×
×

6 astuces pour gérer la sécurité d’identité numérique

Publié le 03/05/2018 dans Actualité

6 astuces pour gérer la sécurité d’identité numérique

La sécurité évolue. “Elle est assurée au niveau non pas du périmètre, mais de l’utilisateur”, explique Wouter. “Il y a peu, l’identity management était souvent très fractionné. Pourtant, une approche holistique est essentielle.”

6 conseils de Wouter Vandenbussche, Product Manager Identity chez Proximus pour un identity management efficace.

  1. Sainte Trinité : qui, quoi, où

    Les entreprises comme Google et Facebook sont sans doute aujourd’hui les plus grands gestionnaires de données d’identité. Ces informations ne sont toutefois qu’assez peu exploitables. Un service public ne permettra ainsi jamais à un citoyen de se connecter à l’aide de son identifiant Facebook. Il convient en effet de respecter la Sainte Trinité de l’identity management : authentification (savoir exactement de qui il s’agit), autorisation (donner les bons droits à cette personne) et audit (savoir ce qui a été fait à l’aide de ces données).

  2. Extension de la privileged account security

    À l’heure actuelle, les organisations ne prennent souvent que des mesures limitées en matière de privileged account security – la protection des comptes ayant accès à des données confidentielles. Une solution plus complète est donc requise partout, afin d’assurer l’identity management des collaborateurs, des fournisseurs, des clients, des citoyens… Toujours en fonction du rôle qu’ils jouent dans l’utilisation d’une certaine application.

  3. Pas de fragmentation

    Une organisation ne peut pas aborder l’identity management que d’un point de vue purement informatique. Les autres départements – RH, chaîne d’approvisionnement, production, marketing et service client – sont tout aussi concernés. Ils doivent eux aussi participer aux choix stratégiques liés à la gestion numérique des identités.

  4. L’adoption est cruciale

    Une plateforme inutilisée ne peut pas jouer son rôle. Elle n’atteint son but que lorsqu’elle parvient à court terme à couvrir au moins 60 à 70 % de toutes les transactions. Les utilisateurs doivent donc l’adopter. Il ne faut toutefois pas tout chambouler d’un coup ! Une approche agile a plus de chances de réussir.

  5. L’interface est essentielle

    Une interface conviviale accélère l’adoption de la plateforme. Si la solution donne l’impression d’un contrôle trop rigoureux, les utilisateurs risquent de se montrer réticents. Ils souhaitent également qu’elle soit facile à utiliser sur les appareils mobiles.

  6. Travail à long terme

    L’identity management n’est pas un projet, mais un programme. Une fois la plateforme opérationnelle, il faut encore en assurer le suivi et la faire évoluer. C’est donc du long terme. Une organisation doit constamment se demander comment elle souhaite être en contact avec ses clients, collaborateurs et fournisseurs.

Comment on va representer notre l’identité dans la future , et pourqoui doit il être numérique ?

Innovate Identity, une entreprise britannique explique.

Lisez comment ministre De Croo explique pourquoi Belgique n’est pas en retard avec le numérique.

One

Le magazine IT de Proximus qui s’adresse aux CIO et professionnels IT actifs dans les PME. 

Rubriques

 

Contactez-nous

Nos collaborateurs sont prêts à vous aider !