×
×

Trois initiatives belges révolutionnaires

Publié le 21/11/2017 dans Inspiration

Trois initiatives belges révolutionnaires

Celui qui n’innove pas aujourd’hui ne fera probablement pas le poids demain. Les trois entreprises dont il est question ici provoquent une petite revolution dans leur secteur. Nous avons voulu en savoir plus sur leur parcours.

Innovation digitale et recrutement

Steven Pyck en connaît un bout sur l’innovation : il y a plus de 15 ans, il a lance et dirigé Proxis, une des premières librairies en ligne de Belgique.

“À l’époque, tout le monde a réagi en disant : ‘OK, des livres, ça se vend bien en ligne. Mais des chaussures ou des téléviseurs ?’, se rappelle Steven Pyck. Aujourd’hui, c’est devenu tout à fait normal. L’histoire se répète un peu avec ma nouvelle entreprise, Sympl. Le secteur du recrutement, comme celui de la vente au détail à l’époque, est à la traîne. Sympl veut faire changer les choses. Nous mettons des candidats en contact avec les entreprises, mais tout le processus est numérique et largement automatisé. Les candidats entrent d’abord en contact avec un chatbot (programme informatique capable de simuler une conversation avec un ou plusieurs humains par échange vocal ou textuel) qui demande qui demande les informations de base et répond aux premières questions. Ils reçoivent ensuite un lien pour un entretien via webcam. Cette méthode permet d’évaluer environ 1.000 candidats en 7 jours. Elle est idéale pour les employeurs qui recrutent massivement et recherchent des collaborateurs pour le service clientèle, des assistants de direction, etc.”

“Quand les gens ont une idée, ils se disent souvent : ‘Je ne vais en parler à personne, sinon on va me la voler’, alors qu’en fait, ils devraient partir du principe que quelqu’un est en train de travailler sur la même idée. Il faut donc faire preuve d’audace et en parler avec le plus de gens possible, d’une part, et attaquer le marché au plus vite, d’autre part, même si le produit ou service est loin d’être au point. C’est seulement quand on confronte son idée à la réalité qu’on peut l’améliorer et la faire fonctionner.”

Le premier magasin sans personnel

Lode Van de Velde, Manager Internal Sales chez Würth Belux, filiale de la multinationale allemande spécialisée en matériel de fixation et de montage Würth, l’admet : le secteur B2B a longtemps été épargné par la numérisation et l’innovation. “Presque tout le monde avait un webshop dans le B2C, mais nous travaillions encore avec des représentants. Nos clients de la nouvelle génération ont une tout autre mentalité, ils ont l’habitude de passer commande quand ils le veulent, peu importe l’endroit où ils se trouvent. Des entreprises de notre secteur ont donc tenté à leur tour l’expérience du webshop pour aider leurs clients en dehors des heures d’ouverture. À 5 h du matin, bon nombre de nos clients sont déjà en route vers un chantier et veulent aller chercher les produits dont ils auront besoin pendant la journée. Un webshop ou un magasin ordinaire n’étant pas une solution pour eux, nous avons lancé un magasin sans personnel, ouvert 24h/24, 7j/7.”

Würth a ouvert ce magasin à Woluwe-Saint-Etienne. Une fois inscrits, les clients reçoivent un badge qui leur permet d’y accéder jour et nuit. Il y a juste une caisse en libre-service, surveillée par des caméras. Les factures sont envoyées après. “Notre objectif n’a jamais été de réduire les frais de personnel, mais d’améliorer le service à la clientèle. Et c’est ce que nous voulons continuer à faire. Nous ouvrons donc un deuxième magasin sans personnel à Lokeren et lançons une app qui permet de voir les stocks. Nos clients sont toujours le point de départ de notre réflexion.”

Une technique de culture belge à la conquête du monde

Entreprise belge spécialisée dans les technologies agricoles, Urban Crop Solutions est la pionnière du vertical farming. Cette méthode innovante repose sur la culture hydroponique dans des structures verticales éclairées par des LED et isolées du monde extérieur.

“Les plantes cultivées dans nos systèmes sur mesure et conteneurs standard poussent beaucoup plus vite qu’à l’extérieur parce que l’éclairage LED crée une intensité lumineuse plus puissante, explique fièrement le CEO Maarten Vandecruys. Comme nous recyclons aussi l’eau qui s’évapore des plantes, notre consommation d’eau représente à peine 5 % de la moyenne dans le secteur traditionnel. Et comme il s’agit d’un système fermé, les pesticides sont inutiles.”

Bien que ce système fermé offre de nombreux avantages, l’équipe s’est d’emblée heurtée à un risque majeur : “En cas de maladie, toutes les plantes sont immédiatement touchées. Or, l’homme est un des principaux vecteurs de transmission potentiels. La réduction des coûts salariaux n’était donc certainement pas la raison première de l’automatisation.”

Quand nous lui demandons s’il a été facile de lancer une idée aussi révolutionnaire, le CEO hésite pour la première fois. “Notre pays est très favorable à l’innovation si elle concerne un produit existant sur un marché existant. Par contre, face à quelque chose de vraiment nouveau, le vieux réflexe conservateur ressurgit. Lorsque nous avons cherché des financements, nous avons souvent eu droit à des froncements de sourcils et avons donc dû nous débrouiller avec peu de subsides. A posteriori, j’ai constaté qu’il y a chez nous beaucoup d’entrepreneurs expérimentés qui soutiennent volontiers les jeunes. Le tout est d’oser frapper à leur porte. Si nous nous en étions rendu compte plus tôt, notre croissance aurait probablement été encore plus rapide.”

Perspective

Un magazine et un blog en ligne où les directeurs d’entreprises comme vous découvriront comment porter un regard inédit sur leur société.

Feuilletez, lisez, le dernier magazine !

Rubriques

 

Contactez-nous

Nos collaborateurs sont prêts à vous aider !