Proximus opte pour un environnement de travail équilibré

Publié le 09/03/2022 dans Inspiration

Proximus opte pour un environnement de travail équilibré

Proximus considère l’espace de travail comme un concept en constante évolution, mais note une accélération claire depuis deux ans. “Le COVID nous a poussés à prendre plus vite des mesures plus fortes pour réinventer l’espace de travail.”

Proximus réinvente entièrement l’espace de travail avec son programme Campus. “Notre approche s’appuie sur trois piliers”, explique Margaret Denis, Director Workspace Transformation chez Proximus. “En premier lieu, le collaborateur a la possibilité de choisir lui-même où, quand et comment il travaille.” Ceci permet d’adapter la façon de travailler, non seulement au contenu du poste, mais aussi à la personnalité et la situation personnelle du collaborateur. “Le deuxième pilier est celui de la connexion humaine. La créativité naît de la rencontre entre les personnes.”

L’environnement et l’impact social constituent le troisième pilier du programme. “Nous optons résolument pour une occupation différente et nouvelle de nos bureaux”, poursuit Margaret. “Nous voulons mettre un terme aux bureaux quasiment vides le vendredi car tout le monde est en télétravail.” Les tours Proximus à Bruxelles sont une vitrine pour la co création, un élément essentiel du programme Campus. “Les tours sont devenues notre campus digital inspirant bruxellois et constituent en outre un écosystème fluide d’espaces de travail avec nos bureaux régionaux, le bureau au domicile des collaborateurs et les lieux de travail chez nos partenaires et clients.”

L’espace de travail physique – le bâtiment – prend forme autour du collaborateur, et non l’inverse.

Margaret Denis, Director Workplace Transformation

Co-créer avec nos clients et partenaires

Le cœur du programme Campus consiste à fournir un nouvel écosystème flexible. “Le bien être du collaborateur est primordial”, affirme Margaret. “L’espace de travail physique – le bâtiment – prend forme autour du collaborateur, et non l’inverse. Nous mettons ainsi fortement l’accent sur l’importance de la co-création : non seulement entre nos différents départements, mais aussi avec nos clients et partenaires. À cet égard, nous optons pleinement pour une collaboration agile.”

Pour effectuer d’autres types de travail, les collaborateurs ne pourront plus seulement se rendre au siège de Bruxelles, mais aussi dans des bureaux régionaux. “Nous nous y focalisons davantage sur le travail individuel, mais toujours au sein d’un environnement où l’on peut facilement se connecter et collaborer avec des collègues ou partenaires.” Là encore, les bâtiments font l’objet d’un nouvel agencement, en fonction des besoins générés par les différents types d’activités.

“Le choix des lieux de travail est en développement continu, en co création avec nos collaborateurs sur la base de sept profils différents. Ces profils sont eux mêmes basés sur un certain nombre d’éléments propres à la façon de travailler : la quantité d’interactions, la complexité de ces interactions, les profils au sein de l’équipe ou en dehors, la mobilité au sein d’un bâtiment ou en dehors, etc.”

Nous optons pour une approche fluide : l’approche universelle ne fonctionne plus. Et c’est logique : aucun collaborateur n’est semblable à un autre.

Margaret Denis, Director Workplace Transformation

Une écosystème fluide plutôt qu’une approche universelle

Après une longue période de télétravail obligatoire, Proximus adopte une politique RH qui permet trois jours hebdomadaires de télétravail. Le lieu de travail peut être librement choisi pour les jours restants. “Cette approche continuera d’évoluer”, précise Margaret. “Nous partons d’un système fluide, où la répartition entre travail de bureau et télétravail dépend de la mission concrète et de la situation personnelle du collaborateur. Une approche universelle n’offre aucune solution à cet égard. Cette évolution continuera d’être façonnée, bien entendu, en étroite concertation avec les partenaires sociaux.”

Un point important est l’ajout d’options plus nombreuses pour répondre aux préférences personnelles des collaborateurs. “C’est logique : aucun collaborateur n’est semblable à un autre. Aussi, le télétravail reste un choix personnel, bien que toujours soumis à concertation avec l’équipe et la direction. Nous devons avoir ces discussions : cela fait également partie de l’évolution, tout comme convenir avec l’équipe des activités pour lesquelles on vient au bureau.” Il en va de même pour la répartition pratique entre travail au bureau et télétravail. “Si tout le monde est en télétravail au même moment, nos bâtiments seront vides.”

Un taux d’occupation optimal comme critère

“Notre nouvelle approche vise, pour chaque lieu de travail, un taux d’occupation moyen de 80 %”, explique Margaret. “La technologie nous permet de mesurer ce taux et d’optimiser en continu nos différents types d’espaces de travail sur la base de ces données. Si, par exemple, ce chiffre est plus bas qu’escompté, nous pouvons mettre les espaces de travail disponibles à la disposition de start-ups ou d’équipes de recherche. Des entreprises ont donc la possibilité de nous louer ces espaces. Nous appliquons le concept de Space-as-a-Service, qui consiste à mettre à disposition des espaces de travail spécifiques, comme par exemple notre streaming room.”

Cette nouvelle conception du travail et du lieu de travail requiert un nouvel état d’esprit. Là encore, la technologie est un outil important pour soutenir cette nouvelle approche. Proximus développe pour ce faire une app intelligente, qui orientera les collaborateurs au sein du bâtiment, par exemple vers le bon espace de travail, en fonction de l’activité prévue. Ceci devrait permettre d’utiliser un bâtiment de façon optimale tout en renforçant la connexion entre collaborateurs.

Réinventer l’espace de travail avec une valeur ajoutée pour tout le monde

Le programme Campus va prendre une forme concrète au cours des années à venir. “Outre la refonte des espaces de travail physiques à différents niveaux, l’importance de la technologie et l’employee mindset, nous nous pencherons également sur les espaces de travail virtuels et ce que nous pouvons faire pour les collaborateurs hors bureau. Les directives RH suivent elles aussi en continu ces évolutions.

L’importance de la co-création et de la gestion du changement ne doit pas être sous-estimée dans ce processus. Nous avancerons progressivement avec tous les collaborateurs dans ce processus de réinvention du lieu de travail pendant ces 5 prochaines années, afin que tout le monde en retire une valeur ajoutée”, rappelle Margaret.

Margaret Denis a 25 ans d’expérience chez Proximus. Depuis 2021, elle y est Director Workspace Transformation.

Le programme Campus est étroitement lié à la réforme du plan mobilité de Proximus. Cette nouvelle vision durable et la crise sanitaire actuelle sont autant de leviers pour réinventer ce plan.

En savoir plus

One

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 

Les autres articles de One