Dans cette série, nous irons au plus près des joueurs et des organisateurs e-sports avec des interviews, des rencontres, des reportages, découvrir l’univers des joueurs professionnels, semi-pro ou amateur de la scène e-sport belge.

L’épisode n°1 retrace la carrière et les récents résultats du joueur belge Benoit “MetaL” Guelette, 28 ans né à Soignies et habitant à Mons. Cet ancien joueur professionnel de l’équipe all Against authority (aAa), sur le jeu Counter-Strike, est sur la scène e-sportive depuis de nombreuses années.

Tout commence sur le jeu vidéo Unreal Tournament, mais Benoit ne restera pas longtemps dessus et se dirige rapidement sur la bêta de Counter-Strike. Il jouera à toutes les versions jusqu’au célèbre CS 1.6, pour ensuite rejoindre Counter-Strike: Global Offensive.

Tout au long de sa carrière, MetaL restera un nom connu de la scène e-sport en Belgique. Entre autres, parce qu’il a joué avec de grands joueurs tels que :
– Mathieu “ZywOo” Herbaut, joueur français de l’équipe Vitality, reconnu comme l’actuel meilleur joueur mondial.
– Adil “ScreaM” Benrlitom joueur belge pour des équipes tops européennes ou françaises comme Verygames, Titan, Team Envy, G2 Esports ou Team GamerLegion, pour laquelle il est actuellement inscrit comme joueur inactif.
– Kévin “Ex6TenZ” Droolans, joueur belge et reconnu comme l’un des meilleurs stratèges en jeu et qui a joué pour Titan, Verygames, G2 Esport, LDLC. Depuis février, il entame une reconversion en tant qu’entraîneur.

MetaL est un joueur calme et travailleur qui n’hésite pas à passer des heures sur des vidéos pour travailler, ce qu’on appelle dans le jargon, les mécaniques de jeu. (une mécanique de jeu, c’est la possibilité d’effectuer une action sans y réfléchir, afin que le geste devienne naturel.)

Nous sommes allés à la rencontre du joueur MetaL pour en savoir plus : retour sur un joueur qui souhaitait jouer dans la cour des grands !

Bonjour MetaL, peux-tu nous dire comment tu es arrivé dans l’e-sport et surtout à Counter-Strike ?

Bonjour Proximus, plus jeune mon père jouait beaucoup à Counter-Strike et m’a donné envie de m’y mettre, j’ai commencé comme tout bon débutant à jouer sur les serveurs publics, je trouvais ça amusant et j’ai voulu me lancer un peu plus dans l’aspect compétitif. À l’époque on cherchait des parties et des matchs sur GameTiger ou sur mIRC pour les connaisseurs.
Prenant du plaisir, j’ai commencé à me diriger vers les tournois hors-ligne, les LANs. Mon objectif était de me montrer, mais aussi en gagner pour rentrer un peu plus dans l’aspect compétitif. Cela m’a donné envie d’aller plus loin et de voir qu’on pouvait en vivre. Je me suis donc fixé cet objectif.
Je me suis rendu compte que ça se passait plutôt bien et que je prenais toujours autant de plaisir. Pour moi, si le plaisir est toujours là et que la carotte au bout du fil est atteignable, je ne vois pas de raison de mettre un terme à ma carrière.

MetaL connaît alors une carrière en passant par des équipes, de haut standing, du top français (MadCorps, unKnights), du top européen (WySix), mais aussi du côté de la Belgique, là où commencera vraiment sa carrière : les Brussels Guardians.
Le parcours du Belge pendant qu’il porte les couleurs de l’équipe bruxelloise passe par des compétitions comme L’ESL Pro Series.

De 2013 à 2015, MetaL est sélectionné par l’équipe de Belgique et ce à quatre reprises pour participer à l’European Championship. Il sera accompagné par des coéquipiers comme Kevin “Ex6TenZ” Droolans, Adil “ScreaM” Benrlitom, Antoine “to1nou” Pirard ou encore Pierre “NpK” Henkinet.
Le meilleur résultat dans cette compétition arrivera en 2015, où ils iront jusqu’en phase finale, mais par manque d’entraînement ils termineront dans les douze meilleurs de la compétition.

