Current language: fr

Iron Maiden : la fine fleur du metal

Iron Maiden. L'histoire formidable d'un nom, d'un groupe hors du commun?!

Iron Maiden se produira sur le podium du Graspop Metal Meeting à Dessel le vendredi 22 juin 2018 !

Regardez le Graspop Metal Meeting en direct sur Proximus Music les 21, 22, 23 et 24 juin!
Iron Maiden : la fine fleur du metal

© iron maiden

Le groupe a été fondé par le bassiste Steve Harris qui ne s'épanouissait plus au sein du groupe dans lequel il jouait à l'époque : «Steve, on ne peut rien faire avec les chansons que tu nous écris. Et en plus, tu tournes trop en rond sur scène. Allez, salut! ». Voici comment cela s'est passé, à quelques détails près. Il se met alors en quête de musiciens qui sont sur la même longueur d'onde que lui et fonde Iron Maiden aux alentours de Noël en 1975.

Pour baptiser ce nouveau groupe, il s'inspire d'un instrument de torture médiéval : il s'agissait d'un coffre métallique à l'intérieur duquel se trouvaient des lances qui transperçaient le corps du supplicié quand on le refermait. Vraiment un charmant garçon ce Steve?! Ce n'est qu'après la sortie de ses deux premiers albums, «Iron Maiden», sorti en 1980 seulement, et «Killers» (1981) que le groupe prend véritablement forme.

Le chanteur des débuts, Paul Di'Anno, est débarqué en raison de ses addictions et Bruce Dickinson, dont la voix correspond mieux au style heavy metal, le remplace. Avec Dave Murray et Adrian Smith à la guitare, et Clive Burr à la batterie, Iron Maiden emprunte la voie d'un succès qui ne se dément toujours pas aujourd'hui. 1982 est un millésime pour le groupe avec la sortie de «The Number of the Beast», le premier disque avec Bruce Dickinson au micro. Le succès est total avec une 1ère place dans les charts pour cet album qui reste l'un des disques de heavy metal de référence.

Aujourd'hui, «The Number of the Beast» sonne un peu plus doux à nos oreilles que ce que les groupes de metal actuels proposent, mais il reste un disque de référence qui a lancé Iron Maiden. Le groupe fait le tour du monde et sort trois autres disques au début des années 80 : «Piece of Mind» (1983), «Powerslave» (1984) et «Somewhere in Time» (1986), chacun devenu disque de platine. Leur septième album (!) «Seventh Son of a Seventh Son» sort en 1988. Il s'agit d'un album conceptuel inspiré d'un livre de l'auteur de science-fiction Orson Scott Card. Ce LP n'a pas été accueilli très chaleureusement par les fans : trop de synthé?! Vous bafouez vos racines?!

Lorsqu'Adrian Smith quitte le groupe, beaucoup pensent qu'Iron Maiden se prépare à vivre quelques années de vaches maigres. Et de l'histoire d'un groupe de l'ampleur d'Iron Maiden, on pourrait bien entendu écrire un livre. Il s'en est déjà passé des choses : Bruce Dickinson est parti (remplacé par Blaze Bayley) avant de revenir (comme Adrian Smith d'ailleurs), le groupe a enchaîné les disques et les tournées mondiales à bord de son propre avion «Ed Force One» après que Bruce Dickinson ait passé son brevet de pilote.

Le passage au nouveau millénaire ne rend pas Iron Maiden muet : l'album «Brave New World» sort en 2000 avec des titres plus longs et plus sombres qui font mouche. «Dance of Death» (2003) suit la même voie et contient entre autres le classique «Paschendale».

En 2006, le groupe sort «A Matter of Life and Death» qui constitue pour beaucoup leur meilleur album depuis «Piece of Mind». «The Final Frontier» suit en 2010 et le double album «The Book of Souls» voit le jour cinq ans plus tard. Sans oublier Eddie, la mascotte du groupe qui est la plus effrayante jamais créée. Ce zombie prêt à mordre a provoqué des cauchemars chez de nombreux enfants. Et la cuvée 2018 d'Iron Maiden s'annonce d'ores et déjà fantastique. Exceptionnelle même.

