Current language: fr

Les dix disques de soul que vous devez avoir dans votre discothèque !

Oui, nous connaissons tous un certain nombre de chanteurs et artistes soul : James Brown, Marvin Gaye, Sam Cooke, etc. Mais pour ne pas faire de jaloux, nous avons sélectionné 10 albums que les fans de la neo soul, ou tout simplement les amateurs du genre, doivent posséder chez eux. Nous rendons néanmoins hommage aux grands noms !

James Carr – You’ve got my mind messed up

James Carr – You’ve got my mind messed up © James Carr

Le premier album de James Carr. Comme bon nombre de chanteurs soul, il a appris son art à l’église en chantant dans un chœur de gospel. Après avoir tenté sa chance sans succès au sein du célèbre label Stax, James Carr signe chez Goldwax Records. Après quelques singles, c’est le carton : la chanson « You’ve got my mind messed up » atteint la 7e place du billboard. Surnommé le « meilleur chanteur soul de tous les temps », James Carr souffrait de troubles bipolaires et était souvent très stressé. Au Japon, il a même été contraint de quitter la scène, car il ne pouvait plus sortir la moindre note. Cet album est néanmoins un must.

Solomon Burke – Rock ‘n Soul

Solomon Burke – Rock ‘n Soul © EPA

L’homme assis. Tel un roi de la soul, Solomon Burke était très confortablement assis dans un fauteuil pendant ses concerts (à la fin de sa vie, c’était dans un fauteuil roulant), d’où il gratifiait le public de ses magnifiques vocalises. Ce disque inclut pas moins de 7 chansons qui se sont classées dans le top 100, soit la moitié des titres de l’album. Sorti en 1964, « Rock ’n Soul’ » fait référence au titre de « King of Rock ’n Soul » qui était attribué au chanteur et qui le rendait très fier. Il avait notamment déclaré : « Sans la soul, il n’y aurait pas de rock, et sans le rock, il n’y aurait pas de soul ». C’est bien vrai !

Swamp Dogg – Total Destruction To Your Mind

Swamp Dogg – Total Destruction To Your Mind © Swamp Dogg

Swamp Dogg est le pseudonyme de Jerry Williams Jr., l’une des figures les plus importantes de la musique américaine du 20e siècle. Au début de sa carrière, il enregistre d’abord plusieurs albums sous le nom de Little Jerry et Little Jerry Williams pour finalement opter pour Swamp Dogg, bien des années avant que Snoop Dogg ne choisisse son nom de scène. Il est donc le véritable « D O double G ». À propos de ce nom, il raconte l’histoire suivante : Jerry Wexler avait appelé le funk qu’il enregistrait dans le studio Musle Shoals « swamp music ». « J’ai à mon tour repris ce terme et j’étais tellement lassé de chanter les chansons des autres que j’ai choisi de m’appeler "dog", car un chien peut tout faire, y compris n’en faire qu’à sa tête. Et vous ne l’aimez pas moins pour autant ».

Aretha Franklin – I Never Loved a Man

Aretha Franklin – I Never Loved a Man © EPA

Sa voix sublime, son aura et ses performances scéniques lui ont valu le surnom de reine de la soul et la reconnaissance du monde entier. Aretha Franklin est un monument de la musique. En 2015, elle avait ému Barack Obama aux larmes (à l’occasion d’un hommage rendu à Carole King) en interprétant « You make me feel like a natural woman », une chanson coécrite par Carole King. Avec 75 millions de disques vendus, Aretha Franklin est l’une des artistes qui a vendu le plus de disques dans l’histoire de la musique et elle a également remporté 18 Grammy Awards. « I never loved a man (the way I love you) » fut son premier gros succès.

