Ces histoires insolites autour des grandes compositions

Derrière les grandes compositions classiques se cachent parfois des histoires incroyables. Que ce soit des symphonies ou requiem inachevés, des hommages à Napoléon ou autres.

La Symphonie n°8 de Franz Schubert

La Symphonie n°8 de Franz Schubert

© NaxosUSA

Derrière les grandes compositions classiques se cachent parfois des histoires incroyables. Que ce soit des symphonies ou requiem inachevés, des hommages à Napoléon ou autres. Saviez-vous, par exemple, que la 8e Symphonie de Franz Schubert était inachevée ? Une symphonie est composée de quatre mouvements et Franz Schubert n'en avait écrit que deux avant d'abandonner le projet pour des raisons inconnues. Il avait cependant démarré des brouillons du troisième mouvement. Ce qui a permis à certains compositeurs de tenter de compléter la symphonie en se basant sur ces brouillons et sur les deux premiers mouvements.

La 9e Symphonie d'Antonín Dvorák

La 9e Symphonie d'Antonín Dvorák

© NaxosUSA

Plus connue sous le nom de « Symphonie du Nouveau Monde », la 9e Symphonie d'Antonín Dvorák a été composée alors que le compositeur tchèque était sur le continent américain. Cependant, la symphonie de Dvorák n'a rien d'américain mais, bien au contraire, est inspiré de La Bohème, d'où était natif le compositeur. Le nom de symphonie du « Nouveau Monde » (comme on appelait l'Amérique dans les années 1890) est resté.

La Fanfare from the Common Man d'Aaron Copland

La Fanfare from the Common Man d'Aaron Copland

© NaxosUSA

Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, la culture n'était pas au point mort. À l'ombre des chars, les compositeurs continuaient à faire leur travail. C'est ainsi que le chef de l'orchestre de Cincinnati a demandé à Aaron Copland de composer un hommage au « soldat commun » en se basant sur les travaux de différents compositeurs pendant la Première Guerre Mondiale. Mais Aaron Copland a préféré repartir à zéro. Plus tard, il a incorporé cette Fanfare from the Common Man dans sa troisième symphonie.

La Wedding March de Felix Mendelssohn

La Wedding March de Felix Mendelssohn

© NaxosUSA

Il est difficile de s'imaginer que la marche nuptiale ou la célèbre d'anniversaire proviennent de réelles compositions tant elles sont familières à nos oreilles. Et pourtant, la marche nuptiale a été composée par Felix Mendelssohn. Cet air connu fait partie de la musique composée pour « A Midsummer Night's Dream », la pièce de William Shakespeare.

Water Music & Royal Fireworks Suites de Georg Friedrich Händel

Water Music & Royal Fireworks Suites de Georg Friedrich Händel

© NaxosUSA

Pour accompagner le Roi George Ier d'Angleterre lors de ses navigations sur la Tamise, Georg Friedrich Händel a écrit une série de trois compositions. La série de ses musiques en plein air « Water Music » a été terminée en 1717. George Ier l'aimait tellement qu'il demandait à ses musiciens de la jouer en boucle pendant des heures. Trente ans plus tard, Händel a complété cette série avec la « Musique pour les Feux d'artifice Royaux », écrite lors du règne de George II et censé célébrer la fin de la Guerre de Succession d'Espagne.

La 3e Symphonie de Ludwig van Beethoven

La 3e Symphonie de Ludwig van Beethoven

© NaxosUSA

Ludwig van Beethoven était un grand fan de Napoléon. Tellement fan de l'empereur français qu'il a écrit sa 3e Symphonie en son hommage alors que le Corse n'était encore que général dans l'armée française qu'il a écrit sa 3e Symphonie en son hommage. Mais lorsque Napoléon s'est autoproclamé empereur en 1804, Beethoven a déchanté et, de rage, a déchiré la page qui dédiait la symphonie à Napoléon.

Le Requiem de Wolfgang A. Mozart

Le Requiem de Wolfgang A. Mozart

© NaxosUSA

Le mystère plane depuis des années sur le Requiem composé en partie par Wolfgang Amadeus Mozart. Si le complot Salieri imaginé par Milos Forman pour son film « Amadeus » n'est que fiction, quelqu'un a bien commandé ce fameux requiem. Si on ne connaît pas le commanditaire, on sait que Mozart n'a jamais terminé ce Requiem. Trop affaibli, il est décédé après avoir terminé le premier mouvement. Le Requiem a été complété par des amis compositeurs, sur demande de sa veuve Constance.

La 9e Symphonie de Ludwig van Beethoven

La 9e Symphonie de Ludwig van Beethoven

© NaxosUSA

Ce n'est pas un secret : Beethoven est devenu sourd. À la fin de sa carrière, il n'entendait plus rien. Et au moment de composer son chef d'œuvre, la 9e symphonie, Ludwig van Beethoven devait se pencher au plus près de son piano pour entendre la musique qui en sortait. Lors de la première de cette 9e symphonie, Beethoven n'entendait plus rien ce qui fait qu'il a été un piètre chef d'orchestre ce soir-là.

Le Sacre du Printemps d'Igor Stravinsky

Le Sacre du Printemps d'Igor Stravinsky

© NaxosUSA

Certains artistes ne sont pas appréciés à leur époque. Igor Stavinsky en a fait les frais avec son ballet « Le Sacre du Printemps ». Lorsque son œuvre a été présentée au public au début des années 1900, elle a provoqué une émeute. Le public de l'époque ne comprenait pas ce ballet ni les pas de danse qui allaient de pair avec la musique. Les spectateurs ne se sont pas contentés de se taper dessus mais s'en sont aussi pris aux musiciens.

Les Préludes de Franz Liszt

Les Préludes de Franz Liszt

© NaxosUSA

Certains thèmes sont repris pour des moments historiques que l'on préférerait oublier. « Les Préludes » de Franz Liszt par exemple. Ce poème symphonique a été utilisé par les nazis comme thème officiel de leur propagande lors de la Deuxième Guerre Mondiale. Pas sûr que Franz Liszt eut apprécié cette utilisation de son œuvre !

Top