Current language: fr

Ces groupes et artistes qui ont disparu des radars

Ouvrons ce dossier avec Crazy Town X. Qui ? C’est un groupe qui n’a connu qu’un seul succès avec « Butterfly » avant de disparaître totalement… Ou presque. En tout cas, il n’a plus jamais atteint les sommets. Mais il n’est pas le seul dans ce cas : de nombreux groupes et artistes ont été portés disparus après avoir sorti un ou deux tubes, voire un album fantastique, alors qu’ils étaient promis au plus bel avenir. Nous avons fouillé les greniers de l’industrie du disque et nous avons dégoté quelques perles (presque) oubliées…

Bush

Bush © Wikimedia

Aujourd’hui, avec un nom tel que Bush, il n’y aurait plus aucune chance de se retrouver un jour dans les bacs. En 1994, c’était possible. Leurs plus grands succès ? « Everything Zen » et « Glycerine ». Bush s’inscrit dans la veine de Nirvana. Gavin Rossdale ne manque pas de charme et possède une jolie voix. Le groupe s’inscrit dans l’univers grunge à une époque où ce genre musical a déjà largement atteint son apogée. Avec la chanson « Everything Zen », ses membres signent un tube monumental. Et puis, tout s’accélère. Rossdale épouse Gwen Stefani (de No Doubt). Beau couple, effectivement. En Europe, Bush n’a jamais vraiment réussi à percer. Mais aux États-Unis, le succès est incontestable. En 2002, tout s’arrête, jusqu’à ce que Gavin Rossdale relance le groupe en 2010. Son septième album studio intitulé « Black and White Rainbows » sort en 2017 et « The Mind Plays Tricks on You » est attendu cet automne. On verra ce que ça donne… 

Ocean Colour Scene

Ocean Colour Scene © Wikimedia

Ce groupe est issu du circuit Madchester, dont fait aussi partie The Stone Roses. On connaît particulièrement leur chanson délicieusement fuzzy-soul « The Riverboat Song ». Ocean Colour Scene a dû batailler pour se faire entendre. Son premier disque, sorti au début des années 90, fut un flop absolu. Le groupe compte pourtant des musiciens de talent, mais la chance ne lui sourit pas. Heureusement, Paul Weller, figure de proue du mouvement des mods, entend parler d’eux et Noel Gallagher (Oasis) les apprécie et les emmène en tournée. En 1996, le groupe fait donc ses débuts avec « Moseley Shoals » et ça marche. Les singles fonctionnent, la tournée au Royaume-Uni est un succès et les membres du groupe dégagent de la joie. En 2017, ils sortent un EP sans que cela ne déchaîne les passions. 

Take That

Take That © EPA

Il s’agit de l’un des boys bands les plus connus. Que sont-ils devenus ? Des rentiers probablement. Robbie Williams et Gary Barlow restent tout de même dans le mouvement. Les boys bands sont l’un des phénomènes marquants des années 1990 et 2000. Aux États-Unis, il y avait les New Kids on The Block et en Angleterre, EAST 17 et Take That faisaient la pluie et le beau temps. Mais ce succès n’est pas le fruit du hasard : ils croyaient en eux et ont beaucoup travaillé. Ils percent grâce à leur reprise de Barry Marnilow « Could it be Magic » (1992). Leur deuxième disque, « Everything Changes », les propulse au rang de stars internationales. « Pray », « Relight My Fire », « Babe » et « Everything Changes » se classent toutes numéro 1. Aujourd’hui (30 ANS PLUS TARD !), Gary Barlow, Howard Donald et Mark Owen permettent au groupe de persister. Robbie Williams et Jason Orange ont d’autres chats à fouetter…  

Soul Asylum

Soul Asylum © Wikimedia

Voici un autre groupe qui représente le meilleur des années 90 : Soul Asylum. Son nom est immédiatement associé à « Runaway Train », la chanson qui l’a mis sur les rails. Créé en 1981, Soul Asylum connaît donc son premier grand succès en 1993. La patience est une vertu, certes. Le groupe surfe sur le succès du grunge, tout en préservant son identité. Les membres du groupe connaissent les ficelles du métier puisque c’est seulement avec leur sixième album (!) qu’ils parviennent à percer : « Grave Dancers Union » devient triple disque de platine, rien que ça. Le disque est en effet très réussi, mais ils ne transforment pas l’essai. « Change of Fortune » sort en 2016, mais malgré ce titre rempli d’espoir, le public ne suit pas. 

