Current language: fr

Rob Zombie : la Zombie Apocalypse

Au départ, Rob Zombie faisait partie d’un groupe appelé White Zombie. Et quand ce groupe a disparu, il a continué sa route seul. Une aventure qui dure depuis plus de 30 ans. White Zombie a vu le jour en 1986 et Rob Zombie a entamé sa carrière solo dix ans plus tard. Et il montera encore une fois sur la scène de Graspop cette année.
Rob Zombie : la Zombie Apocalypse

Réalisateur, écrivain et chanteur, Rob Zombie est un artiste complet. Sa carrière de réalisateur a commencé avec le film d’horreur « La Maison des 1 000 morts » (culte). Deux ans plus tard, il sort « The Devil’s Reject ». En 2007, il a réalisé un remake du film « Halloween : La Nuit des masques » de John Carpenter.    Dans l’œuvre de Rob Zombie, musique et image sont complémentaires et seuls les grands artistes parviennent à trouver un tel équilibre.

Mais il connaît tellement bien son domaine et déborde d’une telle créativité que cela semble couler de source pour lui. Et quand il n’est pas derrière la caméra pour réaliser un film d’horreur génial, il est en studio pour nous offrir du rock qui décoiffe.   Après White Zombie, il a donc poursuivi sa carrière sous son propre nom, même s’il s’est aussi associé au guitariste John 5, au bassiste Piggy D et au batteur Ginger Fish. En 2017, il a enregistré son dixième album studio. Le précédent, sobrement intitulé « The Electric Warlock Acid Witch Satanic Orgy Celebration Dispenser », datait de 2016. Mode frisson enclenché !

Un artiste exceptionnel car…

Un artiste exceptionnel car… © Brigette Sullivan

Talent
Un artiste touche-à-tout Rob Zombie est un artiste très polyvalent et il est notamment un réalisateur de talent. On lui doit par exemple « Werewolf Women of the SS », une fausse bande-annonce co-réalisée avec Robert Rodriguez, utilisée pour la promo du film « Grindhouse » de Quentin Tarantino. On y retrouve Nicolas Cage dans le rôle de Fu Manchu. C’est cultement crasseux.



White Zombie
Le groupe a commencé dans le noise rock avant d’évoluer vers le metal. Parmi ses chansons les plus célèbres, on trouve « Thunder Kiss '65 », « Black Sunshine » et « More Human than Human ». En 1998, le groupe arrête complètement ses activités. C’est Rob Zombie lui-même (qui utilisait alors son véritable nom Robert Cummings) qui a fondé White Zombie avec sa compagne de l’époque, Sean Ysult. Son premier album s’intitulait « Soul-Crusher ».



Chaos !
On peut dire beaucoup de choses de la carrière de Rob Zombie, mais pas qu’elle a suivi une trajectoire linéaire. Il a soufflé le chaud et le froid, a fait de la musique, du cinéma et a même écrit des livres. Dans une interview accordée à Believermag, il décrivait sa passion pour tout ce qui touche à l’épouvante. « Quand j’étais petit garçon, il y avait beaucoup de programmes de ce genre à la télévision. C’était à la fin des années 60 et l’épouvante était en plein boom : on trouvait des magazines comme Creepy, Eerie, Vampirella et à la télé, on regardait "Les Monstres", "La Famille Adams", "The Twilight Zone", "Au-delà du réel: L’Aventure continue". Même des sitcoms comme "Ma sorcière bien-aimée" et "Jinny de mes rêves". Chaque programme avait une identité musicale. Je pense que c’est ce qui m’a rendu accro à la musique ». Trois bonnes raisons d’aimer Rob Zombie

Wacken Open Air, 2015.   Voilà un petit aperçu sonore et visuel. Que dire de la basse !



« Thunder Kiss '65 »
L’un des plus grands succès de Rob Zombie avec un soupçon de desert rock et un clip très réussi ! Même les metalleux portent des shorts.



Freakshow, le clip  
Tout et tout le monde est passé en revue dans ce « Dead City Radio And The New Gods Of Supertown ». Il y a même un squelette qui fait du break dance. 

Top