Joaquin Phoenix en dix films

À l’affiche du « Joker » (dans le catalogue à la demande de Proximus Pickx dès le 5 février), Joaquin Phoenix possède déjà une longue carrière derrière lui. Souvent nominé aux Oscars, il n’a pourtant pas encore ramené de statuette chez lui. Voici une sélection de dix de ses meilleurs films.

Walk the line

Son interprétation de Johnny Cash lui a valu un Golden Globe du meilleur acteur dans un film musical en 2006. C’est qu’il faut bien avouer que lorsqu’on regarde « Walk the Line », on oublie vite que c’est Joaquin Phoenix. Rapidement, c’est Johnny Cash qui est à l’écran et on entre dans la vie du chanteur country. Le biopic réalisé par James Mangold a bouleversé les acteurs. On comprend aisément pourquoi quand on sait que c’est Johnny Cash qui a personnellement choisi Joaquin Phoenix pour interpréter son rôle. C’est aussi June Carter Cash qui a choisi Reese Witherspoon. Pour interpréter ce duo country mythique, Joaquin Phoenix et sa co-star ont pris six mois de cours de chant pour pouvoir chanter eux-mêmes les chansons du film.  

Ce film est disponible dans le catalogue à la demande de Proximus Pickx.

Her

Dans cette romance atypique, Joaquin Phoenix excelle en un Theodore Twombly introverti et abîmé par son divorce. Réalisé par Spike Jonze, « Her » défie le genre de la comédie romantique avec une actrice principale (Scarlett Johansson) qui n’est présente que par la voix et l’acteur masculin qui n’est ni grand, ni beau et n’affiche pas de sourire Colgate. Non, ici, Joaquin Phoenix joue un personnage solitaire qui porte une grosse moustache pas du tout sexy et des chemises à fleurs affreusement kitch. Et c’est un succès. « Her » est un film tendre qui rend votre cœur tout moelleux.

Gladiateur

Bon, évidemment que le succès de « Gladiateur » ne se résume pas à Joaquin Phoenix. Il faut rendre à Russel Crowe ce qui appartient à Ridley Scott ! Mais on ne peut pas renier que la prestation de Joaquin Phoenix en jeune Commode est mémorable. Le succès de ce blockbuster dont le drame se situe à l’époque romaine n’était pourtant pas gagné et la critique était sceptique. À l’époque (2000), Joaquin Phoenix n’avait pas sa renommée actuelle. Cependant, son interprétation du jeune empereur plein de haine lui a assuré un nom dans la profession.  

The Master

Ce film de 2012 réunit sur grand écran le regretté Philip Seymour Hoffman et Joaquin Phoenix. Réalisé par Paul Thomas Anderson, « The Master » se déroule dans une société d’après-guerre où le mouvement religieux The Cause émerge. Si la critique et le public y ont vu un lien direct avec la Scientologie, le réalisateur réfute cette hypothèse. Phoenix y joue Freddie Quell, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale, recruté par Lancaster Dodd (Hoffman), leader de The Cause. Ce duo d’acteurs fait de ce drame un chef-d’œuvre à voir absolument.  

Ce film est disponible dans Movies & Series de Proximus Pickx.

Quills

Raconter l’histoire du Marquis de Sade est un exercice périlleux. Pour « Quills », Philip Kaufman s’est inspiré de la pièce de théâtre de Doug Wright. Joaquin Phoenix y joue l’Abbé du Coulmier qui travaille à l’asile de Charenton où est enfermé le Marquis de Sade. L’Abbé du Coulmier est persuadé que l’écriture permet de canaliser l’énergie néfaste des « âmes impures ». C'est d'un jeu subtil que Joaquin Phoenix campe les traits de cet homme de Dieu. En parallèle de ses rencontres avec le père du sadisme, l’Abbé doit en découdre avec l’amour et celui que lui porte Madeleine (Kate Winslet). Plus qu’un biopic, « Quills » met en exergue la manière dont notre société appréhende la sexualité et la maladie mentale.