James

James © Wikimedia

Pas Butler, mais le groupe qui a notamment écrit « Sit Down ». Fondé en 1982 (il y a près de quatre décennies), c’est surtout dans les années 90 que l’on entend parler de ce groupe lui aussi issu de la mouvance Madchester. Au sommet de sa carrière, il rassemblait entre 20 000 et 30 000 personnes en concert. Ses titres les plus connus sont « Sit Down » et « Come Home ». James a encore sorti quelques albums par la suite, mais avec un succès moindre. En 2002, Tim Booth quitte le groupe avant de revenir cinq ans plus tard. Un nouvel album voit le jour en 2008 et depuis lors, Tim et ses acolytes ne s’arrêtent plus. Leur dernier disque est sorti en 2018 et s’intitule « Living in Extraordinary Times ». C’est le cas ! 

Levellers

Levellers © EPA

« There is only one way of life and that's your own ». L’une des phrases les plus chantées lors des boums et autres fêtes des années 90. Levellers, c’est du folk rock qui en a ! Il s'agit d'un groupe de festivals par excellence, de ceux qui assurent les ambiances un peu sauvages et lancent les premiers pogos. Il connaît son apogée en 1994, quand il se produit à Glastonbury devant pas moins de 300 000 personnes. « One Way » était sorti en 1991 : un hymne qui se situe entre les Travellers et la scène indépendante. Le véritable succès viendra ensuite avec « What A Beautiful Day », « 15 Years », etc. « One Way » est la chanson la plus souvent diffusée sur la radio Studio Brussel : on peut l’entendre au moins une fois par semaine. Et Levellers n’a pas disparu. « Levelling The Land » est sorti en 2016 et en 2018, le groupe a sorti une compilation remettant ses titres les plus connus au goût du jour. 

Dave Matthews

Dave Matthews © Wikimedia

Du pop-rock avec des airs folkie-jazzy. Dave Matthews, principalement connu aux États-Unis, sait toujours comment mélanger différents genres dans sa musique. Il a vendu des millions de disques. Entre 2000 et 2010, c’est lui qui a vendu le plus de tickets de concert parmi tous les artistes nord-américains. Et pourtant, il ne s’est jamais produit en Belgique. Il a bien entendu des fans inconditionnels qui sont capables d’apprécier ses chansons ingénieuses. Dave Matthews sait également s’entourer des meilleurs musiciens. « Come Tomorrow », sorti en 2018, est son neuvième album studio. Tout va décidément bien pour Dave. 

Kelis

Kelis © BELGA

Yo, yo - Yo, this song, yo - This song is for all the women out there - That been lied to by their men! Bam ! Kelis marche dans les pas d’Alanis « You Oughta Know » Morissette avec cette chanson très girl power. I hate you so much right now. Ce n’est pas vrai, mais les paroles restent en tête. Ce titre est produit par The Neptunes et devient vite un tube. Kelis a du succès, encore plus avec « Milkshake ». Grâce à « Bossy », elle emprunte un chemin différent. Les grands succès des premières années ne se répètent pas. Kelis devient ensuite membre du jury du télécrochet « Pitch Battle » diffusé sur la BBC. On a récemment appris qu’un nouvel album était en préparation. Ce sera le septième. 

4 non blondes

4 non blondes © 4 non blondes

Non, ils n’étaient pas blonds. Mais ils ont écrit un slow pop-rock incontournable des années 90. « What’s Up? ». Si vous avez connu (même si vous étiez enfant) les années 90, les premiers accords de cette chanson vous sont forcément familiers. « Bigger, Faster, Better, More » est le premier et unique album de ce quatuor. En 1994, son histoire était déjà finie. La chanteuse Linda Perry n’a pas quitté l’univers de la musique pour autant : elle a écrit des tubes pour de nombreux artistes, dont Christina Aguilera, Alicia Keys, P!nk, Gwen Stefani, Courtney Love et Kelly Osbourne. Et ce n’est pas fini. 

The Bangles

The Bangles © EPA

Ce girls band puissant a fait fureur avec « Walk Like An Egyptian » et « Manic Monday ». Fait-il toujours de la musique ? Bien évidemment ! Est-ce que l’on se trompe en affirmant qu’au milieu des années 80, presque tous les garçons (et d’innombrables filles) avaient le béguin pour Susanna Hoffs ? Sans doute pas. Elle n’a pas seulement des talents musicaux indéniables, mais aussi beaucoup de charme. Et sur scène, son charisme est immense. « Eternal Flame » est le plus gros succès du groupe. Les choses se sont ensuite gâtées et les différents membres ont emprunté des chemins différents. Mais en 2018, elles se retrouvent et sortent trois nouvelles chansons. C’est la fête !

Top