Équipe Belgique (NpK, Toinou, Ex6TenZ, MetaL, Scream) – © Millenium

En 2017, débute l’aventure aAa, Benoit obtient le statut de joueur professionnel et une 42e place au rang mondial avec l’équipe française. Le joueur belge est alors au sommet de sa carrière, il enchaîne avec ses coéquipiers des performances de très haut niveau :

2e – Online – Underdogs Season 5
1er – Offline – Game Arena Valenciennes
3e/4e – Offline – Esports European League Season 1
2e – Offline – ESL Championnat National Winter 2017
2e – Offline – DreamHack Tours 2018
1er – Offline – ESL Championnat National Summer 2018
3e/4e – Offline – ESL Championnat National Winter 2018

En 2020, MetaL décide d’annoncer la fin de sa carrière, mais après quelques semaines d’arrêt, son ex coéquipier chez aAa Benjamin “waneG” Taquet lui propose un retour pour jouer les Supreme Masters en Suisse. Pendant ce tournoi, ils échoueront en quart de finale contre l’équipe suédoise de Savage.gg.

Remotivé par la compétition, Benoit fait un retour aux sources avec une participation à la LouvardGame 5.1 et à chaque participation, il y prend un réel plaisir.

Tu as participé à plusieurs LouvardGame, mais la dernière semble changer un peu son format, que penses-tu de cette modification ?

Le nouveau format de la LouvardGame, c’est 8 équipes en Legend Stage et 8 équipes en Pro Stage. Les deux derniers du Legend Stage descendent et dans le sens inverse, les deux premiers de la division Pro Stage montent.
Vu que pour cette LouvardGame, il n’y avait pas assez d’équipes en Pro Stage, ils ont donc mixé le Pro Stage avec l’Amateur Stage qui a donné lieu au Challenger Stage.
Ce que je trouve intéressant, avec ce format, c’est que même les équipes qui viennent pour s’amuser y trouvent leur compte. Avant certaines équipes payaient 50 euros pour deux matchs et c’était fini, elles rentraient chez elle.
Aujourd’hui, il y a bien plus de compétitivité, car les joueurs professionnels cherchent une place en Legends Stage pendant que les équipes amateurs ont plus de matchs à jouer.

Vous avez fait le tournoi avec Fragbox Gaming, une équipe suisse, vous étiez dans le Challenger Stage que vous avez remporté et avez obtenu votre ticket pour Legend Stage. Quels sont vos objectifs pour la prochaine LouvardGame ?

Le Legend Stage offre une place pour l’événement NumberOne organisé par la Louvard. C’est un de nos objectifs, décrocher une des 4 places qualificatives directes pour cet événement.
En remportant le tournoi Challenger Stage, nous avons aussi récupéré des points pour le classement final, je pense qu’actuellement, nous sommes 5e.
Nous serons aussi présents à la prochaine LouvardGame et notre but est de viser une 3e ou 4e place. Cela nous permettrait de remporter des points et de nous rapprocher d’une éventuelle qualification au terme des prochains tournois.

Tu n’es pas à ta première Louvard, aurais-tu une anecdote récente ou ancienne pendant des LouvardGame ?

J’ai fait 2/3 LouvardGame avec ZywOo, à chaque fois c’était amusant car il aimait bien prendre des positions un peu folles. Sur la carte Inferno, par exemple, il aimait que l’on se mette en double boosts (technique qui consiste à mettre les joueurs sur une position fixe l’un au-dessus de l’autre) et il éliminait tout le monde. On a essayé de le faire sans lui à l’une des LouvardGame suivante, sauf que systématiquement, ça ne fonctionnait pas. Force à ZywOo !

©VaKarM

ZywOo, joueur professionnel de l’équipe Vitality, est un ancien coéquipier. Peux-tu nous dire comment tu l’as rencontré et ton ressenti sur son titre de meilleur joueur du monde ?

Quand on a recruté ZywOo, enfin surtout quand on nous l’a proposé, nous étions chez E-Corp et quand j’ai vu ses statistiques, ma première réaction a été “Ok testons-le”. On a décidé de le tester et il connaissait tout. Les positions, les angles de tir, toutes les trajectoires et beaucoup de stratégies. Avec ses statistiques, rien ne semblait empêcher qu’il devienne, un jour, un joueur du top mondial.
Je ne m’attendais pas à ce qu’il devienne le meilleur joueur du monde mais un joueur de top 20 mondial. Je ne doutais pas du fait qu’il rejoindrait’ un jour une équipe de très haut niveau.
Le voir premier me fait énormément plaisir, je suis content pour lui, mais vraiment, je ne m’attendais pas à une ascension aussi rapide surtout la première année.

