Pas de transformation digitale sans appui politique

Publié le 18/03/2019 dans Innovation

Pas de transformation digitale sans appui politique

Pour parler de transformation digitale, le milieu politique local a choisi le 14e Salon des Mandataires. Les acteurs de la vie wallonne sont-ils prêts ? Réponses avec quatre ambassadeurs Proximus.

The place to be

Les organisateurs présentent le Salon des Mandataires comme étant une vitrine exceptionnelle pour les entreprises venues y montrer leur savoir-faire. Et au fil des salons, cela ne fait que se confirmer. “Chaque édition est une nouvelle occasion de me rapprocher de mon écosystème et de mieux comprendre ce qui se vit en Wallonie”, explique Laurent Petit, Sales manager Public Wallonie & Hospitals chez Proximus.

“Aujourd’hui, notre stand veut accueillir tous les acteurs de Wallonie qui voient dans le numérique un impératif. Mais pour réussir, il faut un cadre facilitateur à tous les niveaux politiques”, précise Antonio Galvanin, Public Affairs manager chez Proximus.

L’avenir est numérique.

Ebook gratuit

Étendre le support de la Région

Rappelez-vous. En décembre 2016, un accord avait été pris entre les trois opérateurs mobiles actifs sur le territoire belge et la Région wallonne : réaliser des investissements pour 60 millions d’euros sur trois ans, avec comme contrepartie la suppression de la taxe régionale sur les antennes GSM.

L’objectif est de désenclaver les communes et les villages les moins desservis, les fameuses ‘zones blanches’ comme les appelle l’IBPT. « Aujourd’hui nous demandons aux pouvoirs politiques de faciliter nos initiatives de déploiement réseau, rendez-vous après les élections » dit Antonio.

Pour réussir la transition numérique, tous les niveaux politiques doivent offrir un cadre facilitateur.

Antonio Galvanin, Public Affairs manager chez Proximus

author

Le citoyen (et les entreprises) au centre

Pour Nicolas Doumont, Public Affairs manager chez Proximus, 2018 restera marquée par une prise de conscience de l’importance d’une transformation digitale et d’un accès aux outils digitaux pour les citoyens. “Qui ne respecte pas cette évidence fera très vite face à une commune ou un village déserté. Sans parler du tissu entrepreneurial local.”

Et si la transition peut générer certaines craintes, Gianni Manderioli, Innovation & Business Development Manager chez Proximus, se veut rassurant : “Toute organisation est capable d’initier sa transformation digitale. Il faut d’abord établir les priorités, et ensuite avancer pas à pas. Un seul projet est déjà un bon début !”

Un seul projet de transformation digitale est déjà un bon début !

Gianni Manderioli, Innovation & Business Development Manager chez Proximus

author

Wallonie vs. Flandre

La transformation digitale connaîtrait-elle deux vitesses ? Non, il semble bien que les régions s’inspirent mutuellement. “Les initiatives ne manquent pas au nord comme au sud du pays. C’est l’occasion pour nous de mettre les services publics en contact en tenant compte des différents écosystèmes.”, précise Antonio.

De son côté, Laurent est catégorique : “Ça bouge en Wallonie. La demande en analytics concernant le tourisme et la mobilité a la cote. C’est d’ailleurs un des thèmes que nous aborderons lors de notre table ronde du 27 février à Liège. ”

Découvrez aussi nos interviews au hasard des allées du salon.

Salon des Mandataires

Experts

Nos experts vous tiennent au courant des dernières nouvelles et tendances pour les professionnels de l'ICT.

Les autres articles de Experts