Le leadership digital renforce votre compétitivité

Publié le 24/06/2021 dans Inspiration

Le leadership digital renforce votre compétitivité

Quand une entreprise se lance dans la transformation digitale, le déploiement de technologies ne suffit pas. Les compétences digitales des collaborateurs sont aussi une condition de succès. Entretien avec Ulrich Petré, Expert Digitalisation au VDAB.

Quelle est actuellement l’importance des compétences digitales sur le marché du travail ?

Ulrich Petré, Expert Digitalisation au VDAB : “La digitalisation est partout. On regarde la télévision en digital, on réalise nos opérations bancaires sur notre smartphone, etc. Et au travail, la digitalisation augmente aussi. Le contenu de certaines tâches et fonctions évolue. L’importance des compétences digitales ne fera que croître.”

“La pandémie a ici clairement eu un impact. Avant, la digitalisation n’évoluait pas aussi vite dans tous les secteurs. Sous l’influence du coronavirus, les entreprises et industries qui étaient à la traîne ont dû se rattraper. Tout à coup, utiliser les solutions digitales était la seule option possible pour beaucoup d’entre nous ! Ceux qui ne disposent pas encore de compétences en la matière risquent de rester sur la touche.”

Selon une étude du VDAB et d’Agoria, 39,2 % de la population active belge ne dispose pas de compétences digitales de base. En quoi consiste ce niveau de base ?

“En gros : le niveau de base permet de participer au marché du travail. Les compétences digitales sont considérées comme une part essentielle des compétences humaines nécessaires sur le marché du travail pour se distinguer des machines, en plus des compétences sociales, des capacités d’adaptation et de raisonnement. Il s’agit de pouvoir travailler avec un smartphone ou PC, faire un achat en ligne, utiliser des applications comme Google Maps ou Teams, ou encore avoir une adresse e-mail. Il faut être capable de réfléchir en fonction du monde digital, et de chercher et traiter des informations en ligne.”

“Plusieurs facteurs expliquent que quatre Belges sur dix n’atteignent pas le niveau de base. Certaines personnes ne disposent tout simplement pas des appareils requis. D’autres ne savent pas comment les utiliser et n’osent pas demander de l’aide. Enfin, certains choisissent délibérément de rester en dehors du monde digital.”

Proximus contribue à une meilleure vie digitale pour tous

Entretien avec Geert Rottier

Le leadership digital exige le développement d’une culture d’apprentissage digitale, qui offre à tous la possibilité d’améliorer ses compétences digitales en continu.

Ulrich Petré, Expert Digitalisation au VDAB

Comment les entreprises peuvent-elles combler le fossé digital ?

“Pour qu’une entreprise reste compétitive, elle doit investir dans le leadership digital. La transformation digitale – dont on entend tant parler aujourd’hui – ne peut fonctionner que si elle implique tous les collaborateurs. Il ne suffit donc pas de miser sur les technologies uniquement. Les collaborateurs sont aussi un maillon indispensable. En même temps, une entreprise ne doit pas non plus perdre de vue les compétences digitales de ses clients. Si elle table uniquement sur le digital, les quatre Belges sur dix de l’étude risquent de décrocher, au détriment de l’entreprise.”

“Vous devez donc mettre en place un leadership digital : impliquer tout le monde –collaborateurs et clients – dans la transition. Pour ce faire, vous devez développer une culture d’apprentissage digitale. Dressez la carte des compétences actuelles et élaborez une feuille de route en fonction des objectifs à atteindre. Ce travail n’est d’ailleurs pas uniquement du ressort des RH. Toute l’entreprise doit y participer. En outre, il ne faut pas envisager cela comme un exercice ponctuel, mais comme un processus de formation permanente.”

Quelles possibilités offrent les formations digitales et l’e-learning ?

“L’e-learning n’est pas une fin en soi, mais seulement un moyen. Nous accompagnons les employeurs en la matière. Une entreprise doit d’abord identifier les compétences digitales qui font défaut à ses collaborateurs. Sur cette base, elle adapte le contenu de l’apprentissage. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il est possible de déterminer le canal le plus adapté. L’e-learning n’est souvent qu’une option parmi d’autres. D’ailleurs, la formation en ligne ne marque pas non plus la fin du processus. Elle est en effet suivie de la mise en pratique, durant laquelle le collaborateur applique ses nouvelles compétences.”

Lecot, le grossiste pour la construction, utilise la formation et l'éducation pour un time-to-market plus court lors du lancement de nouveaux produits.

Avantages de la formation chez Lecot

Experts

Nos experts vous tiennent au courant des dernières nouvelles et tendances pour les professionnels de l'ICT.

Les autres articles de Experts