Current language: fr

Les 10 concerts les plus bruyants de tous les temps, attention aux oreilles !

Vous assistez de temps en temps à un concert ? Nous aussi, on adore ça. Et ce que l’on préfère, c’est sentir le son. Un concert bruyant, ça ne fait pas de mal. Mais quand c’est trop fort ? On préférerait alors retrouver le calme. On a toujours sur soi des bouchons et on les utilise. Mais parfois, ça ne suffit pas. Ce fut par exemple le cas lors des 10 concerts que nous allons vous présenter. Les spectateurs qui y ont assisté en gardent encore des séquelles (au sens propre du terme).

Leftfield - 1996, Brixton Academy

Leftfield - 1996, Brixton Academy

Les rois de l’électronique de Leftfield savent s’y prendre pour organiser une fête. Et elle doit être bruyante. Comme ce jour où le plafonnage est tombé des murs. 1996. Le phénomène dance est en plein essor et Leftfield veut délivrer une prestation historique. La puissance sonore est montée jusqu’à 137 dB lors de ce concert. C’est fort. Vraiment très fort. « C’était la première tournée, on est loin de cela aujourd’hui. Ça allait fort, mais c’était un son de qualité, pas du bruit. C’est toujours l’objectif », explique aujourd’hui Neil Barnes, membre de Leftfield. Le groupe tient à présent davantage compte des limitations sonores. Et s’il ne le fait pas, une amende l’attend à la fin du concert. 

AC/DC - 1980, Black in Black Tour

AC/DC - 1980, Black in Black Tour © EPA

Oui, AC/DC est un incontournable de cette liste. La question consiste à savoir si c’est un exploit de jouer aussi fort. AC/DC est toujours sous tension. Les rockeurs australiens ont réalisé une tournée en 1980 et ceux qui ont assisté à cette série de concerts ne l’ont pas oubliée. Leurs oreilles non plus, car l’intensité sonore a atteint 230 dB. Ces niveaux vertigineux ne sont pas restés sans conséquence puisqu’en 2016, le groupe a été contraint de reprogrammer une série de concerts, faute de quoi le chanteur Brian Johnson aurait pu subir des lésions auditives sévères et irréversibles. 

Foo Fighters - Nouvelle-Zélande, 2011

Foo Fighters - Nouvelle-Zélande, 2011 © Epa

David Grohl bruyant ? Nirvana jouait déjà fort, mais avec Foo Fighters, on se situe encore un cran plus loin. Ce fut le cas en Nouvelle-Zélande quand le groupe a fait tomber tous les kiwis des arbres de l’île. Cela s’est passé à Auckland et le concert était tellement bruyant qu’il a affolé les sismographes : ça ressemblait à un tremblement de terre ressenti par deux stations différentes. Waouh ! La Terre bougeait en rythme. Elle dansait, littéralement. La preuve ! 

Manowar, 2008 - Allemagne

Manowar, 2008 - Allemagne © Wikimedia

Cela s’est passé près de chez nous, merci Manowar. Techniquement parlant, il ne s’agissait pas d’un concert puisque ce niveau de bruit a été mesuré lors de la balance. Manowar voulait savoir jusqu’où il pouvait monter. On règle les amplis sur 13 et hop, on grimpe à 139 dB. Presque aussi fort qu’un avion à réaction. Ah non, attendez. Rectification. C’est aussi fort qu’un avion à réaction ! 

The Who - Londres, 1976

The Who - Londres, 1976 © EPA

L’Europe connaît une vague de chaleur lors de l’été 1976. The Who fait encore monter la température. Bien avant que des groupes comme Manowar ne fassent la course aux records de décibels, The Who enchaînait les records. Et en 1976, le groupe anglais a demandé au Livre Guiness des Records de dépêcher des experts lors de ses spectacles afin d’établir le record du concert le plus bruyant du monde. À chaque fois que Roger Daltrey et sa bande montaient sur scène, ils devaient ajuster leurs mesures. Verdict : bien au-dessus des 126 dB. 

KISS - Canada, 2009

KISS - Canada, 2009 © EPA

« Si c’est trop fort, c’est que vous êtes trop vieux ». C’est souvent ce que disent ceux que ça ne dérange pas d’entendre un sifflement continu dans l’oreille. Et les membres de KISS ? Ils sont experts en la matière. Et les spectateurs de l’Ottawa Bluefest aussi. KISS y a dépassé les limites de l’auditivement supportable. Le groupe a ainsi flirté avec les 136 dB. Un élu de la ville est même venu leur dire : « Les gars, jouez moins fort, il y a des enfants qui dorment ici. » Jugez-en par vous-même ! 

Deep Purple - Londres, 1972

Deep Purple - Londres, 1972 © Epa

Stairway to Heaven. C’est en tout cas un escalier qui peut vous emmener très haut, car en matière de décibels, Deep Purple en connaît un rayon. Quand le groupe se produit au Rainbow Theatre, tout comme Led Zeppelin quelques années auparavant, il réussit le même exploit que ses glorieux prédécesseurs, c’est-à-dire faire s’effondrer une partie du toit du bâtiment. 117 dB, c’est fort et ça décoiffe, au point de faire perdre conscience à trois spectateurs. Quelques années plus tard, leur promoteur suédois a reçu une amende, car le groupe avait atteint 102 dB. Ils s’étaient donc déjà un peu calmés. Mais selon le chanteur Gillian, l’objectif n’est plus aujourd’hui de jouer le plus fort possible. 

Motörhead - Cleveland, 1986

Motörhead - Cleveland, 1986 © EPA

Lemmy ! C’était puissant et violent. Il n’est malheureusement plus parmi nous, mais sa musique résonne encore dans nos oreilles. Et c’est sans doute le cas également pour ceux qui ont assisté au concert donné par Motörhead à Cleveland en 1986. D’après les livres d’histoire, il s’agit de l’un des concerts les plus bruyants jamais donnés. Le journaliste Joseph Lanza était dans le public : « C’était fou de les voir jouer pendant que le plâtre tombait. Tout le monde regardait en l’air vers les morceaux de plafonnage qui se décollaient et eux continuaient le spectacle. » 

The Beatles - New York, 1969

The Beatles - New York, 1969 © EPA

Mohammed Ali et les Beatles avaient un point commun : ils étaient capables de donner de sacrés uppercuts. L’un vous arrachait les dents alors que les autres vous cassaient les oreilles. L’une des raisons pour lesquelles les Beatles ont arrêté de se produire en concert, c’est que l’on entendait plus les cris du public (principalement des jeunes filles extatiques) que leur musique. D’après les ingénieurs du son qui travaillaient sur les concerts des Fab Four, le public produisait à lui seul 130 dB. Bonne chance pour se faire entendre dans un tel vacarme ! 

The Prodigy – Tous leurs concerts

The Prodigy – Tous leurs concerts © EPA

Le groupe mené par Keith Flint (paix à son âme) n’a jamais été silencieux. Les concerts de Prodigy, c’était une véritable expérience, une sensation. 100 dB, c’était la moyenne que le groupe atteignait facilement. Un fan témoigne : « J’ai subi des dommages auditifs irréversibles lors d’un concert de Prodigy. Et même si c’était un concert exceptionnel, je conseille à tout le monde de prendre des précautions, pour n’importe quel concert. Aucun concert ne vaut la peine que l’on en garde des séquelles. »

Top
t