Electronic Dance Music : un style aux genres multiples

EDM… Trois lettres qui ont bouleversé la musique électronique et la pop ces dernières années. Car l’Electronic Dance Music désigne la portion commerciale de la dance et de l’électro. Loin d’un genre underground, donc éloignée des raves parties, l’EDM est devenue LA musique phare des night-clubs, mais aussi des festivals et stades en plein air. Découvrons quels genres elle rassemble…
Electronic Dance Music : un style aux genres multiples

La house music

La house music

© Belga

La house est sans doute le genre le plus populaire d’EDM. C’est simple, on l’entend partout ! Des restaurants un peu chics aux soirées rooftop hyper branchées. Née au début des années 80 à Chicago, elle se caractérise par un tempo de 120 à 130 beats par minute. Elle devient hyper populaire après 2010, avec l’émergence de DJ comme Diplo ou Axwell.


La French Touch

La French Touch

© EPA

Un mot-valise qui rassemble de nombreux courants depuis le succès des DJ français dans les années 90 sur la scène mondiale. Parmi les précurseurs, la French Touch doit beaucoup à des artistes comme Laurent Garnier ou Étienne de Crecy, qui participent à populariser l’acid jazz et la techno. Le succès est international et bientôt, de grands DJ français font le tour de la planète avec leur live spectaculaire : Daft Punk, Justice ou encore DJ Snake. Plus qu'un genre musical, la French Touch est un style de vie. Et si on cherche vraiment ce qui la caractérise, c'est sans doute ses samplings inédits de disco et de funk, avec un résultat hyper "frais". 

La trance

La trance

© Belga

Apparue en Allemagne, la trance est caractérisée par un tempo entre 125 et 160 battements par minute (BPM). Très répétitive, elle alterne des rythmes construits et déconstruits, des montées et des descentes. De nombreux DJ ont pris le relais, parmi lesquels Armin Van Buuren, élu 6x meilleur DJ mondial (1997, 2007, 2008, 2009, 2010, 2012) et animateur de l’émission radio « A State of Trance », écoutée toutes les semaines par 20 millions de personnes dans le monde.  


L’électropop

L’électropop

© Belga

Si le genre émergeant des années 80 désigne tout morceau où le synthétiseur est l’instrument principal, l’électropop aujourd’hui n’a plus grand-chose en commun avec cette définition. Actuellement, le style regroupe surtout tous les gros morceaux mi-pop, mi-électro, que l’on entend à la radio et dans les salles de fitness. Parmi les DJ les plus célèbres, citons Calvin Harris, Avicii ou encore David Guetta.


La dubstep

La dubstep

© Belga

Née d’expérimentations autour du sound system jamaïquain, la dubstep se caractérise par un tempo de 140 BPM. C’est un genre plus « agressif », plus puissant, originaire du sud de Londres, mais largement internationalisé aujourd’hui. En effet, même si le son est moins consensuel, un artiste comme Skrillex a réussi l’exploit de propulser la dubstep sur le devant de la scène. Il n’y a qu’à voir le nombre de featurings auxquels il a participé ces dernières années !


Le grime

Le grime

© EPA

Né dans les années 2000, le grime est au croisement de styles électroniques, drum and bass et dancehall. Mais pas seulement puisqu’il est influencé aussi par le hip-hop et le UK garage. Un mélange caractéristique et particulièrement intense, avec une moyenne de 140 BPM de tempo. En anglais, grime signifie « crasse », ce qui laisse présager de la finesse des morceaux… Parmi les stars du genre, citons Dizzee Rascal et Kano.


La trap

La trap

© Shutterstock

Née dans les studios de production, encore un autre genre à la croisée des styles, entre EDM et hip-hop. Elle est caractérisée par un son bien particulier : la grosse caisse TR-808, instrument de musique électronique de type boîte à rythmes fabriqué entre 1980 et 1983. Depuis 2012, on assiste à une véritable épidémie. De Lady Gaga à Katy Perry, sans oublier Major Lazer, tous  les chanteurs pop veulent intégrer un morceau de trap dans leur album.


Le breakbeat

Le breakbeat

© EPA

Breakbeat signifie « rythmes cassés » en anglais. Et c’est bien de cela dont il est question. Ici, la mélodie refuse les tempos réguliers, usant plutôt des polyrythmies, issues du funk. Si cette explication technique vous laisse un peu perplexe, disons que le breakbeat est un enchaînement de rythmes de batterie. Un genre particulièrement popularisé par les hits de Fat Boy Slim ou des Chemicals Brothers.


Le downtempo

Le downtempo

© EPA

Le downtempo rassemble toutes les chansons plus lentes de l’EDM. Ses rythmes ralentis, mais toujours imprégnés d’un certain groove, évoquent l’envie de chiller, dans une ambiance un peu lounge. On retrouve dans ce style né au début des années 90 de nombreux musiciens comme Moby, Thievery Corporation ou Boards of Canada.


Top