertadores, équivalent sud-américain de la Ligue des Champions européenne, voit son déroulement perturbé et certains matchs, initialement prévus au Mexique, délocalisés en Colombie. Aux États-Unis, des compétitions sportives de deuxième plan sont annulées au Texas et en Alabama. Un joueur de l’équipe de baseball de l’Université du Delaware est touché par la maladie, son cas provoquant l’annulation de nombreuses activités sur la scène universitaire, notamment en baseball.
 

2013 et 2014, Ebola désorganise la CAN

En 2014, l’épidémie d’Ebola avait surtout affecté l'Afrique de l'Ouest en général et la Guinée, le Liberia et le Sierra Leone, en particulier. La Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui devait avoir lieu au Maroc en janvier 2015 sera finalement organisée par la Guinée équatoriale.
 
Officiellement par mesure de précaution face à l'ampleur de l'épidémie du virus d'Ebola, le Maroc avait demandé en octobre 2014, le report de la phase finale. Le ministère marocain de la santé souhaitait en effet éviter l'organisation sur son sol d'événements auxquels prendraient part des pays touchés par Ebola. Fin août, le gouvernement du royaume avait annoncé la mise en place d'une commission chargée de préparer un «plan sanitaire» contre Ebola dans la perspective de la CAN. Après trois semaines de brouille entre le Maroc et la Confédération africaine de football (CAF), le 11 novembre, le Maroc se voit officiellement retirer l'organisation du tournoi et son équipe est disqualifiée.
 

2016, Zika menace les Jeux de Rio

Les Jeux olympiques d’été de Rio, en 2016, ont longtemps été mis sous pression par le virus Zika. Plusieurs athlètes ont même décidé, de leur propre initiative, de ne pas y participer. Basketteurs de l'équipe américaine, stars du golf et joueurs de tennis, entre autres, font le choix de briller par leur absence et décident de ne pas se rendre au Brésil, soucieux de protéger leur santé face au virus Zika.
 

Les deux guerres meurtrissent le sport...

 
Mais des annulations en série comme celles que nous vivons actuellement restent totalement inédites, du moins pour des cas de force majeure. Il faut dire qu'une menace gravissime touchant la planète entière n’est pas courante et que depuis le siècle dernier, le nombre de compétitions autour du globe a fortement évolué. Dans le passé, le sport n'a été mis à l’arrêt qu'en deux occasions. Et pour des raisons de conflit mondial…
 

1914-1918, après la boucherie viendra l’euphorie
 
Les premières annulations de masse correspondent aux deux conflits mondiaux. La Grande Guerre, qui débute en 1914 entraîne logiquement l’annulation des compétitions sportives mais à l'époque, le sport n’est pas encore globalisé comme aujourd'hui. Le Tour de France, né en 1903, est interrompu de 1915 à 1919. Les Jeux olympiques de Berlin en 1916 sont annulés.

La Coupe du Monde de foot n’existe pas encore, mais d'autres épreuves comme le Tournoi des 5 Nations (rugby), sont annulé pendant le conflit. Aux États-Unis, les 500 Miles d’Indianapolis sont mis au frigo en 1917 et 1918. Les championnats de France de Tennis, ancêtres de Roland-Garros, sont suspendus de 1915 à 1920.
Mais, dès 1920, dans l'ambiance euphorique qui suit cette boucherie, le sport reprend ses droits...
 
1940-1945 : coup dur pour un sport mondialisé
 
Lors du deuxième conflit mondial, le sport est devenu incontournable. Les grandes compétitions se sont multipliées, et commencent à être prises en otage par la diplomatie. Les Jeux Olympiques de 1940 (prévus à Tokyo, puis déplacés à Helsinki) sont finalement annulés. Ceux de 1944, programmés à Londres, n'auront jamais lieu. La Coupe du Monde de football 1942, dont les préparatifs sont interrompus avant même le choix du pays organisateur, est logiquement annulée, tout comme celle de 1946.
 
En sport automobile, les 24 Heures du Mans disparaissent du calendrier entre 1940 et 1949, de même que la saison des grands prix de 1939. En rugby, le Tournoi des 5 Nations, interrompu en 1940 reprend en 1947.
 
 
 

Sport auto : le drame de 1955

Devant initialement se dérouler en 11 manches (dix Grands Prix et les 500 miles d'Indianapolis), le calendrier de la saison automobile 1955 est amputé de quatre épreuves à la suite d’un terrible accident survenu lors des 24 Heures du Mans.
 
Le samedi 11 juin 1955, lors de la course d'endurance la plus célèbre du monde, la Mercedes pilotée par Pierre Levegh décolle en percutant une autre voiture et s'envole à plus de 200 km/h. La voiture passe au dessus du talus de protection et termine sa course dans la foule. Bilan : 84 morts et 120 blessés. Cet accident provoquera le retrait de Mercedes de la compétition automobile pour deux décennies. Les Grands Prix de France, d'Allemagne, d'Espagne et de Suisse sont annulés sur décisions des gouvernements nationaux concernés.
 

1973, le choléra frappe la Serie A

C'est un fait largement oublié aujourd'hui, mais en 1973, l'Italie est contrainte de reporter la Serie A pour cause d'urgence sanitaire : une épidémie de choléra fait rage dans le sud du pays.

Bien avant le Covid-19, le bilan est impressionnant : 227 morts, dont 177 rien que dans le ville de Naples considérée comme l’épicentre de la crise. Par peur de la contagion, des équipes refusent d’ailleurs de venir jouer dans le sud de la Botte.

Finalement, grâce à l’intervention des États-Unis, des vaccins et infrastructures sont déployés à grande échelle et l’épidémie prend fin.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top