Curtis Mayfiels – Super Fly

Curtis Mayfiels – Super Fly © Mayfield

Cet album (et la chanson éponyme) est extrêmement connu. Il s’agit de la bande originale du film « Super Fly », l’outil de blaxploitation de Gordon Parks. C’est le troisième album studio de Curtis Mayfield et il a rencontré plus de succès que le film. Tout comme le disque « What’s Going On » de Marvin Gaye, il est considéré comme un album soul conceptuel majeur devenu aujourd’hui un classique du genre. « Super Fly a ouvert la voie à un genre musical, la blaxploitation et ses bandes originales. Cela a influencé tout le monde, des chanteurs soul aux compositeurs de musique pour la télévision au cours des décennies suivantes. Avec "Saturday Night Fever" et "Never Mind the Bollocks Here's the Sex Pistols", il représente l’un des titres les plus marquants des années 70.» (John Bush)

Candi Staton - I'm just a prisoner

Candi Staton - I'm just a prisoner © Wikimedia

Le premier album de Candi Staton, LA figure féminine de la soul du Sud devenue célèbre grâce à son interprétation de « Stand By Your Man » et « In The Ghetto ». Son premier titre, intitulé « I'd Rather Be An Old Man's Sweetheart (Than A Young Man's Fool) », s’est écoulé à plusieurs millions d’exemplaires à travers le monde. Elle a sorti 8 albums de gospel avec son mari après s’être convertie au christianisme. En 1991, elle a fait danser dans les boîtes de nuit avec un remix de « You got the love ».

The Miracles – Going to a Go-Go

The Miracles – Going to a Go-Go © Wikimedia

Un groupe originaire de Détroit avec Smokey Robinson au micro. Il s’agit en réalité du premier album de Smokey Robinson and The Miracles et Robinson en était en fait l’un des producteurs. C’est le seul album à s’être immédiatement classé dans le top 10 du Billboard 200. Il y est resté durant quarante semaines. La totalité de l’album a été écrite par The Miracles, à l’exception de « My Baby Changes Like The Weather ». Les Rolling Stones ont repris la chanson « Going to a Go-Go » sur leur album « Still Life » en 1982.

Etta James – Tell Mama

Etta James – Tell Mama © EPA

Sa carrière, débutée en 1954, fut belle, mais parfois chaotique (elle est décédée en 2012). Malgré le succès rencontré avec des tubes comme « The Wallflower », « At Last », « Tell Mama » et « I’d Rather go Blind », Etta James a dû affronter quelques démons personnels. L’héroïne, la prison, la maltraitance, etc. Après plusieurs années de traversée du désert, elle revient à la fin des années 80. Le Rolling Stone Magazine la considère comme l’une des chanteuses majeures du 20e siècle. En 1968, elle sort son 8e album intitulé « Tell Mama ». Un bijou !

Stevie Wonder – Innervisions

Stevie Wonder – Innervisions © EPA

Le 16e album du génie Stevie Wonder sort en 1973. Le chanteur est un artisan qui enregistre, instrumentalise et produit ses disques lui-même en laissant une grande place aux synthétiseurs ARP. Les critiques considèrent cet album comme l’un des meilleurs de Stevie Wonder et même l’un des meilleurs de tous les temps. Peu après la sortie du disque « Innervisions » et du concert de présentation qui suit, Stevie Wonder est victime d'un accident et percute un arbre de plein fouet alors qu’il circule en voiture. Tout le monde craint qu’il ne puisse plus jamais reprendre la musique. Son directeur de tournée Ira Tucker dit à ce propos : « On a amené l’un de ses instruments à l’hôpital, je pense que c’était le clavinet. Pendant un moment, Stevie l’a regardé sans rien en faire. On sentait qu’il avait peur de le toucher et de se rendre compte qu’il ne pouvait plus en jouer. Finalement, il a posé ses mains dessus et l’on pouvait voir le bonheur l’envahir. Je n’oublierai jamais ce moment.»

Al Green – I’m still in love with you

Al Green – I’m still in love with you © Al Green

Il s’agit du cinquième album studio d’Al Green et vous connaissez sans doute les superbes chansons que sont « Let’s stay together », « Tired of being alone » ou encore « Love and happiness ». Le dernier morceau qui figure sur ce disque sorti en 1972 est sans doute le plus beau : « I’m still in love with you ». Ce superbe album a très bien marché. Al Green a été introduit au Rock and Roll Hall of Fame en 1995 et est aujourd’hui considéré comme l’un des derniers monstres sacrés de la soul. Aujourd’hui âgé de 72 ans, il est toujours actif et a sorti une nouvelle chanson en 2018, intitulée « Before the next teardrop falls ».  



Écoutez le soul sur vos applications de streaming préférées sans limite de données mobiles, grâce aux Epic Beats !

Top