10 compositeurs de musique classique au comportement assez extrême

Les compositeurs repris dans cette liste ont créé des morceaux de musique connus dans le monde entier et étaient souvent décrits comme étant brillants. Mais certains de ces génies de la musique ont fait preuve de petits caprices assez particuliers, et c'est le moins que l'on puisse dire...
10 compositeurs de musique classique au comportement assez extrême

© Shutterstock

Les compositeurs repris dans cette liste ont créé des morceaux de musique connus dans le monde entier et étaient souvent décrits comme étant brillants. Mais certains de ces génies de la musique ont fait preuve de petits caprices assez particuliers, et c'est le moins que l'on puisse dire...

Franz Kotzwara est mort d'une asphyxie érotique

Franz Kotzwara est mort d'une asphyxie érotique

© Interlude.hk

Ce compositeur et violoniste anglais-bohème est surtout connu pour sa composition pour piano The Battle of Prague et pour sa mort surprenante causée par une asphyxie érotique. Dans un bordel de Londres, Kotzwara a demandé à une prostituée de lui couper les testicules mais elle a refusé. Ensuite, il lui a demandé de serrer une corde autour de son cou pendant l'acte sexuel. À la fin, elle a remarqué que Kotzwara était mort. La prostituée a été accusée de meurtre, mais elle a été acquittée par la suite.

Erik Satie ne mangeait que des aliments blancs

Erik Satie ne mangeait que des aliments blancs

© BBC.co.uk

Erik Satie, le compositeur français, est mort d'une cirrhose du foie en 1925. Plus de 100 parapluies, 84 mouchoirs et de nombreuses lettres (qu'il s'écrivait) ont été retrouvés dans son habitation. Dans l'une de ces lettres, il décrivait son régime alimentaire. Il semblerait qu'il ne mangeait que des aliments blancs : des œufs, du sucre, de la graisse animale, du sel, des noix de coco, du riz, des pâtes, du veau et certaines espèces de poisson. C'est peut-être ce qui a causé sa mort.

Peter Warlock est mort à cause de la magie noire et du sadisme.

Peter Warlock est mort à cause de la magie noire et du sadisme.

© BBC.co.uk

Selon son fils illégitime, ce compositeur et critique musical britannique était un sadique bisexuel qui possédait plusieurs maîtresses et portait un intérêt à la magie noire. Quand l'une de ses concubines a refusé d'avorter, il a ouvert le robinet de gaz et s'est allongé après avoir d'abord mis son chat dehors. Un suicide donc. Ou bien, on murmurait qu'un collègue compositeur, qui était également l'héritier de Warlock, l'aurait tué.

Mozart avait une attirance pour la matière fécale et les chats

Mozart avait une attirance pour la matière fécale et les chats

© Shutterstock

Il écrivait, par exemple, dans une lettre que, quand sa mère lui avait dit qu'il avait lâché un pet, il avait porté son doigt à son arrière-train afin de sentir si elle avait raison. De plus, il imitait parfois un chat, sans aucune raison, après avoir répété pour un opéra. Certains experts affirment que Mozart souffrait du syndrome de Gilles de la Tourette ou d'un trouble hyperactif. C'est ce que son comportement particulier porte à croire.

Alexander Skrjabin voulait chasser les démons avec sa musique

Alexander Skrjabin voulait chasser les démons avec sa musique

© Shutterstock

Alexander Skrjabin (1872-1915), compositeur russe, était synesthète. La synesthésie est un trouble neurologique par lequel différents sens sont mélangés. Il percevait la musique en couleurs et trouva un type de piano qui projetait ces couleurs. Cela semble amusant, mais son travail s'assombrissait sans cesse. Il croyait que sa musique était un chemin vers l'extase mystique et composait, entre autres, des symphonies afin de chasser les démons.

Arnold Schoenberg avait la phobie du chiffre 13

Arnold Schoenberg avait la phobie du chiffre 13

Le compositeur autrichien souffrait de triskaïdékaphobie, la peur du chiffre 13. Il est né le 13 septembre 1874, ce qu'il considérait comme un mauvais présage. Quand il remarquait que le titre d'une de ses œuvres comptait 13 lettres, il en raturait une. Lors de son 76ème anniversaire, quelqu'un l'a charrié sur le fait que 7+6 équivalait à 13, ce qui a fait paniquer Schoenberg. Il est mort un vendredi 13 de la même année.

Anton Bruckner était quelque peu obsédé

Anton Bruckner était quelque peu obsédé

© Shutterstock

Ce compositeur autrichien était obsédé par le comptage des objets. Il comptait soigneusement le nombre de prières qu'il récitait chaque soir et composait sa musique selon le modèle numérique qui l'obsédait. De plus, il était un romantique invétéré. Il a fait plusieurs demandes en mariage (inappropriées) à de jeunes adolescentes jusqu'à l'âge de 70 ans, mais il ne s'est jamais marié. Enfin, il avait aussi une attirance pour les crânes de compositeurs morts...

Richard Wagner était un travesti et est décédé d'un lavement intestinal

Richard Wagner était un travesti et est décédé d'un lavement intestinal

© Shutterstock

Le compositeur allemand souffrait d'érysipèle, une maladie infectieuse de la peau. Il a tenté, en vain, de traiter ce trouble en effectuant deux lavements intestinaux par jour. Peut-être était-ce la raison de son penchant pour les robes de satin et les coussins. Mais les lettres à sa couturière, contenant des demandes de costumes élégants avec des touches de rose féminin, suggèrent qu'il était un travesti. Selon les rumeurs, quand Wagner est mort, il a été retrouvé portant un peignoir rose vif.

Harry Partch était un vagabond qui fabriquait des instruments de musique avec ce qu'il trouvait

Harry Partch était un vagabond qui fabriquait des instruments de musique avec ce qu'il trouvait

© The Wire

Le compositeur américain Partch a vécu une enfance inhabituelle. Ses parents, anciens missionnaires, donnaient de la nourriture aux prostituées régulières et aux vagabonds. Pendant la Grande Dépression, Partch est devenu un vagabond. Il collectait des objets, comme des douilles et des vieux réservoirs de carburant, qu'il transformait en instruments de musique. Ses œuvres étaient un peu bizarres. Par exemple, les musiciens devaient reproduire une équipe de basket-ball féminine et effectuer une danse sauvage sous la douche en l'honneur du dieu Hermès.

Carlo Gesualdo a joué avec la mort

Carlo Gesualdo a joué avec la mort

© Cmuse.org

Ce compositeur, luthiste et noble italien de la fin de la Renaissance, était considéré comme un fou et un génie. Il luttait contre de nombreux démons. Quand sa femme l'a trompé avec un coureur de jupons, il les a tués et les a brutalement malmenés. Et il s'en est tiré car il était le mari trompé et était donc « dans son bon droit ».

Top