Software Defined Networking : de quoi s’agit-il?

Publié le 29/11/2019 dans Inspiration

Software Defined Networking : de quoi s’agit-il?

La gestion des réseaux est très complexe leur structure doit être parfaitement adaptée à l’utilisateur et à ses besoins, et non l’inverse. Tania Defraine et Gaëtan Willems nous parlent du ‘Software Defined Networking’ (SDx).

La digitalisation et l’evolution des attentes des utilisateurs ont induit une certaine complexité dans la gestion dynamique des réseaux. Cette tendance n’est plus à démontrer et pousse les entreprises à s’entourer de spécialistes pour les guider et gérer la transformation de leur infrastructure, ce que l’on appelle communément Knowledge and Managed Service”, dit Gaëtan Willems, Head of Infrastructure, Workplace and Applications chez Proximus.

“La transformation applicative induit l’implémentation d’un environnement cloud hybride privé et public centré sur l’utilisateur. Pour que nous puissions gérer cette transformation, la gestion du réseau doit être simplifiée afin de présenter une agilité à toute épreuve, et suivre le mouvement de la transformation digitale initié par l ’entreprise”, complète Tania Defraine, Head of Enterprise Fixed Data.

Un réseau intelligent est le réseau du futur.

Découvrez les atouts

L’utilisateur a gagné

IT et telecom sont devenus indissociables. Les entreprises entament ou poursuivent leur transformation digitale, et sont confrontées, d’une part, à la guerre des talents, et de l ’autre, aux nouvelles exigences des utilisateurs finaux.

“Hier, l’utilisateur devait s’adapter aux contraintes des réseaux. Aujourd’hui, ce sont les réseaux qui doivent être adaptés à l’utilisateur, afin que, là où il se trouve, il puisse profiter d’un accès applicatif en temps réel. Mais les processus business doivent bien entendu pouvoir suivre, ce qui demande un boost de réactivité. La solution est de laisser le software prendre la main sur le hardware, c’est le ‘Software Defined Network’ (SDx)”, explique Gaëtan.

Réactivité en temps réel

L’approche SDx répond à une réalité qui veut que tous les ‘ devices’ soient pris en considération. La dynamique de réponse attendue par les différents profils d’utilisateurs connectés au réseau est essentielle. “Nous commençons toujours par analyser et segmenter les besoins du client, étape par étape. La principale question étant : comment garantir le service de bout en bout en priorisant les applications les plus critiques pour l’entreprise”, explique Tania.

“Nous assistons à une explosion du nombre de ‘devices’ et du nombre d’applications à prendre en compte. Chaque nouvel élément intégré au réseau peut présenter un risque additionnel sur le plan de la cybersécurité. L’approche Software Defined Anything permet d’obtenir, grâce à différents outils comme un tableau de bord intégral, une réactivité en temps réel au niveau software et au niveau reporting. Réactivité devient alors proactivité, voire créativité”, complète Gaëtan.

Aujourd’hui, le réseau s’adapte à l’utilisateur.

Gaëtan Willems, Head of Infrastructure, Workplace and Applications chez Proximus.

author

La tête et le corps

Tania donne une représentation du SDx en considérant le réseau comme formé d’un corps (l’outil) et d’une tête (l’intelligence). “En distinguant les deux, on obtient une accélération et un assouplissement des processus. C’est exactement l’effet obtenu dans le cas d’un réseau Software Defined”. “Je confirme, puisque jusqu’ici le hardware et le software fonctionnaient ensemble. On assistait à une multiplication des ‘end points’ et donc à une répétition assez pesante de toutes les tâches exécutées sur le réseau. Aujourd’hui, le software gère et les équipements exécutent”, insiste Gaëtan.

SD-WAN et SD-LAN

Par nature, les réseaux se veulent différents. Gaëtan nous rappelle que l’approche SDx tient compte du routage en mode SD-WAN ou SD-LAN. “Les besoins d’une entreprise dépendent de sa taille, du secteur dans lequel elle est active, de la segmentation et du niveau de service. Stabilité et continuité sont les priorités. Nous établissons pour chaque entreprise un bilan pour assurer une continuité dynamique.”

Tania insiste sur les trois ingrédients de la recette : le processus de transformation digitale, les coûts (personnel, matériel, etc.), et le besoin d’agilité sur le plan des décisions et de l’implémentation. “C’est ce qui déterminera les choix technologiques et la solution.”

Enrichir sa transition numérique avec un réseau SDx, c’est libérer l’entreprise des solutions complexes et donner priorité à la mobilité.

Tania Defraine, Head of Enterprise Fixed Data chez Proximus.

author

Ceci n’est pas de la magie

Comme lors de toute transformation, la prudence est de mise. “Il faut se poser les bonnes questions afin d’obtenir une vision intégrale du trajet. L’implémentation va se faire en plusieurs phases, afin que chaque décision soit prise en tenant compte de la suivante. Mais au vu de la rapidité des changements, l’accompagnement est crucial”, prévient Gaëtan.

Pour Tania, le terme clé est ‘customer journey’ : “Nous accélérons l’automatisation et la digitalisation, mais nous ne faisons pas de la magie. Il faut établir un plan de transition qui réponde aux besoins des utilisateurs”. Et au niveau coût à court terme ? “Ce n’est pas une technologie bon marché, mais la vraie récompense apparaîtra à moyen terme dans votre Total Cost of Ownership (TCO) et l’optimisation des résultats de vos clients”, argumente Gaëtan.

User, user, user

Nos deux experts Proximus sont catégoriques : cette couche de gestion logicielle pour dompter les réseaux est un boost pour la réactivité des plateformes et l’expérience utilisateur. “Imaginez : mes applications sont prioritisées, leur installation est accélérée et je vis enfin l’expérience digitale attendue. Tout bénéfice pour attirer les nouveaux talents”, s’enthousiasme Gaëtan.

“Enrichir sa transition digitale avec un réseau SDx, c’est libérer l’entreprise des solutions complexes, immuables, et donner priorité à la mobilité et à la sécurité.” Et Tania précise : “Au sein des entreprises, les gens vont davantage avoir une vision software minded. Pour cette transition, nous allons supporter chaque entreprise, car elle est différente pour chacune d’elles.”

Plus de télétravail, plus d’appareils, plus d’utilisateur et de profils. L’assurence Groupe P&V a transformée vers une infrastructure hyperconnectée.

Lisez l’interview

Les CIO ne parlent plus technologie

Pour Gaëtan, l’arrivée du Software Defined Network est liée au nouveau rôle des CIO : “Leur responsabilité est de moins en moins technique, ils ne parlent plus seulement de technologie, mais bien d’objectifs et de besoins du business. La balance entre business et technique est bien sûr importante, et selon moi, on tirera un maximum de cette technologie le jour où l’impulsion viendra du business et de l’IT”.

Tania Defraine est Head of Enterprise Fixed Data chez Proximus. Diplômée en Sciences commerciales, son background d’économiste et de fiscaliste inspire sa carrière au sein de Proximus depuis plus de 20 ans.

Gaëtan Willems est Head of Infrastructure, Workplace and Applications chez Proximus. Ingénieur de formation, il accompagne les entreprises dans leur programme de transformation.

One

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 

Les autres articles de One

Rubriques

Contactez-nous

Nos collaborateurs sont prêts à vous aider !