×
×

L’identité numérique deviant-elle enfin réalité ?

Publié le 03/05/2018 dans Inspiration

L’identité numérique deviant-elle enfin réalité ?

De l’homme à la machine. Pour passer entièrement au numérique, chacun doit pouvoir s’identifier en ligne en toute sécurité. Comment l’identité numérique évolue-t-elle en Belgique et dans le monde ? Les entreprises sont-elles prêtes à l’intégrer dans leurs processus ?

Le consommateur cherche la simplicité 

Pour adopter résolument le numérique en toute sécurité, il faut que tout le monde puisse s’identifier de manière sécurisée et uniforme : individus, pouvoirs publics, entreprises, machines. Le grand public est tout d’abord séduit par l’efficacité et le gain de temps qu’offre l’identité numérique.

“Partout dans le monde, des initiatives donnent une forme concrète à l’identité numérique”, explique Rob Laurence, directeur d'Innovate Identity. “Les pouvoirs publics sont souvent précurseurs. Malheureusement, le citoyen n’est pas souvent en contact avec eux, si ce n’est pour sa déclaration d’impôts en ligne.” Rob est convaincu par le modèle suédois. “Dans ce pays, ce sont les banques qui ont pris l’initiative”, indique-t-il. “Les gens font des paiements ou consultent le solde de leur compte pratiquement tous les jours.”

Confiance 

En introduisant l’usage de l’identité numérique par le biais des banques, il a été bien plus facile d’atteindre rapidement un large public en Suède. Rien d’étonnant, d’ailleurs, à ce que les banques jouent un rôle de pionnières en la matière, d’après Rob. “Peu d’institutions bénéficient d’une plus grande confiance que les banques”, dit-il. “En fin de compte, ce sont elles qui gèrent notre argent.” L’introduction de l’identité numérique via les banques fonctionne. La pratique le prouve également aux Pays- Bas. Hasard ou non, le système belge itsme® repose aussi sur un consortium impliquant les banques. 

Après les banques et les services publics, d’autres secteurs devraient suivre, comme le commerce en ligne ou les soins de santé. Mais les entreprises parviendront-elles à intégrer l’utilisation de l’identité numérique dans leurs processus ? “Aujourd’hui, la plupart des entreprises ne sont pas encore prêtes pour cela”, constate Rob. “Elles ne sont pas assez familiarisées avec le concept d’identité numérique et doivent d’abord évaluer comment il peut transformer leurs services. Il y a encore du chemin à parcourir avant que le sujet ne soit abordé par les conseils d’administration.” En d’autres termes, un gros travail de sensibilisation reste à faire. “C’est exact, mais ensuite tout peut aller relativement vite. Le plus important est que les entreprises soient convaincues de la valeur ajoutée qu’apporte l’identité numérique.” 

Le consommateur n’est pas dans l’attente de l’identité numérique, mais il voudrait moins de tracasseries pour la carte d’identité, le passeport et d’autres documents.

- Rob Laurence, directeur d'Innovate Identity

Identité avec attributs 

Une des étapes suivantes dans l’évolution numérique est l’extension de l’identité numérique à divers appareils et machines. Dans le contexte de la voiture autonome et des smart cities par exemple, une solution probante pour traiter l’identité numérique de tous les éléments participants est absolument nécessaire, ne serait-ce que pour garantir la sécurité du trafic routier. “On en vient ainsi à la gestion des divers attributs associés à une identité numérique. Pour certains éléments de l’identité numérique, le smartphone peut suffire : l’âge à l’entrée d’une discothèque peut par exemple aisément être contrôlé sur un smartphone. Mais qu’en est-il d’autres attributs, comme les visas de voyage ? Qui va les gérer, où cela doit-il se faire ? Sur ce plan-là aussi, la route est encore longue.” 
Le risque existe en effet de voir la multiplication des attributs surcharger et embrouiller l’identité numérique. Ne serait-il pas utile, dans cette optique, de définir une norme internationale pour l’identité numérique ? “Bien évidemment. C’est probablement de cette manière qu’évoluera l’identité numérique, à l’instar du passeport international standardisé dans le monde analogique.” À terme, une identité numérique standard reconnue et utilisable partout dans le monde devrait faire son apparition. “Ceci demande bien sûr une grande coordination entre les autorités qui souscrivent à la norme.” 
Pour quel avantage ? 

Une chose est sûre, les autorités et les entreprises ne peuvent négliger l’utilisateur final. C’est probablement la première condition du succès : qu’est-ce qui peut convaincre le citoyen ou le consommateur de l’avantage offert par l’identité numérique ? “C’est effectivement la question”, acquiesce Rob. “Le consommateur n’est pas dans l’attente de l’identité numérique mais il est intéressé par un meilleur service, une plus grande efficacité et moins de tracasseries pour la carte d’identité, le passeport et d’autres documents.” En fait, le test révélateur est très simple : quand le consommateur est convaincu de l’avantage dont il bénéficie, il adopte rapidement la solution. “Avant, il fallait des semaines pour obtenir un Blue Badge au Royaume-Uni (une carte de stationnement pour les personnes handicapées, NDLR). Par la voie numérique – et à l’aide de l’identité numérique –, le traitement de la demande ne prend plus que quelques minutes. Tout le monde est immédiatement convaincu de l’efficacité d’une telle application.” 

En résumé, d’autres exemples de ce type sont nécessaires pour accélérer l’introduction de l’identité numérique. Puis le grand public doit suivre, pour accélérer le mouvement et générer plus de volume et plus de pression. “Si on parvient à convaincre un grand secteur – comme le montrent les banques actuellement –, tout peut aller très vite”, affirme Rob. “Le secteur du voyage va peutêtre suivre la tendance. Imaginez un enregistrement rapide et des files d’attente réduites à l’aéroport grâce à l’identité numérique. Il y a là sans nul doute une belle application potentielle.” D’après Rob, l’identité numérique devrait faire partie du quotidien d’ici cinq ans. “Un tel changement prend du temps.” 

Innovate Identity décrit l’identité et la sécurité comme les deux éléments clés de la transition numérique. L’entreprise britannique compte parmi ses clients American Express, Barclays et British Airways.

Rob Laurence est expert dans la transition numérique. Il est l’un des initiateurs du premier service électronique de contrôle d’identité au Royaume-Uni. Chez Innovate Identity, il conseille les services publics et les banques en matière d’identité numérique. 

Lisez comment ministre De Croo explique pourquoi Belgique n’est pas en retard avec le numérique
ou découvrez 6 astuces pour gérer la sécurité d’identité numérique.
 

One

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 

Rubriques

 

Contactez-nous

Nos collaborateurs sont prêts à vous aider !