Troisième soirée des huitièmes de finales de la Ligue des Champions, ce mardi, avec deux matches chic et choc. Deux anciens vainqueurs du trophée s'affrontent à Stamford Bridge alors que le Napoli de Dries Mertens défie le grand Barça à San Paolo.
 
Chelsea - Bayern: Blues new look et géant bavarois en reconstruction
 
Ce huitième de finale rappellera de bons souvenirs aux fans de Chelsea puisque les Blues retrouvent l'équipe qu'ils avaient battue lors de leur premier sacre européen, en finale de l'édition 2012. Actuel entraîneur du club, Frank Lampard était capitaine lors de ce match inoubliable disputé à ... Munich, qui s'était terminé par une victoire des Londoniens aux penalties.
 
Chelsea, deuxième de son groupe derrière Valence, mais avec le même nombre de points que le club espagnol vit une saison de transition sous les ordres de Lampard, véritable mythe vivant du club, qui a succédé à Maurizio Sarri. Pour cette quatorzième apparition en huitièmes de finale, c'est une équipe de Chelsea rajeunie qui affrontera le grand Bayern.
 
Cette année, les Blues font confiance à une nouvelle génération et Lampard mise sur un mix entre ces jeunes pousses (Tammy Abraham, Mason Mount, Christian Pulisic, Fikayo Tomori, Callum Hudson-Odoi ou Daniel James) et des cadres plus expérimentés (Willian, Pedro, Kante, Rudiger, Azpilicueta, Jorginho, Barkley,...). Mais Kante est blessé aux adducteurs, ce qui nuira à l'équilibre de Chelsea au milieu.
 
En face, un Bayern qui vit une saison loin de ses standards habituels: coach viré en cours de saison, suprématie contestée par Leipzig en Bundesliga et l'arrivée de l'entraîneur Hans-Dieter Flick en novembre pour relancer le Rekordmeister. Avec une moyenne de plus de 3 buts par match depuis son arrivée, la plus élevée en Europe sur cette période, le club a retrouvé son ADN. Certains cadres sont revenus à leur meilleur niveau comme Thomas Müller ou Thiago Alcantara, dans la forme de sa vie. Tout profit pour Robert Lewandowski l’homme fort du Bayern, désormais mieux entouré et servi. En défense, David Alaba, repositionné en défense centrale et le Canadien Alphonso Davies, replacé comme latéral gauche, offrent de nouvelles garanties..
 
Ce duel, dont les deux manches seront certainement belles à suivre, orientera la suite de la saison des deux clubs. Avantage aux Bavarois néanmoins qui ont fait carton plein en phase de poules avec 6 victoires, 24 buts marqués et 5 encaissés. C'est la seule équipe à avoir réalisé un sans faute dans un groupe où figuraient l'Olympiakos, Tottenham et l'Étoile Rouge de Belgrade.
 
Les chiffres :
Chelsea a été éliminé en huitièmes lors des ses trois dernières tentatives, la dernière fois par Barcelone en 2017/18. Quatrièmes de Premier league, loin de Leicester, de City et ... très loin de Liverpool, ils restent sur 1 victoire en 5 matchs dans leur championnat. Sur le plan continental, Chelsea est très solide à domicile : la défaite des Blues en phase de poules, face à Valence est leur seul revers à domicile en compétition européenne en 14 matches (8 victoires, 5 nuls.) 
 
Les Belges concernés :
Michy Batshuayi. Jamais titulaire cette saison en Premier League ou en C1, Batsman est clairement un second choix et un joker pour Lampard. Des bouts de match et 6 buts marqués toutes compétitions confondues, c’est maigre.
 
 
Naples - FC Barcelone : rencontre au bord de la crise de nerfs
 
Le FC Barcelone de Lionel Messi n'a plus participé à la finale de la C1 depuis sa victoire en 2015 contre la Juventus. Ces deux dernières saisons, les Blaugrana ont subi deux remontées humiliantes contre l'AS Rome (quarts de finale 2018) et Liverpool (demi-finale 2019). Cette année, irrégulier en Liga, le Barça a changé d'entraîneur et ne partira pas forcément favori à Naples, seule équipe à avoir battu Liverpool en phase de poules.
 
Pour Naples, les deux expériences précédentes en huitièmes se sont soldées par des échecs face au futur vainqueur: le Real en 2016/17 et Chelsea cinq ans plus tôt. Neuvièmes en Serie A, les Partenopei sont dans l'oeil du cyclone depuis fin octobre et le douloureux épisode Carlo Ancelotti. Les dissensions internes ont longtemps miné le groupe, qui reprend peu à peu confiance. Mais l'effectif napolitain reste pétri de talents et capable de tout, comme le prouve sa récente victoire face à la Juve.
 
Genaro Gattuso, le coach de Naples, pourra à nouveau compter pour ce huitième sur la vitesse de Dries Mertens, la solidité de Kalidou Koulibaly et la vista de Fabian Ruiz, le talentueux milieu de terrain espagnol. Et il faudra bien ça pour faire un résultat face au FC Barcelone.
 
Le Barça, sans Suarez et sans Jordi Alba mais avec une connexion retrouvée entre Messi et Griezmann ressemble à un club au bord de la crise de nerfs. Le stress est palpable à Barcelone en ce moment, avec plusieurs affaires qui polluent le vestiaire et des résultats pas à la hauteur. Ces dernières années, la Ligue des champions a servi de stress test aux Blaugranas et pas toujours avec succès
 
Il y a deux ans, le Barça était éliminé par l'AS Rome. L'an passé, ils se sont fait pulvériser par Liverpool, futur vainqueur de l'épreuve. Ernesto Valverde parti, son successeur Quique Setien tente de (re)mettre les choses en place. Mais on est loin du Barça ultra dominateur qu'on a connu il y a quelques années
 
Barcelone a la faveur des pronostics, mais il faudra vaincre ses démons et le Napoli de Gattuso rêve d’un exploit n'est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds…
 
Les chiffres :
Le Barça aborde ce huitième en vainqueur aisé du Groupe F (aucune défaite) et s'est qualifié lors de ses 12 derniers duels à ce stade de la compétition. Naples, également invaincu dans le Groupe E, s'est fait éliminer lors de ses deux précédentes confrontations à ce stade de la compétition.
 
Les Belges concernés :
Dries Mertens 
 
Mardi 25 février – 21 h00
 
Chelsea - Bayern
Naples – Barcelone
 
Suivez le Multi Live à partir de 20h15