Kim De Gelder présente "des risques de récidive en raison de troubles mentaux" © BELGA