Un groupe exceptionnel, car...

Un groupe exceptionnel, car...

© EPA

Escrime !

Le cliché du « metalleux sans cerveau » ne colle pas avec Bruce Dickinson. Le metal a longtemps été perçu comme dépourvu de sens, mais les fans et les musiciens savent que la vérité peut être tout autre. La preuve avec Bruce Dickinson qui, dans les années 80, était un escrimeur de talent qui fut proche de disputer les Jeux olympiques. Il a également écrit deux romans satiriques « The Adventures of Lord Iffy Boatrace » et « The Missionary Position ». Dickinson est également pilote et peut même piloter un Boeing. Incroyable ! Lors de la tournée « The Final Frontier World Tour », c'est lui qui se trouvait aux commandes d'Ed Force One.



Eddie est cool !

Oui, la mascotte Eddie. Elle accompagne le groupe depuis ses débuts et apparaît même parfois sur scène. Ce personnage est inspiré de Dennis Wilcock, le deuxième chanteur du groupe. Il n'est pas aussi laid que cela, mais il lui arrivait de monter sur scène maquillé et maculé de faux sang. Et Eddie a de l'influence. Joey Jordison (le batteur de Slipknot) a acheté son premier album d'Iron Maiden parce qu'il a été attiré par la pochette.Davantage d'influenceIl est impossible d'évaluer l'influence qu'un groupe aura sur les générations futures, mais Iron Maiden a en tout cas inspiré beaucoup de groupes de metal actuels : « J'ai toujours eu un profond respect pour Iron Maiden.» (Lars Ulrich, Metallica), « Ils ont énormément compté pour nous lorsque nous étions jeunes.» (Kerry King, Slayer), « Steve Harris fait plus de choses avec quatre doigts que n'importe qui d'autre. Et Dickinson ? Un exemple pour un chanteur de hard rock. Je ne connais personne capable d'atteindre des notes aussi hautes. Et à l'école, mes amis dessinaient déjà Eddie sur leur plumier.» (Corey Taylor, Slipknot)

Trois bonnes raisons d'aimer Iron Maiden !

Classique.Woe to you oh earth and sea for the devil sends the beast with wrath because he knows the time is short Let him who hath understanding reckon the number of the beast for it is a human number its number is six hundred and sixty six. La voix est celle du défunt Barry Clayton. Initialement, Bruce Dickinson voulait collaborer avec Vincent Price, mais il demandait 25?000 dollars. Clayton lisait des histoires de fantôme à la radio et a accédé à la demande.



Speedy !

L'une de leurs dernières chansons, Speed of Light, de l'album «?Book of Souls?», une chanson directement associée à un jeu : découvrez-le ici .



1978

Comment était la musique d'Iron Maiden à ses débuts?? Différente. Plus psychédélique. Et plus désordonnée.



You wanna touch Eddie !

Si vous êtes fan de Piège de Cristal, ne manquez pas ceci. Iron Maiden en live, c'est toujours une aventure fabuleuse. D'accord, ils ne jouent peut-être pas tous leurs classiques, mais lorsque vous voyez ces quatre vieux cocos donner une bonne leçon, vous ne pouvez que vous dire que tout n'est pas perdu. Et Dickinson tient toujours toutes les notes hautes.



Du Maiden encore et encore ! Drumz.

Nicko McBrain


Il a ouvert son propre magasin de batterie à Manchester début 2018. Un homme particulier, particulièrement agréable et toujours prêt à passer un bon moment. Comme ici, à la School of Rock.



Don't fence me in

Nous l'avons déjà dit : Dickinson est un escrimeur. Toujours !



Et surprise !

Voici la première réaction en 2018 (avant aussi d'ailleurs) aux clips vidéo. Ce jeune homme découvre « The Number of the Beast ». « Oh I just got that, 666 the number of the beast.»

Top