Parenthood

Pour celui-ci, on remonte à 1989. Joaquin Phoenix, 15 ans à l’époque, est casté pour « Parenthood » avec le meilleur ami de son frère, Keanu Reeves. Malgré le casting important de Ron Howard, la star du film est Steve Martin, qui joue un père redoublant d’efforts pour faire un meilleur travail que son propre père. Joaquin Phoenix, alors crédité Leaf, joue un neveu de Steve Martin. Pour l’un de ses premiers rôles, Phoenix obtient une nomination aux Young Artist Awards. Devant le succès du film, « Parenthood » a été adapté en série télévisée par NBC en 1990 et en 2010.    

To Die For

Dans ce film dont Nicole Kidman est la star, Joaquin Phoenix joue un ténébreux adolescent au look de bad boy. Sorti en 1995, ce film de Gus Van Sant se penche sur le côté sombre de la célébrité. Nicole Kidman y joue Suzanne Stone, une jeune mariée prête à tout pour une minute de célébrité. Quand son chemin croise celui d’un trio de turbulents adolescents (Joaquin Phoenix, Casey Affleck et Alison Folland), elle trouve le moyen d’atteindre son rêve. « To Die For » marque le retour de Joaquin Phoenix, qui avait fait une petite pause dans sa carrière d’acteur. Et il a bien fait de choisir cette comédie noire pour son come-back !  

Signs

Issu de la période prolifique et à succès de M. Night Shyamalan, « Signs » (2002) réunit Joaquin Phoenix et Mel Gibson dans un thriller haletant. Les deux acteurs jouent des frères fermiers, impactés par l’apparition de field crops dans leurs champs. Pour réussir ce suspense sur fond d’intrusion extraterrestre, il fallait bien deux acteurs de cette trempe. Joaquin Phoenix prouve que sa place est dans la cour des grands et contribue largement au succès du film.

The Immigrant

Ce film nous propulse à New York dans les années 1920. Deux jeunes Polonaises attendent à Ellis Island. Elles sont séparées, l’une étant malade. L’autre (Marion Cotillard) est prise en charge par un énigmatique bienfaiteur incarné par Joaquin Phoenix. « The Immigrant », c’est bien plus qu’une histoire d’immigration dans une Amérique encore jeune. Le réalisateur James Gray en a fait un trio amoureux avec Jeremy Renner en rival de Joaquin Phoenix. Un duel fraternel au sommet joué avec excellence. Joaquin Phoenix y apporte une émotion unique qui donne une plus-value certaine au film.

Ce film est disponible dans le catalogue à la demande de Proximus Pickx.

Joker

Les critiques sont unanimes : Joaquin Phoenix tient là le rôle de sa vie. Comme l’inoubliable Heath Ledger avant lui, Phoenix campe les traits de l’ennemi le plus coriace de Batman. Le film de Todd Phillips n’est en rien ressemblant au chef-d’œuvre de Christopher Nolan. La prestation de Joaquin Phoenix est donc bien différente de celle de son ami parti trop tôt. D’ailleurs, l'acteur a passé énormément de temps à travailler et à trouver son rire personnel de Joker. C’est une nouvelle vision du personnage et une nouvelle manière de le jouer. Un rôle qui pourrait lui offrir l’Oscar du meilleur acteur. Enfin.  



Joker est sans aucun doute l'un des méchants les plus mythiques de l'histoire du cinéma. Voici quelques autres adversaires notoires de nos super-héros. Attention spoiler!

Retrouvez Joker dès le 5 février dans le catalogue à la demande de Proximus Pickx !

Dès le 5 février, en plus du Joker, regardez les meilleurs films Batman du catalogue à la demande de Proximus Pickx ! 

À lire aussi:

Joker: portrait magistral d'un psychopathe

Les vilains mythiques de l'univers des super-héros

Gagnez une TV de 700 euros ou un autre prix multimédia d’une valeur de 200 euros grâce au 'Joker' !

Cinéma

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top