Avec un budget illimité, pourrais-tu nous dire qui tu prendrais pour former ta dream team sur CS:GO ?

Mon premier reste facile à trouver, ZywOo bien sûr ! Il reste une référence chez les snipers de toutes les générations de joueurs et, surtout, il est trop fort ! Il nous permettrait de gagner des matchs et nous porterait dans les mauvais moments.
Pour le second joueur, je prendrais Robin “Ropz” Krool, le joueur estonien de l’équipe Mousesports. Pour les positions fixes, je le trouve solide. D’ailleurs pour les joueurs qui chercheraient à apprendre de quelqu’un, je vous laisse le découvrir, c’est vraiment un joueur à suivre.
Le troisième joueur est présent depuis un très long moment, c’est le suédois f0rest de l’équipe Dignitas pour avoir une maîtrise sur les guns rounds (le premier round de chaque manche contre-terroriste et terroriste se déroule avec des pistolets – f0rest est considéré comme l’un des expert dans ce domaine).
En joueur stratégique, le quatrième de l’équipe du coup, je prendrais Lukas “Gla1ve” Egholm Rossander le danois de l’équipe Astralis.
Pour le dernier, ce serait Simon “twist” Eliasson le joueur suédois des Ninjas in Pyjamas car, personnellement, je préfère me mettre sur le banc en tant que coach. Je pense que la complémentarité de l’équipe se rapproche de la perfection. Tu mets Twist sur le A en position fixe et Ropz sur le B aussi en position fixe, tu rajoutes un ZywOo qui s’occupe du reste et c’est parti !

Si tu pouvais faire passer un message aux jeunes qui se lancent dans l’e-sport, lequel serait-il ?

Si vous souhaitez vous lancer dans l’e-sport et devenir un joueur top niveau, c’est comme un travail, il vous faut de la rigueur, apprendre avec des vidéos ou des démos et faire beaucoup de DM (Deathmatch – mode de jeu sur Counter-Strike).
Si vous vous dispersez sur d’autres jeux : oubliez l’aspect compétitif. Il faut vraiment se concentrer sur un seul jeu. Surtout, conservez une bonne hygiène de vie, un bon rythme de sommeil en ne vous couchant pas à 4 heures du matin tous les jours. Il faut aussi avoir une bonne nutrition.
En suivant un peu tous ces conseils, vous aurez déjà un tout pour devenir un bon joueur en dehors du jeu.
Côté jeu, ne perdez pas espoir à la suite de mauvais résultats que ce soit en ligne ou hors-ligne (LANs). Si vous perdez un tournoi, vous avez toujours des leçons à en tirer. Avec une défaite, on a toujours à apprendre de ses erreurs ou de sa performance. Pensez à vous remettre en question sinon ce n’est pas fait pour vous.
De mon côté, avant de gagner une LAN, j’ai bien perdu une trentaine de tournois. Mon conseil : ne lâchez rien.
Pour terminer, si vous souhaitez être un joueur complet, ne cherchez pas à faire une victoire tout de suite. Essayez d’être capable de mesurer votre niveau en vous fixant des objectifs à votre portée.
Visez une sortie de la phase des poules en vous disant “peu importe où l’on finira après, c’est que du bonus”. En ayant des objectifs simples qui s’orientent avec un projet centré autour de la stabilité, vous progresserez plus vite et cela permettra d’être sur la même longueur d’onde avec le reste de votre équipe.

En conclusion, MetaL ne semble pas encore prêt à mettre un terme à sa carrière. Une bonne nouvelle pour l’e-sport belge.
Nous ne manquerons pas de vous faire suivre les résultats de MetaL et de son équipe dans les prochaines semaines.
D’après nos informations, des actualités sont à venir du côté de Fragbox Gaming !

MetaL, waneG, emyor, jas_x et diviiii au Supreme Masters Suisse ©Fragbox

Crédits photo : aAa